personnes qui ne cèdent pas à la procrastinationIl est assez rare de tomber sur des personnes qui ne cèdent (presque) jamais à la procrastination. D’après mon expérience, 95 à 99% de gens cèdent à la procrastination, au moins une partie de chaque jour. Si ce n’est pendant pratiquement toute la journée !

Ce n’est pas une façon de juger qui que ce soit. Il m’arrive également de céder à la procrastination. Je cherche plutôt à comprendre nos réactions habituelles au stress, à l’incertitude, aux tâches difficiles, à l’accablement, aux distractions et plus encore. La plupart d’entre nous cédons à la procrastination à cause des habitudes que nous avons adoptées quand nous étions enfants et adolescents.

Pourtant, certaines personnes cèdent rarement à la procrastination. Tomber sur ce type de personnes, c’est comme trouver une licorne — elles sont belles et semblent un peu sortir de l’ordinaire ! Ainsi lorsque je rencontre une d’elles, je cherche à apprendre d’elle.

J’ai découvert que les personnes qui ne cèdent pas à la procrastination ont deux habitudes fondamentales (et ce sont des habitudes que j’essaie de pratiquer la plupart du temps). En plus de ces deux habitudes, il existe une habitude bonus que j’ai trouvé utile :

1. Avoir de la compassion pour son futur soi. C’est la principale habitude que j’ai remarquée chez les personnes qui ne cèdent pas à la procrastination. En fait, la plupart d’entre elles la pratiquent sans vraiment y penser ! Elles pensent à ce qui à l’avenir les rendrait plus heureuses ou à ce qui les ferait moins souffrir. Ensuite, elles pratiquent cette habitude. C’est si simple, n’est-ce pas ?

2. Rendre les actions petites et réalisables. C’est une astuce assez courante, mais combinée avec l’habitude ci-dessus, elle devient un puissant moyen de faire d’une pierre deux coups. Prenez n’importe quelle tâche difficile et rendez-la plus petite, plus facile, plus réalisable.

3. Habitude bonus : s’ouvrir pleinement à la tâche. C’est une habitude que j’ai ajoutée personnellement. Les personnes qui ne cèdent pas à la procrastination ne la pratiquent pas toutes…, mais elle fonctionne à merveille. Au lieu de vous fermer à la tâche, au lieu de vouloir qu’elle se termine, vous pouvez vous ouvrir complètement à elle.

Examinons chacune de ces habitudes un peu plus en détail.

Avoir de la compassion pour son futur soi

Il est fort probable que vous ayez déjà entendu parler de cette approche, mais cela vaut le coup d’y repenser. L’un de mes professeurs de méditation préférés a écrit à ce sujet, et j’ai voulu explorer cela un peu.

Je pense que les personnes qui ne cèdent pas à la procrastination ont pris cette habitude lorsqu’elles étaient à l’école primaire. Et elles ne se rendent même pas compte qu’elles la pratiquent la plupart du temps. Un fait particulier à marquer leur jeunesse. Peut-être qu’elles ont été en retard pour quelque chose parce qu’elles ont cédé à la procrastination. Ou peut-être qu’elles ont dû faire une tâche à la dernière minute et elles ont vraiment détesté cela. Cette expérience leur a appris que remettre les choses à plus tard équivaut à créer une douleur future.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Routine du Matin | Conseils

Par conséquent, ces personnes ont adopté une nouvelle habitude mentale et elles ont commencé à réfléchir comme suit :

1. Si je reporte cette tâche, ce sera encore plus difficile pour moi à l’avenir ; ou

2. Je serai plus heureux à l’avenir, si j’accomplis cette tâche maintenant, par conséquent,

3. Je devrais en finir dès maintenant.

C’est si simple, et pourtant cela doit être enraciné en vous et devenir une habitude. Au lieu de cela, la plupart des gens ont l’habitude de penser comme ceci :

1. Je peux le faire plus tard, ce n’est pas un problème. Je préfère faire autre chose maintenant ; ou

2. Je veux m’épargner cette douleur maintenant, je préfère la repousser et soulager mon stress avec de la bonne nourriture, de la distraction, etc..

3. Par conséquent, je laisse tout pour profiter d’Internet !

C’est une habitude tellement enracinée qu’on n’y pense même pas.

Pour changer cette habitude, faites une pause et soyez plus méthodique. Pensez à votre futur vous, demain ou dans un an. Quelles mesures prises aujourd’hui et dans les jours à venir rendraient plus heureux ce futur vous ? Comment pouvez-vous faire preuve de compassion à l’égard de votre futur vous pour qu’il n’ait pas à souffrir ?

Travaillez sur cette approche et faites-en une habitude. Elle est simple, mais une fois encore, combinez-la avec l’habitude suivante, et vous verrez la puissance de cette méthode.

la procrastination

Rendre les étapes faciles et réalisables

L’habitude ci-dessus est simple et peut-être un peu évidente pour ceux qui en ont déjà entendu parler. C’est aussi le cas pour la présente habitude. Pourtant, la plupart des gens ne réalisent pas à quel point il est puissant de combiner ces deux habitudes pour en faire une seule méthode. En fait, je crois que la plupart des personnes qui ne cèdent pas à la procrastination combinent ces deux habitudes, sans s’en rendre compte.

L’habitude est la suivante : faire en sorte que la tâche semble si réalisable qu’il soit facile de la commencer. Une fois que vous avez commencé, vous y êtes. Vous progressez déjà, alors vous continuez d’avancer. La clé consiste donc à se lancer. Et vous le faites en vous donnant l’impression qu’il s’agit d’une tâche très facile à démarrer. Vous essayez de tromper votre vous actuel pour qu’il commence la tâche afin que votre vous futur soit plus heureux. Toutefois il ne s’agit pas vraiment d’une ruse, puisque vous pouvez vraiment commencer facilement une tâche. Le problème c’est que nous nous mettons à l’esprit qu’il s’agit d’une tâche difficile et douloureuse de sorte que nous la repoussons. Si nous commençons, nous verrons que ce n’est pas si mal.

Par conséquent, lorsque vous voulez démarrer une tâche ou un projet, prenez l’habitude de penser à la facilité que vous aurez à commencer. Voulez-vous écrire le chapitre d’un livre ? Ne pensez pas à la difficulté d’écrire un chapitre pendant 3 à 4 heures ni au nombre de choses que vous devez comprendre avant de pouvoir écrire ce chapitre. Au lieu de cela, pensez simplement à ouvrir un logiciel de traitement de texte, à écouter de la belle musique et à écrire la première chose qui vous vient à l’esprit. C’est facile, faisable et pas accablant. Pensez à la facilité avec laquelle il est possible de commencer. Ne regardez pas la tâche dans son ensemble. La vérité, c’est que vous ne pouvez pas tout faire d’un coup. Tout ce que vous pouvez faire, c’est la prochaine étape. Concentrez-vous sur cela.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Article invité : Comment changer sa vie avec des rituels

Combinez ces deux approches et voyez ce qui se passe. Ayez de l’empathie pour votre futur vous, puis réfléchissez à comment commencer le plus petitement possible. Soyez simplement comme une personne qui ne cède pas à la procrastination !

Bonus : S’ouvrir pleinement à la tâche

J’ai trouvé qu’il est important d’ajouter la dernière habitude à cette méthode, même si toutes les personnes qui ne cèdent pas à la procrastination ne la pratiquent pas. Elle requiert un peu plus de présence d’esprit et de pleine conscience que la plupart des habitudes.

Elle a rapport à la manière dont nous abordons la tâche. En général, nous voulons soit 1) nous éloigner d’une tâche parce qu’elle est difficile ou remplie d’incertitude, soit 2) en finir avec la tâche (comme si c’était une corvée), et passer à la tâche suivante, car nous avons beaucoup à faire. Le problème avec cette approche, c’est que chaque tâche devient alors une chose avec laquelle on a envie d’en finir, quelque chose que nous n’aimons pas faire. Cela signifie que nous passons nos journées à faire des choses que nous n’aimons pas vraiment, et au bout d’un certain temps, cela devient fatigant, stressant, ennuyeux.

Cela mène logiquement à la procrastination : qui veut faire des tâches qu’il n’a pas vraiment envie de faire ?

Au lieu de cela, et si vous vous ouvriez complètement à la tâche et que vous trouviez votre joie en l’accomplissant ?

Vous devez vous autoriser à être pleinement présent avec la tâche. Par exemple :

  • Lorsque vous êtes sur le point de commencer à écrire (ou une autre tâche similaire), entrez dans l’espace dédié à la tâche. Mettez-vous en condition pour commencer pleinement.
  • Regardez la tâche dans son ensemble et remarquez si vous résistez, si vous voulez vous enfuir, si vous n’aimez pas cela.
  • Autorisez-vous à rester avec la tâche, ayez de la compassion pour vous-même, mais aussi pour votre futur vous.
  • Faites preuve de gratitude parce que vous êtes capable d’exécuter la tâche et de la relier à la plus grande mission que vous essayez de remplir, aux personnes qui vous sont chères.
  • Au milieu de cette gratitude et de cette dévotion à qui et à ce qui vous tient à cœur… vous accomplissez la tâche, et trouvez de la joie dans la simplicité de l’action.

Remarquez la différence entre ce genre d’ouverture et la façon dont nous essayons habituellement de faire les choses, d’en finir. Ce sont deux approches complètement différentes.

Ouvrez-vous à la tâche, ayez de la compassion pour vous-même et concentrez-vous sur la façon la plus petite et la plus réaliste de commencer. Voyez ce que cela pourrait changer.

Article original écrit par Léo Babauta.

En guise de complément, je vous invite à suivre la vidéo ci-dessous. Elle présente 6 étapes pour agir immédiatement et arrêter de céder à la procrastination. Les informations complémentaires qu’elle livrent vous aideront à désormais mieux aborder vos différentes tâches.

Tags: , , , ,

3 commentaires on Deux habitudes simples des personnes qui ne cèdent pas à la procrastination

  1. Jung dit :

    Merci pour cet article et ces 2 + 1 astuces pour ne pas céder à la procrastination.
    J’aime particulièrement celle qui consiste à avoir de la compassion pour soi-même. C’est tellement important de faire preuve de bienveillance envers nous-mêmes en apprenant à faire les bons choix.
    J’ai fait un article sur la procrastination qui vient tout à fait compléter cela :
    https://atteindremesobjectifs.com/ne-plus-procrastiner-mes-7-meilleures-astuces/

  2. Merci beaucoup Olivier, depuis que j’ai commencé à lire tes articles j’agis sincèrement autrement qu’au paravent.
    Je tiens vraiment à te remercier et à t’encourager pour le dur travail que tu accompli. ..

  3. de Sousa dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article pertinent et plein de bon sens qui apporte des clés indispensables pour démarrer.

Laisser un commentaire