esprit qui ne s'attache à rienOn dit qu’un des grands patriarches de la tradition Zen, Hui Neng, a été éclairé en entendant un seul verset du Sutra du Diamant (un des enseignements clés du bouddhisme).

Ce verset peut être traduit de différentes façons, mais l’idée fondamentale qu’il véhicule est le suivant : « Développez un esprit qui ne s’attache à rien. »

Imaginez ce que ce serait d’avoir un tel esprit. Il ne s’attache pas et n’a pas besoin que les choses se présentent d’une certaine façon. Il n’a pas besoin que les gens se comportent d’une certaine façon. C’est un esprit à l’aise partout, parce qu’il n’a pas besoin d’être quelque part en particulier.

Toutes nos difficultés disparaitraient :

    • Si quelqu’un vous irrite, c’est parce que voulez qu’il adopte un comportement particulier que vous voulez qu’il adopte. Et quand ce n’est pas le cas, vous êtes malheureux. Si votre esprit ne s’accrochait pas à ce que vous vouliez, vous seriez d’accord avec la manière dont l’autre réagit. En fait, vous pourriez avoir de la compassion pour lui, comme vous pourriez constater qu’il souffre.
    • Lorsque vous êtes coincé dans la circulation, ou dans une longue file d’attente quelque part, vous pouvez être agacé, car vous voulez que les choses se passent autrement (pas d’embouteillage ou de longue file d’attente). Votre esprit s’accroche à la façon dont il veut que les choses soient, et déteste ne pas obtenir ce qu’il veut.
    • Quand quelqu’un est en colère contre vous, vous pouvez vous mettre sur la défensive ou être en colère parce que vous vous accrochez et souhaitez qu’il vous traite d’une certaine façon. Si vous renoncez à vous accrocher, cela n’excusera pas son mauvais comportement. Cela ne veut pas dire non plus que vous devrez permettre qu’il vous traite mal. Toutefois, vous n’aurez pas à vous sentir vexé, vous ne feriez que vous protéger en ne vous laissant pas abuser (si nécessaire). Et encore une fois, vous pourriez comprendre que l’autre souffre en réalité.

Toutes les difficultés sont causées par cet attachement : le stress quand vous croulez sous le travail, la procrastination quand vous ne voulez pas travailler sur quelque chose de difficile ou faire un exercice exigeant, l’isolation, le fait de fermer votre cœur dans une dispute, l’excès alimentaire, l’adoption de mauvaises habitudes financières, et bien plus encore.

Voyons comment nous réagirions dans une situation, si nous pouvions avoir un esprit qui ne s’attache à rien. Ensuite, nous verrons comment nous pourrions commencer à développer un esprit qui ne s’attache à rien.

Exemple : Faire face à une situation difficile avec un esprit qui ne s’attache à rien

Supposons que vous avez un proche qui est toxicomane et que vous voulez vraiment l’aider. Cependant, vous stressez sur la façon de l’aider, sur le fait qu’il s’engage dans cette voie. Vous vous demandez si vous êtes même capable de l’aider.

Le stress est causé par l’attachement ; par la façon dont vous voulez qu’il se comporte. Vous voulez que les choses se déroulent comme vous le souhaitez. Vous avez une intention bienveillante, mais dans le même temps, votre accrochage vous cause des souffrances.

un esprit

La dépendance à la drogue est aussi causée par l’accrochage. Au départ, l’autre personne courrait vers la drogue pour échapper à ses difficultés, ce qui était causé par l’accrochage. Elle appréciait le plaisir de s’évader et se sentait réconfortée loin de ses difficultés. Finalement, elle s’est accrochée à ce sentiment. Avec le temps, cet accrochage s’est renforcé pour devenir une dépendance, et son attachement a favorisé l’installation de cette dépendance. Elle souffre, et nous pouvons le voir et vouloir sincèrement mettre fin à cela (sans s’accrocher à la nécessité que ce résultat se produise).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Bougez-vous les fesses : 16 moyens de rester motivé quand vous êtes sur la pente descendante

En voyant donc tout cela, vous commencez à lâcher prise. Vous n’avez pas besoin que l’autre se comporte d’une certaine façon, vous l’aimez tout simplement. Levez-vous en sa faveur, avec acceptation et compassion. Ouvrez-lui votre cœur, sans avoir besoin que les choses changent.

Et vous offrez votre aide, bien sûr. Vous partagez des idées sur la recherche de conseils, la méditation, les stratégies de désintoxication et les centres de traitement de la toxicomanie. Cependant, vous n’êtes pas attaché à ce qu’il fasse réellement ces choses. Vous les proposez avec amour, comme un cadeau.

C’est une façon pour un esprit qui ne s’attache à rien de faire face à une situation difficile. Il y en a beaucoup d’autres, mais vous pouvez voir que ce non-attachement peut être extrêmement utile dans n’importe quelle situation.

Comment développer un esprit qui ne s’attache à rien

Je ne vais pas prétendre que je ne m’accroche jamais à quelque chose ni qu’il est facile de développer un esprit qui ne s’attache à rien. C’est une chose sur laquelle je travaille encore. Et je ne m’attends pas à développer cette capacité du jour au lendemain (il est même possible que je n’y parvienne pas, vraiment).

Dans la mesure où nous pratiquons, c’est utile.

Voici donc comment je m’entrainerais :

    • Commencez par remarquer quand vous vous accrochez. C’est difficile à remarquer au début, mais une fois que c’est fait, vous pouvez constater cela tout le temps. Lorsque vous n’aimez pas le goût de votre nourriture, c’est une forme d’accrochage. Quand vous ressentez le besoin de prendre du café, c’est une forme d’accrochage. Lorsque vous mangez trop, que vous cédez à la procrastination, que vous vous sentez frustré, que vous êtes en colère, que vous courez vers vos distractions préférées, que vous excluez quelqu’un, c’est toujours une forme d’accrochage. Commencez simplement à remarquer. Ne portez aucun jugement.
    • Remarquez comment vous vous sentez quand vous vous accrochez à un résultat. Qu’est-ce que vous remarquez dans votre esprit ? Que remarquez-vous au sujet des sensations dans votre corps ? Soyez curieux et commencez à affiner votre attention afin de pouvoir remarquer les moindres détails.
    • Pratiquez la méditation quotidienne. Faites-le les matins, pendant 5 à 10 minutes, pendant au moins un mois. Passez à 15 minutes après un mois. Remarquez quand vous reportez la méditation (en vous accrochant au besoin de jeter un coup d’œil à votre téléphone), ou quand vous voulez vous lever de votre siège avant la fin de la méditation. Ou encore quand vous vous accrochez à autre chose pendant la méditation.
    • Entrainez-vous à lâcher prise. Il s’agit d’une manière de relâcher la pression qu’il y a dans votre esprit et dans votre corps. C’est un relâchement dans votre avis sur comment les choses devraient être. C’est plus facile quand vous ne vous en souciez pas tant que cela. Entrainez-vous donc d’abord dans des situations faciles. Dites-vous : « Je n’ai pas besoin que les choses se présentent comme je le veux. Peu m’importe de quelle façon elles se présentent. Je suis content de toute façon, parce que quoi qu’il arrive, l’univers est formidable. »
    • Remarquez l’égoïsme de l’accrochage. Lorsque vous vous accrochez à quelque chose, c’est parce que vous êtes au centre de votre univers. Vous voulez que les choses se déroulent comme vous le souhaitez, que les choses répondent à vos désirs (ou évitent vos aversions), que les choses soient comme vous les aimez. C’est alors que nous nous mettons au centre de tout. Il ne s’agit pas d’un jugement, mais simplement d’une remarque de perspective.
    • Élargissez votre perspective. Allez au-delà de votre vision centrée sur vous-même, pour sortir de l’attachement. Voyez le point de vue de l’autre, comprenez qu’il souffre, comprenez que dans sa souffrance et son attachement, vous êtes semblables, vous êtes connectés. Remarquez que vous et tous les autres êtes interconnectés. Vous vous affectez les uns les autres, vous vous supportez les uns les autres. Et dans la mesure où vous pouvez souhaiter la fin de la souffrance des autres, cela vous bénéficie aussi. Élargissez votre cœur pour souhaiter la fin de l’attachement et de la souffrance des autres. Ne vous inquiétez pas beaucoup pour vos propres désirs et votre protection personnelle. C’est une approche utile quand il s’agit d’attachement, parce que lorsque nous changeons de façon de penser, nous n’avons plus besoin que les choses se déroulent comme nous le voulions.
    • Voyez la beauté en tout. Voyez l’immense et profonde grandeur de chaque petite chose. Lorsque nous voulons coute que coute que les choses soient d’une façon précise, nous ignorons la merveille qui se cache derrière les choses qui nous entourent. En effet, si nous voyions cette merveille, nous n’aurions pas besoin que les choses soient d’une façon. Tous les chemins sont incroyables, à leur façon. Apprécier cela est utile.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Un guide pour créer une maison minimaliste

Cette approche ne vous mènera pas jusqu’au bout, mais cela vous rapprochera beaucoup du but.

La vraie façon de développer un esprit qui ne s’attache à rien, c’est d’abord de lâcher prise. À chaque instant, remarquez l’attachement puis lâchez prise. Faites-le encore et encore.

Ensuite, étendez-vous au-delà de votre perspective étroite, remarquez l’inter-connectivité de toutes choses, appréciez la beauté de tout ce qui nous entoure. Ne vous voyez pas comme séparé de tout le reste, mais plutôt comme une partie de l’ensemble. Et tombez profondément amoureux de cela.

Article original écrit par Léo Babauta.

Avoir un esprit qui ne s’attache à rien peut vous aider à facilement trouver le bonheur. Cela vous aide à profiter de chaque moment. Et vous êtes reconnaissant pour tout ce qui se passe dans votre vie. Je vous laisse avec cette vidéo complémentaire qui livre 3 moyens SIMPLES pour PLUS de BONHEUR.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Que votre esprit soit ouvert à tout et ne sattache à rien

Tags: , , , ,

22 commentaires on Comment développer un esprit qui ne s’attache à rien

  1. fredo dit :

    salut les joyeux rebelles à la recherche d’intelligence, qui suit encore OR en 2018 ? loool

  2. De Sousa dit :

    Bonjour à tous,

    Mes 3 gratitudes sont:
    – être abonnée à la chaîne d’olivier Roland et de recevoir des articles très riches;
    – de ne pas vivre à la rue;
    – de me préparer à lancer mon blog grâce au courage et à la confiance que m’apporte Olivier.

  3. Hélène dit :

    Bonjour, cet article est vraiment précieux! Je crois malheureusement que je m’y suis attachée… Le non-attachement ou lacher prise, un excellent moyen de moins stresser. Je me détache… bonne journée
    Merci Olivier

  4. Annick dit :

    Bonjour , 3 gratitudes me balader avec mon chien. Aimer et être aime par mes parents et amis. Apprendre à ne pas répondre à la colère par de la colère

  5. Danielle dit :

    Bonjour à tous,
    Mes 3 gratitudes :
    – la beauté du paysage qui m’entoure,
    – le chant des oiseaux du bois voisin
    – le ciel nuageux avec des coins de ciel bleu
    Merci Olivier et bonne journée à tous

  6. Marianne dit :

    3 gratitudes :
    vivre en ville avec un bout de cour qui permet d’être dehors.
    avoir un toit où avoir chaud
    être au calme, sans pollution sonore.

  7. Asmaa dit :

    Merci beaucoup Olivier ,
    Cela m’a permis de voir des autres choses derrière ma personnalité.
    Je vais m’exercer pour s’évader de l’attachement,
    Merci une autre fois .

  8. Lynpixx dit :

    Personnellement le lâcher prise et la méditation m’aident beaucoup à prendre de la distance. Le bouddhisme offre beaucoup de conseils pour mener une vie plus simple et arriver au bonheur, il est plus difficile pour nous, occidentaux, de mettre en place ce style de vie car nous ne l’avons appris que tardivement (pour ma part en tous cas) mais je crois que nous avons beaucoup à apprendre et si nous pouvons adopter que quelques uns des préceptes cela peut modifier notre vie de façon positive. Merci pour cet article très intéressant.

  9. Gaëlle dit :

    3 gratitudes du jour
    – avoir un abonnement petit bambou et 7 minutes wo
    – ciel bleu et la mer sous mes yeux ce matin
    – accompagner mes enfants à pieds à l’ecole et retrouver tous mes voisins sur le chemin de l’école

  10. Chantal dit :

    Bonjour,
    Voici mes trois gratitudes:
    *Merci d’avoir eu accès a cet article super intéressant
    *Merci pour ma famille pas toujours parfaite, mais qui me remplir de bonheur.
    * Merci pour mon corps qui malgré de petits problèmes me permets de vivre de bien belles choses
    Bonne journée à tous xxx

  11. karine dit :

    MERCI A LA VIE POUR
    MES ENFANTS
    L HOMME QUE J AIME ET QUI M AIME
    D AVOIR UN TOIT ET A MANGER ET TELLEMENT D AUTRES CHOSES!!!!!

  12. Chantal le 07 janvier 2019
    J’ ai de la gratitude pour cette nouvelle année qui a bien commencé
    Pour avoir une bonne santé et des projets pour mon entreprise.
    D aimer et d être aimée.
    Merci pour cette vidéo .

  13. Corinne dit :

    Je me suis réveillée avec plaisir
    J’ai de la chance d’avoir la vie en moi
    J’ai bien commencé ma journée

  14. Pascale dit :

    Bonjour Olivier, je partage tout à fait ce que tu viens d’exprimer dans cette vidéo et je tiens à te le faire savoir. En tant que Maitre Reiki, je suis bien sûr, très attachée à l’expression quotidienne de la gratitude et j’en vois les bénéfices tous les jours. Être rempli de gratitude et d’ailleurs l’un des cinq principes du Reiki. Aujourd’hui, je suis remplie de gratitude, car j’ai une famille merveilleuse, je suis en bonne santé et j’ai de grands projets pour 2019 ! Merci pour tes vidéos et tout ton travail en
    amont. Les personnes comme toi sont importantes ! Bonne journée à tous et toutes!

  15. Jola dit :

    Pratiquer la méditation quotidienne, n’est-ce pas deja une forme d’accrochage ?

    Merci

  16. Chantal dit :

    Les 3 gratitude :
    Avoir rencontrer des gens sympas
    Faire mes 2 marches régulières
    Passer un moment de paix et de silence devant mon poêle allumé !

  17. Annie dit :

    Je vis mes premiers jours de retraite, gratitude, prête à développer ma passion du dessin et de la danse en couple, et vive la vie.

  18. Belmondo Pascale dit :

    Mes 3 gratitudes :

    Avoir une petite fille qui est un rayon de soleil pour moi.

    J’ai de la gratitude pour Dominique, mon professeur de Chi Kong qui nous a encore fait un super cours ce matin.

    Un petit verre de clairette de Die avec des boules de chocolat Lindt
    en écoutant la vidéo d’Olivier !

  19. Rosita dit :

    mes 3 gratitudes
    d,avoir 2 manifiques filles en bonne forme, belle, sages et intelligentes.
    d,etres en bonne santé mon petit monde et moi.
    d,avoir reussit mon divorce: sans prise de tete, sans tamboures ni trompetes. mon ex qui est le pere de mes filles et moi sommes des meilleures amies du monde.

  20. Luna lune dit :

    J’adore vos articles surtout ne vous arrêtez pas bonne continuation

  21. Jung dit :

    Wow superbe article sur l’attachement !
    En effet, la pleine conscience, c’est prendre conscience de nos attachements. Ce à quoi nous nous accrochons. Ce qui nous titille, ce qui nous attire, ce qui nous retient, ce qui nous fait sortir de nous-mêmes…
    Merci pour ces conseils afin de parvenir à développer cet esprit qui ne s’attache à rien. Mais l’attachement ne fait-il pas partie de ce qui fait de nous des êtres humains dotés de sensibilité ?

  22. Denyse dit :

    Merci Olivier, j’adore tes vidéos et toi, et ta façon de voir les choses ainsi que ton partage avec nous!

    mes 3 gratitudes
    – avoir un chez moi où je me sens bien et où je suis heureuse
    – mes 3 animaux de compagnie que j’adore, qui embellissent ma vie et qui réchauffent mon coeur: Peppy, Peanut et Roucky!
    – prendre un bon café chaud tous les matins en écoutant tes vidéos ou en lisant tes articles!

Laisser un commentaire