processus de désencombrementQuand nous commençons à désencombrer nos vies, c’est souvent parce que nous aspirons à une sorte de paix. Nous voulons trouver un certain espace ou un certain répit par rapport au chaos… ou peut-être est-ce pour commencer à mener une vie plus intentionnelle et plus belle.

Toutefois, quelque chose de magique se produit lorsqu’on plonge dans le processus de désencombrement.

En effet, nous commençons à apprendre à nous connaitre.

Et si nous continuons, le processus de désencombrement peut nous tracer la voie vers une croissance personnelle profonde.

J’ai vu cela se produire dans ma propre vie et dans la vie des gens avec qui j’ai travaillé, d’innombrables fois.

Le processus de désencombrement nous amène à confronter certains rapports clés que nous avons avec nos possessions et avec le monde qui nous entoure :

  • Nous comprenons que l’encombrement représente souvent nos habitudes de procrastination et de fuite. Ainsi, si nous voulons nous attaquer à l’encombrement, nous devons changer ces habitudes.
  • Nous réalisons que nous donner beaucoup de pouvoir à nos possessions : le pouvoir de nous donner une identité, un sens de la valeur, un sens de qui nous sommes ; le pouvoir d’assurer la sécurité, de nous donner de l’espoir pour l’avenir, des souvenirs, de l’amour, du confort.
  • Ensuite, nous nous rendons compte que ce pouvoir est en nous depuis toujours, et non en dehors de nous. Il faut du travail pour commencer à voir cela d’une manière expérientielle (pas seulement intellectuelle).
  • Nous découvrons que nous sommes très attachés aux choses et nous apprenons à lâcher prise. Cela demande beaucoup d’attention, et une certaine prise de conscience quant au fait que nous avons le bonheur en nous. Le fait de lâcher prise n’est qu’une pratique de cette prise de conscience.
  • Nous commençons à prêter attention à ce qui est vraiment important pour nous, et cela va changer le cours des choses. Lorsque nous nous posons la question de savoir ce qui est vraiment important, nous pouvons commencer à vivre intentionnellement, et une fois que nous commençons à vivre en accord avec ces valeurs, nous faisons évoluer notre compréhension de ce à quoi nous tenons vraiment. Notre compréhension change à mesure que nous agissons.
  • Nous commençons à faire face à la honte et à la culpabilité qui découlent de l’encombrement, de la procrastination, de la fuite, des nombreuses années que nous avons passées à dépenser sans réfléchir. La honte et la culpabilité nous gênent, mais elles peuvent aussi nous inciter à reconsidérer nos habitudes, à commencer à les modifier. En fin de compte, l’un des changements les plus puissants, c’est de se débarrasser de la honte et de la culpabilité tout en embrassant la vérité qui se révèle à nous lorsque nous refusons de fuir.

Ce sont quelques-unes des choses que nous pourrions explorer pendant que nous désencombrons notre vie. Beaucoup plus de possibilités existent, et je pense que vous trouverez vos propres réalisations et votre propre chemin de croissance qui vous sont uniques.

Voyons ensemble quelques exemples.

Le pouvoir que nous donnons aux objets se trouve en réalité en nous

Au fur et à mesure que nous désencombrons notre vie, nous pouvons nous surprendre à nous poser la question de savoir pourquoi exactement nous avons acquis tous ces articles et pourquoi nous les gardons avec attachement.

Et puis nous réalisons le pouvoir que nous donnons à tous ces objets.

Imaginez ce qui arriverait si nous pouvions réaliser que le pouvoir n’est pas à l’extérieur de nous, mais qu’il est en nous depuis toujours.

Voici quelques cas courants :

1. Sécurité : Beaucoup de gens se sentent en sécurité quand ils achètent beaucoup de choses. « Si tout s’effondre, au moins nous aurons tout ça, n’est-ce pas ? » se disent-ils. C’est le même genre d’idées que les gens de la génération de mes grands-parents, qui ont grandi pendant la Grande Dépression, avaient autrefois. Toutefois, même si je suis tout à fait en faveur de la possession d’un compte d’épargne pour les urgences, les possessions ne constituent pas le meilleur moyen de garantir la sécurité. En fait, la sécurité est à l’intérieur de nous : il nous faut être conscient de la peur et méditer sur elle sans y réagir, développer des compétences et des options pour pouvoir survivre dans de nombreuses situations, faire en sorte de ne pas être profondément endetté ou surchargé de factures, et au final, être confiants que nous serons bien comme nous sommes.

2. Approbation : Beaucoup d’entre nous essaient d’acheter de belles choses pour impressionner les autres. Nous ne l’admettons généralement pas, mais nous cherchons l’approbation des autres. Peut-être avez-vous acheté une belle maison avec de beaux meubles, un tourne-disque branché de la vieille école ou un système de son impressionnant. Peut-être avez-vous acheté une énorme télé ou les derniers gadgets ou peut-être que vous vous montrez plus minimaliste que quiconque. En fin de compte, nous recherchons l’approbation des autres. Et si nous nous approuvions nous-mêmes ? C’est vrai ; c’est plus facile à dire qu’à faire, mais le pouvoir de nous approuver nous-mêmes est en nous. Et si nous cessons de chercher une approbation extérieure, nous en prendrons conscience. Désencombrez votre vie pour prendre soin de vous-même, pour votre croissance personnelle, et non pour obtenir l’approbation des autres. Faites de bonnes actions pour vous-même et commencez à vous aimer exactement comme vous êtes.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Esprit Zen : Comment ranger

3. Réconfort : Le simple fait d’acquérir des biens peut être une façon de nous réconforter, comme le fait de manger nous réconforte quand nous sommes stressés. Toutefois, bien des fois, nous achetons des biens pour nous réconforter : un matelas ou un canapé plus joli, une moquette épaisse ou des gadgets de cuisine pratiques. Il n’y a rien de mal à cela, mais il est aussi utile de noter que nous donnons à ces choses le pouvoir de nous réconforter.

Que se passerait-il si toutes ces possessions nous étaient enlevées comme cela m’est une fois arrivé lorsqu’un typhon s’est abattu sur Guam ? Au lieu de cela, nous pourrions nous rendre compte que nous avons le pouvoir de nous réconforter de l’intérieur : en méditant, en nous promenant dans la nature, en nous donnant mutuellement de l’amour, en nous reposant quand nous sommes fatigués ou stressés, en créant et en trouvant la joie de vivre, en aimant autrui et en aimant la vie.

4. Identité et valeur : Les possessions peuvent souvent nous donner un sentiment d’identité et de valeur. En effet, un trophée nous donne le sentiment d’avoir accompli quelque chose, avoir un bon équipement de ski ou une planche de surf nous donne le sentiment d’aimer la vie en plein air, etc. Lorsque nous avons de nombreux livres, nous avons le sentiment d’être intelligents ou intellectuellement accomplis. Toutefois, la vérité, c’est que ce que nous ressentons par rapport à nous-mêmes ne vient pas vraiment des objets. C’est un processus interne, tout vient de l’intérieur. Vous voulez vous sentir spécial ? Appréciez les merveilles qui émanent déjà de vous. Démontrez-le à vous-même tous les jours avec 20 minutes de méditation et 100 pompes. Même en vous concentrant simplement sur votre esprit, vous pouvez finir par tomber en admiration pour vous-même !

5. Souvenirs et amour : Nous ne supportons pas de nous débarrasser de certains objets parce qu’ils sont le symbole de souvenirs incroyables et le témoignage de l’amour des gens qui nous les ont donnés. Cependant, les souvenirs ne se trouvent pas dans les objets en question ! Ils sont dans notre tête, et une simple photo numérique peut nous les rappeler, surtout si nous avons l’habitude de parcourir régulièrement l’album photo numérique. De même, l’amour de ces gens n’est pas dans les objets ! Il est dans nos cœurs. Nous avons seulement besoin de sentir cet amour de l’intérieur, et aucun objet ne peut réellement nous donner cela.

6. Espoir et aspiration : Nous nous accrochons aux équipements de sport et d’entrainement que nous n’utilisons jamais parce que nous avons l’espoir de pouvoir le faire à l’avenir. Nous conservons 100 livres parce que nous avons l’ambition de les lire dans le futur. Il y a des dizaines d’objets dans notre vie qui représentent nos espoirs et nos aspirations pour nous-mêmes (les miens sont : les tours de magie, le jonglage, les échecs, le jeu de Go, les randonnées, le camping, les livres pour apprendre, la littérature).

Cependant, que se passerait-il si nous réalisions que nous n’avons pas besoin de nourrir tous ces espoirs par rapport à notre avenir ? Et si nous nous rendions compte que la grandeur est en nous, en ce moment, et que nous n’avons pas besoin de faire tout cela ? Nous avons exactement ce qu’il faut, en ce moment même, et bien qu’il soit possible que nous réalisions certaines de ces aspirations un peu plus tard, nous n’en avons pas vraiment besoin. Nous pouvons tout laisser tomber et nous réjouir du moment présent. Laissons la porte ouverte à des possibilités incroyables pour l’avenir, mais restons réalistes en sachant que nous ne pourrons nous concentrer que sur ce qui est vraiment important dans un avenir proche.

7. Le bonheur : En fin de compte, la plupart des possessions sont destinées à nous apporter du bonheur. En effet, acheter un nouveau mixeur pour nos boissons fouettées nous permettra d’être en bonne santé et en forme, une nouvelle tenue nous donnera la sensation d’être plus beaux et nous mettra en confiance. De même, porter un nouveau sac nous permettra de paraitre branchés, lire un nouveau livre nous donnera de la joie ou un aperçu sur certaines choses. Tout cela peut arriver. Cependant, le bonheur qui en résulte ne vient pas vraiment des choses que nous acquérons. Il vient de notre propre connexion avec nos cœurs affectueux et ouverts. Les choses que nous acquérons pourraient faciliter cela, mais la plupart du temps, elles viennent compliquer l’expérience.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Productivité Haiku : l'Art de se limiter à l'Essentiel

Nous acquerrons un grand pouvoir lorsque nous prenons conscience des choses que nous pensons que nos possessions font pour nous. Il est encore plus incroyable de réaliser que ce pouvoir peut émaner de nous, sans que nous ayons besoin d’objets extérieurs.

Sachant cela, nous pouvons laisser tomber tout ce qui ne nous est pas véritablement utile.

vraiment important

 

Vivre sa vie avec intention, en harmonie avec ce qui est vraiment important

L’un des aspects magiques du processus de désencombrement, c’est qu’il vous oblige à vous poser une merveilleuse question :

Qu’est-ce qui est vraiment important dans ma vie ?

Lorsque vous vous attaquez à une pile de vêtements, à un comptoir encombré, à une étagère débordant de livres, il n’y a aucun moyen de vous débarrasser de l’encombrement sans répondre à cette question.

Pour vous débarrasser de quoi que ce soit, il faut tenir compte de ce qui est essentiel et de ce qui ne l’est pas.

La simplicité consiste simplement à identifier ce qui est essentiel et à laisser tomber le reste.

Lorsque vous démarrez le processus de désencombrement dans votre vie, vous pourriez ne pas savoir ce qui est vraiment important. Vous regardez certains vêtements et vous vous dites que vous ne les avez pas portés depuis quelques années, donc ils ne sont probablement pas si importants, n’est-ce pas ?

Toutefois, après avoir élevé une ou deux piles de vêtements, vous êtes confronté à une pile de vêtements dont il est plus difficile de se débarrasser. Vous vous demandez : « Est-ce des vêtements que je dois conserver ou pas ? » « Ces vêtements sont-ils vraiment importants pour moi ? » « Qu’est-ce que je considère comme important dans ma vie ? » « Quel genre de vie ai-je envie de vivre ? » « Quelles sont les choses qui ont vraiment de la valeur à mes yeux ? »

Pour moi, cela a commencé à se résumer à quelques éléments clés. Voici ce que j’apprécie le plus :

1. Un travail utile : J’aime aider les gens à entrer dans l’incertitude de leur mission et de leur propre travail utile, en changeant leurs tendances habituelles à l’aide de techniques de pleine conscience. C’est ce à quoi je tiens profondément.

2. Mes proches : Je tiens beaucoup à ma femme et à mes enfants, à ma mère, à mes frères et sœurs et à d’autres proches et amis très importants que j’aime profondément. J’aime passer de bons moments avec eux et les aimer.

3. Vivre une vie consciente, saine, végétalienne et pleine de compassion : Cela implique de manger de délicieux et sains aliments végétaliens, d’être actif, de méditer, de jouer avec mes enfants, etc. Vivre une telle vie signifie être compatissant autant que je le peux. Cela signifie grandir, évoluer, aimer.

C’est tout ce qui compte pour moi. J’aime voyager, mais ce n’est plus l’une de mes principales priorités à moins que je ne voyage dans le cadre de l’une de ces priorités. J’aime lire, mais dernièrement, je lis uniquement lorsque cela peut servir l’une des priorités que j’ai listées plus haut. Je continue toutefois d’aimer la lecture. J’aime les bons films, la télévision, la musique, l’art. Je crois en effet qu’il est vraiment important de comprendre les questions qui nous affectent tous, comme la politique, l’environnement, le racisme, le sexisme, etc. Cependant, pour ma part, j’ai fait évoluer mes priorités vers les points ci-dessus. En somme, ma plus grande priorité est l’amour.

Gardez toutefois à l’esprit que ce ne sont que mes réponses. Vous trouverez les vôtres en poursuivant cette enquête sur ce qui est vraiment important.

Quand on commence à s’en rendre compte, il se passe quelque chose d’incroyable : on commence à vivre en harmonie avec ces priorités. Vous commencez à vivre vos valeurs. Vous commencez à vivre consciemment, avec intention.

Quand vous commencez à découvrir vos priorités, alors vous pouvez commencer à lâcher prise par rapport à tout ce qui ne sert pas ces priorités. L’encombrement devient plus clair, et il devient plus facile de s’en débarrasser.

Vous pouvez commencer vos journées avec intention. Qui allez-vous servir ? Quelles seront vos priorités ? Sous quel jour vous montrerez-vous ? À quel point pouvez-vous aimer ?

Article original écrit par Léo Babauta.

En complément, j’aimerais vous inviter à suivre la vidéo suivante. Elle explique qu’il en faut peu pour être heureux et que l’on gagnerait beaucoup à se focaliser sur ce qui est vraiment important.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

desencombrement se détendre, zen art de la simplicite

Tags: , , , ,

5 commentaires on La simplicité comme pratique spirituelle : Le processus de désencombrement

  1. Jung dit :

    Merci beaucoup pour cet article vraiment inspirant. Le désencombrement fait partie de mon quotidien. J’apprends à vivre en dématérialisant ce en quoi je voue des sentiments, de la sécurité, du bien-être, même si je ne me sépare pas de tout. J’ai toujours ce besoin de posséder certaines choses mais qui, désormais, ont une véritable valeur sentimentale et émotionnelle.
    Tout cela, on devrait l’apprendre dès le plus jeune âge aux nouvelles générations qui ne jurent plus que par la richesse matérielle, la possession, etc… Mais l’école ne nous apprend pas cela…

  2. Carmen dit :

    Je suis justement en train de me débarrasser de mille choses superflues chez moi et je peux vous dire que cela produit un apaisement, vous vous sentez respirer, vous appréciez l’espace net, vous vous sentez léger, vous vous sentez vivant ! Alors cet article tombe bien, m’encourage et me donne envie d’aller encore plus loin… Merci Olivier pour votre blog !

  3. mary dit :

    merci beaucoup pour cet article Le désencombrement de fond consiste à se débarrasser des choses inutiles cachées pour ne garder que le minimum de choses réellement utiles et ainsi se sentir moins encombrée moins oppressée et pour gagner de la rapidité dans le rangement et la recherche d’objets

  4. Annie dit :

    Merci pour cet article très intéressant et pour la vidéo ! Je me mets au travail dès demain !!

  5. laurent dit :

    ça marche pour les gens ?

Laisser un commentaire