La cuisine c’est un art mais c’est un art populaire. Dans cet article on ne parlera pas de grande cuisine ou de cuisine de chefs étoilés ce n’est pas le propos et ils ne sont qu’une poignée alors que nous sommes tant à cuisiner pour les gens que l’on aime. Parfois par contre, la cuisine peut devenir seulement fonctionnelle : il faut faire à manger pour se nourrir pour continuer à pouvoir faire autre chose. Un peu comme dans Ratatouille où le père dit à son fils : « la nourriture c’est du carburant ! ».

Note : Cet article invité a été écrit par Jérôme, blogger sur cocotte-autocuiseur.com, végétarien et cycliste urbain (même quand il pleut !), passe son temps dans sa cuisine, sur son vélo ou en montagne (s’il ne pleut pas !)

cuisine et méditation amélioration du bien-être

Bon ça nous arrive à tous, après une journée compliquée, les enfants à gérer, on cherche juste quelque chose de rapide et simple. Mais au fond, on sent bien que l’on passe à côté de quelque chose. Alors, on passe à côté de quoi ?

La cuisine c’est de l’amour

Cela parait léger dit de cette manière, mais c’est vrai. Pierre Sansot dans son livre Eloge de la lenteur fait la part belle à ces activités qu’il estime bonne pour le bonheur, comme mettre du vin à la cave. Il explique en effet que l’idée de mettre du vin à vieillir montre une grande confiance en la vie et une confiance forte dans des bonheurs futurs. Cuisiner c’est un peu pareil. On prend du temps pour soi, pour satisfaire plus tard ceux que l’on aime.

Et la méditation et le bonheur dans tout ça ? Nous allons voir cela tout de suite mais d’abord, en quoi est-ce que la méditation en devenant une habitude peut vous être utile ?

La méditation, c’est quoi ?

Méditer c’est pour moi d’abord prendre conscience de l’agitation permanente dans nos têtes.

Personnellement, je suis venu à la méditation car j’avais le sentiment de ne pas être vraiment présent dans beaucoup de situations : avec ma famille, en faisant du sport. J’éprouvais des difficultés à être là tout simplement, je me sentais davantage tourné vers une forme d’agitation intérieure, de pensées constantes qui m’empêchaient d’être disponible et présent à ce que je faisais. Et vous, avez-vous remarqué cette agitation ? Je vous propose un petit exercice pour s’en rendre compte.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Productivité Haiku : l'Art de se limiter à l'Essentiel

Mini exercice de méditation (pour se rendre compte de l’agitation de nos pensées)

Voici les instructions, lisez-les puis faites l’exercice (si vous le souhaitez !!!)

  • Fermez les yeux ou non et respirez profondément 5 fois en vous concentrant sur votre respiration. Puis, reprenez une respiration normale tout en continuant à vous concentrer sur votre respiration. Choisissez un point où vous sentez votre respiration le plus facilement : le nez, le ventre, la gorge et explorez vos sensations
  • Essayez de rester concentré sur votre respiration. Votre esprit va vagabonder. Gentiment, ramenez-le vers votre respiration.

Vous avez peut-être senti comme cela était difficile de maintenir votre attention. Or notre esprit est constamment un champ de bataille pour des pensées intrusives. Vous l’avez peut-être touché du doigt. Ensuite, il est intéressant de voir quelles sont ces pensées qui vous viennent : trahissent-elles une inquiétude / un souvenir / un projet … ? Que vous apprennent-elles de vous-même ? À vous de vous interroger, je n’ai pas la réponse !

Si vous souhaitez approfondir la question de la méditation il existe de multiples Moocs et podcasts sur le sujet, mais maintenant revenons à nos oignons ! Comment allier cuisine et méditation dans le but d’être plus heureux ?

Cuisine et méditation : Ancrer dans le quotidien une pratique qui vous fait du bien.

J’imagine que comme moi, vous cuisinez tous les jours ou presque. Parfois, cuisiner devient une corvée et pourtant on le sait on cuisine le plus souvent pour ceux que l’on aime et si on prend le temps d’y réfléchir c’est tout de même dommage de ne pas en profiter davantage ! Aussi, je vous propose ce petit exercice de cuisine méditative qui peut vous aider à être présent à ce que vous faites, et je pense, à vous rendre heureux ! Attention, c’est parti.

1. Pensez aux gens pour qui vous cuisinez

Avant de commencer à cuisiner, vous pouvez sans prendre trop de temps non plus, avoir une pensée pour chacune des personnes pour lesquelles vous cuisinez. Imaginez-les assises pour le repas avec vous et visualisez chacune des personnes.

Pour chacune, pensez à :

  • Ce que vous aimez chez cette personne
  • Un bon souvenir récent que vous avez d’elle
  • Votre première rencontre
  • Une particularité physique que vous aimez chez elle

Vous verrez, ça fait tout de suite sourire.

2. Profitez de ce temps pour vous

Cuisiner c’est accepter de passer du temps à faire quelque chose. C’est pourquoi j’ai un avis mitigé sur les autocuiseurs électriques comme le Cookeo où on ne cuisine plus vraiment, c’est la machine qui s’en occupe et nous donne des consignes.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  5 excellentes raisons de manger plus lentement

Profitez donc de ce temps. Il vous faudra 20 minutes ou 30 minutes ou une heure. C’est un moment pour vous aussi. Votre pensée va vagabonder, et s’ancrer dans l’activité de cuisine vous permet de vous recentrer sur ce que vous faites.

3. Profitez des produits que vous avez.

Le toucher, le gout, les odeurs sont autant de portes sur l’immédiateté de votre action. Prendre un légume ou un fruit, le regarder vraiment, frotter sa peau et en écouter le son (un raisin sec craque légèrement… ) le sentir avant de le couper puis le sentir après, s’interroger sur sa provenance. Manger c’est transformer un aliment en notre chair et cuisiner, c’est transformer des aliments en chair des gens que l’on aime. Quand on prend conscience de cette dimension intime de la nourriture on prend un plaisir différent à choisir ses aliments et à passer du temps en cuisine. On fabrique des corps, c’est magique non !

4. Cherchez l’équilibre

recherche équilibre en cuisine méthode de relaxation

En cuisine comme dans la vie on est à la recherche d’équilibre. Il faut que ce soit épicé mais pas trop, acide mais pas trop, salé mais pas trop, la liste est longue des équilibres à rechercher pour l’acrobate cuisinier ! Cette attention au détail, au plaisir de gouter, d’essayer d’ajouter un nouvel ingrédient, de surprendre sont autant de manière d’être intensément présent à ce que l’on fait, tout en se projetant vers un avenir agréable : le repas.

5. Mangez !

Manger c’est quand même le but de la cuisine ! Encore une fois, parfois on oublie que l’on mange et avec mes enfants notamment, j’aimerai qu’ils soient plus attentifs et réceptifs à ce qu’ils vont manger alors je leur demande de :

  • Regarder leur assiette avant de manger et de dire ce qu’ils trouvent joli, d’imaginer le gout que cela va avoir
  • Gouter et de deviner tous les ingrédients qu’il y a. Je les invite à fermer les yeux et à essayer de sentir ce qu’il y a.

Après ce n’est pas toujours facile ! Mon fils a des gouts très variés et il est très curieux mais ma fille adore le sucré et les pâtes sans sauce…

Bref, dans ce petit article j’ai souhaité vous parler de cuisine et de méditation car je suis convaincu que c’est une entrée vers le bonheur.

Jérôme, blogger sur cocotte-autocuiseur.com

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire