La course à pieds est aussi vieille que l’humanité, et en même temps une activité très récente. Avant 1960, très peu de personnes couraient. Encore jusqu’à 1984, les femmes n’avaient pas le droit de courir de marathon en France… Aujourd’hui, tout le monde court, ou presque. Du petit footing du dimanche à des ultra-marathons de plusieurs centaines de kilomètres, chacun d’entre nous connaît au moins quelques personnes qui s’adonnent à ce loisir, si ce n’est nous-même.

Là où certains n’y voient qu’une activité pour garder la forme ou pour maigrir, je vois dans le fait de courir une philosophie de vie. Je dirais même que courir est l’une des nombreuses voies pour être heureux. Une voie qui en englobe beaucoup d’autres… C’est ce que je partage jour après jour sur mon site Courir Un Trail. Et c’est ce dont je vais vous parler aujourd’hui sur Habitudes Zen. Je vous invite à me suivre tranquillement, en trottinant… N’oubliez pas de profiter du paysage 😉

Note : Cet article a été écrit par Mickaël du blog Courir un Trail ! courir le debut du bonheur

Courir, c’est simple et c’est pour tout le monde

Ne prêtez pas à attention aux vendeurs de rêves et de matériel high-tech. Courir est la chose la plus naturelle au monde, vous n’avez pas besoin d’être fluorescent ou monté sur amortisseurs. Enfilez des chaussures (ou non !) et allez vous balader autour de chez vous. Trouvez un coin où vous vous sentez en confiance. Cela peut être un parc, un bout de forêt, un pré… Ou simplement votre pâté de maison. Et donnez-vous l’impulsion. Observez simplement comment votre corps réagit. Et votre souffle. Si vous vous sentez perdu, il n’y a que deux règles à avoir à l’esprit :

  1. Mince… Je vais trop vite : Pour être heureux en courant, pour pouvoir aller loin et courir longtemps, commencez par courir lentement. Tant pis si vous allez moins vite qu’en marche rapide. Vous ne courez pas pour battre un record, mais pour être heureux !
  2. Je dois faire plus de pas, donc des pas plus petits : Si vous avez peur de vous abimer le dos, les genoux, ou que sais-je encore : pensez à faire plus de pas. Plein de petits pas. Cela vous permet de rester léger, fluide, et rapide. Mais commençons déjà par léger. Ah, et aussi, si vous vous posez la question, inspirez l’air par le nez. Si vous ne pouvez pas… C’est que vous courez trop vite.

Mais moi ? Je ne suis pas fait pour courir !

Oui, moi non plus. Mais imaginez la victoire sur vous-même et sur les mauvaises langues lorsqu’ils remarqueront que vous courez bien plus que ce qu’ils pouvaient imaginer. Et bien plus que ce dont vous vous croyiez capable jusque là. Je passe beaucoup de temps à convaincre des gens que tout le monde peut courir. Au début, on ne me croit pas. Alors, je les inscris à une course. Et le jour de la course, ils sont prêts. Ils ne finissent pas dans les premiers, parfois même dans les derniers, mais avec le sourire et une folle envie de repartir à l’assaut des sentiers. Mission accomplie. Et au fait, si. Vous êtes fait pour courir. Vous voulez des preuves ? Allez voir du côté du livre Born to Run de Christopher McDougall.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Un guide pour échapper au Matérialisme et Trouver le Bonheur

Où ? Comment ? Trop de questions…

  • Vous pouvez courir sur de la terre, du bitume, du sable, de l’herbe, dans les flaques d’eau… Avec ce que vous voulez aux pieds. Torse nu, en t-shirt, en chemise… Qu’importe. Chercher du matériel d’athlète pour courir est un piège. Il suffit d’ouvrir la porte de chez vous et d’y aller, un petit peu chaque jour. Ou simplement quand vous en avez l’envie.
  • Vous voyez, courir, c’est simple. Même si c’est agréable de se sentir sportif en ayant toute une panoplie, pour la très grande majorité des coureurs, c’est inutile. Ne mettez pas la charrue avant les bœufs – et les bœufs, c’est nous. 🙂 Mais c’est promis, en courant dès que vous en avez envie, vous serez bientôt une belle et élégante gazelle.
  • En y allant progressivement – et régulièrement, il n’y a pas de risque particulier. En cas de doute, vous pouvez passez par la case médecin.

Courir, c’est agir sur soi, sur son corps, et peut-être même sur l’univers

Nous avons vu que courir, c’est facile. Mais pourquoi courir ?

1. Commencer à courir, c’est agir.

Dans nos vies de tous les jours, il est parfois – souvent – difficile de discerner ce qui dépend de nous de ce qui échappe totalement à notre contrôle. Et cela, que ce soit à l’échelle nationale, locale, ou même dans nos relations humaines… Commencer à courir, c’est agir. C’est prendre la décision maintenant de faire quelque chose avec notre corps, ainsi qu’avec le singe gesticulant qui vit dans notre boîte crânienne. Une pratique physique régulière apporte beaucoup de bienfaits à la santé, je ne vous apprends rien.

Il y a un gouffre beaucoup plus important entre la connaissance et l’action qu’entre l’ignorance et le savoir. Chris Guillebeau

2. Se réapproprier son existence grâce à la course

Cette fois-ci, vous n’allez pas déléguer la prise de décision à des cours organisés, des salles de sports ou à un coach. Vous êtes votre propre guide. C’est vous qui prenez la décision de vous mettre à courir. Pas demain, aujourd’hui. En prenant cette décision de courir, vous vous prouvez que vous pouvez prendre des initiatives et agir, sans avoir de comptes à rendre ni de cotisation à payer. En courant régulièrement, vous reprogrammez votre esprit, vous lui montrez, petit à petit mais indubitablement que oui, vous pouvez agir, faire des choses, changer vos habitudes.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Bougez-vous les fesses : 16 moyens de rester motivé quand vous êtes sur la pente descendante

Course à pieds : un cercle vertueux qui peut tout changer

Il suffit de se lancer… Cinq minutes par jour.

Et pour ça, pas de secret : engagez-vous à aller courir, ne serait-ce que 5 minutes. Tout l’effort réside dans ces 5 premières minutes. Au bout de cinq minutes, vous êtes libre de retourner chez vous… ou de continuer.

Mais si vous faites ces 5 minutes par jour, ou tous les deux jours…. Votre corps va changer au fur et à mesure des mois. Surtout, votre esprit va changer. Car vous aurez commencé à agir sur votre vie. C’est le début d’un cercle vertueux, qui permettra d’agir sur vos relations. Et donc, sur l’univers. Sur votre univers. Comme le dit Stéphane Brogniart, un célèbre coureur vosgien :

Devenez le champion du monde de VOTRE monde“.

Courir, c’est aussi une porte d’entrée dans le “flow”

Chaque course a le potentiel d’une œuvre d’art.

Quel que soit votre niveau de pratique. Il y a un état particulier chez les artistes et dans la méditation. C’est ce qu’on appelle le “flow”. C’est un moment où la personne se retrouve totalement absorbée par son activité, où elle se voit de l’extérieur, comme si elle regardait un magnifique spectacle. Ce n’est plus elle qui agit, mais l’univers tout entier qui semble donner la force et l’inspiration nécessaire pour que la scène se déroule le plus parfaitement possible. Le flow, c’est l’auteur qui va écrire en une heure ce qu’il écrit habituellement en une journée, c’est le méditant qui ne subit plus le temps qui passe, c’est le peintre qui ressent un élan créatif…

Cet état existe aussi chez les sportifs.

Le geste – le fait de courir de manière détendue, légère, fluide et rapide – se fait naturellement. Un état de bien-être, et non juste de “mieux-être”, se fait sentir chez le coureur. Le temps peut passer, les kilomètres peuvent s’accumuler, tant que le coureur reste dans le flow, il a un maximum de bénéfices avec un minimum d’efforts. Évidemment, cela ne dure qu’un temps. Pour atteindre le flow, et y rester, il faut cultiver sa pratique et son état d’esprit. A chacun d’avancer à son rythme, d’oser se lancer, et d’en récolter les fruits quand ceux-ci sont mûrs. Qu’on appelle cet état “le flow“, “vivre l’instant présent” ou “être en pleine conscience”, c’est quelque chose qui existe, et qui permet de courir sans lassitude. Et ça, croyez-moi…

Ça rend heureux et zen.

Ne devenez pas juste un coureur de plus, devenez l’artiste de votre vie. Et ainsi, faites de votre vie une œuvre d’art… Merci pour votre lecture ! Pour finir, je vous laisse sur ces quelques mots…

“Si vous n’êtes pas vous, qui le sera ?”

 

Mickaël de Courir un Trail !

Tags: , , , ,

11 commentaires on Courir, est-ce le début du bonheur ?

  1. Si vous avez des questions ou des réactions, n’hésitez pas 😉

  2. Lynfit dit :

    Bonjour,
    J’ai recommencé à courrir avec les beaux jours de la semaine dernière et je vous avoue que ça me donne un coup de fouet, j’ai plus d’énergie, mes articulations sont plus souples et je peux me débarrasser de ces kilos superflus. En courant, je ne pense plus à rien, je profite juste des rayons du soleil qui caressent mon visage… Je crois que l’on peut dire que c’est une forme de méditation 😉
    Bonne journée à tous

  3. mary dit :

    courir nous apprends à aller de l’avant étape par étape surtout dans les moments douleuruex merci pour cet article plein de choses importantes
    agréabe journée

  4. Jung dit :

    Bravo Michael pour ton article!
    Courir en pleine conscience, rien de tel! 🙏🏼🙏🏼
    Pas toujours facile de se motiver a courir mais quand on commence, quand on décide de dépasser le premier quart d’heure de mise en route, c’est que du bonheur!
    J’ai d’ailleurs écrit un article sur la course à pied et comment être au top pour se motiver à courir et courir pour être au top de sa forme! 😁😁
    https://atteindremesobjectifs.com/objectif-course-a-pied-4-cles-pour-etre-au-top-de-sa-forme/

  5. Cyrille dit :

    Merci olivier et bon retour à toi. Ça me fait beaucoup de bien de te lire ce matin.

  6. Gaëlle dit :

    Merci pour cet article. J’ai juste une petite nuance à apporter, j’ai commencé à courir il y a plus de 2 ans, sans matériel avec des baskets basiques. Je vous assure que quand on est une femme, il est préférable d’acheter, au minimum, une brassière, car courir même avec un bon soutien-gorge est, au mieux, inconfortable, au pire : douloureux. Et je suis passée rapidement aux baskets “running” (les moins chères que j’ai trouvées) et j’ai vraiment ressenti un confort plus important. Mais chacun fait ce qu’il veut, de toute façon, la rue ou le chemin ne juge personne ! Bonne journée !

    • Oui, c’est vrai.
      Il existe de bonnes brassières. Le must, en laine (sisi !) Icebreaker ! Mais ça coute !
      Sinon, certaines coure sans soutien-gorge, mais en y allant progressivement.
      Merci pour ton commentaire 🙂

  7. vic dit :

    Bonjour Olivier,

    Je te remercie pour tout ce que tu partages car c’est cela qui m’a motivée à être entrepreneur et blogeuse.

    Du coup, je tiens à te faire partager dans ce commentaire mon blog qui apporte aussi mes solutions bien-être en fonction des articles mis en ligne.

    Je suis professeur de yoga, pilates et éducatrice sport-santé spécialisée pré-post partum. Mon entrée dans le blogisme est récente.

    Un petit tour sur mon blog serait génial et du partage, merci beaucoup du soutien 😉
    https://victorineperdereau.home.blog

    Partageons ensemble les idées nouvelles et de bien-être 😉

    Bien à toi
    Belle journée

    • Merci pour ton commentaire et ton partage.
      Petite précision, ceci est un article invité. Donc, non pas écrit par Olivier, mais par moi, Mickaël de CourirUnTrail.fr

      Si tu veux écrire un article invité sur CourirUnTrail, n’hésite pas à proposer 😉

      Bien à toi,
      Mickaël

Laisser un commentaire