voyager légerAujourd’hui, Eva et moi avons décidé à la dernière minute d’avancer de deux jours notre tour du monde. Nous voulons en effet éviter de croiser un violent typhon qui se dirige vers nous.

Heureusement, nous avons l’habitude de voyager léger. De plus, nous sommes si flexibles que le changement de plan n’a pas été trop difficile.

Nous avons installé des volets anti-tempête, acheté de la nourriture pour nos enfants afin qu’ils n’aient pas à affronter la tempête avec leur grand-mère, et fait ensuite nos valises.

Pendant tout ce temps, nous avions ressenti une énorme absence de fondement. Nous étions en effet en train de laisser nos enfants à l’approche d’une tempête (bien que nous sachions qu’ils seront en sécurité) pour nous rendre en Afrique armés de vaccins contre la typhoïde, la fièvre jaune et d’une poignée de pilules antipaludiques. Derrière nous, il y avait beaucoup de travail que nous avons laissé pour prendre la direction de l’aéroport.

Deux choses nous ont aidés à traverser ce temps de chaos, d’incertitude et d’absence de fondement :

1. Avoir la flexibilité nécessaire pour voyager léger ; et

2. S’ancrer au centre de la tempête de notre vie.

J’aimerais échanger avec vous sur ces points, parce que je crois qu’ils nous apprennent des leçons très importantes par rapport à notre vie de tous les jours et à l’absence de fondement que nous ressentons tout le temps.

Si nous pouvons nous entrainer en étant au milieu d’un voyage de 3 semaines qui commence à Guam et traverse l’Asie et l’Europe, nous fait faire escale pour un safari au Kenya, puis retourne à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et la Californie pour enfin revenir en Asie (à Tokyo) et redescendre sur Guam… si nous pouvons nous entrainer au cours d’un voyage aussi délicieusement fou et fatigant, alors nous pouvons le faire, peu importe le chaos qui prévaut.

Commençons par la flexibilité et la capacité de voyager léger.

Flexibilité et voyages légers

Si vous êtes un lecteur fidèle de ce blog, alors vous savez que je suis un grand partisan du « voyager léger ». Eva et moi voyageons pendant des semaines chacun avec un petit sac à dos (de 20 L).

Cela peut sembler de la vantardise, mais c’est une approche importante qui nous permet d’être plus flexibles lors d’un voyage comme celui-ci. Et il s’agit aussi d’une approche qui s’applique à la vie en général.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  5 excellentes raisons de conduire lentement, et comment le faire

Flexibilité et légèreté nous permettent de :

  • Passer facilement d’un plan à l’autre au besoin ; de faire rapidement nos bagages ; et d’être rapidement pris en charge dans les aéroports et les gares.
  • Ne pas nous fatiguer en trainant les bagages, ce qui nous permet d’être plus ouverts aux expériences.
  • Ne pas avoir du mal à passer une journée de plus quelque part, car nous n’avons pas de bagages à trainer. Nous pouvons même marcher toute la journée avec nos sacs à dos.
  • Prendre un itinéraire inattendu (à pied, en bus, en taxi, en train, en avion) si on en a envie.
  • Être ouverts aux changements et ne pas nous laisser endurcir par l’inflexibilité ou nous inquiéter que les choses tournent mal.

Cela dit, voyager léger signifie que nous avons peu d’outils pour faire face aux choses que nous pourrions rencontrer. Les gens qui se préparent à chaque éventualité pourraient se sentir mieux préparés que nous, même s’ils paient pour cela le prix de trimbaler de lourds bagages. J’ai appris à accepter le fait d’avoir moins d’options, confiant que je peux gérer à peu près n’importe quelle situation à laquelle je suis susceptible de faire face, parce que je l’ai déjà fait plusieurs fois.

Pensez à cette idée, pensez à la façon dont elle pourrait s’appliquer à votre vie quotidienne. Être léger et flexible pourrait signifier que nous sommes moins coincés, que nous avons non seulement moins de choses à porter sur le dos, mais aussi moins de choses à porter dans notre esprit.

Avec un esprit flexible, nous pouvons nous adapter aux changements de plans, nous pouvons être ouverts aux opportunités qui se présentent et aux expériences qui surgissent de façon inattendue. Nous pouvons vivre avec le changement et aimer le changement au lieu de nous en plaindre.

Comment avoir un esprit léger et flexible ? C’est simple : en étant moins rigides quant à la façon dont nous voulons que les choses se déroulent, et en apprenant à aimer les situations qui se produisent réellement. Nous devons voir que nos esprits s’enlisent dans certaines croyances. Nous devons apprendre à les abandonner pour que nous puissions être libres, en paix.

absence de fondement

S’ancrer au milieu du chaos

En arrivant à l’aéroport, Eva et moi avons tous les deux ressenti un énorme sentiment d’absence de fondement. C’était comme si nous étions précipités dans le vide sans rien à quoi nous accrocher.

Cela peut donner l’impression d’être au milieu d’une tempête sans avoir un abri. C’est une expérience qui peut être très effrayante, très stressante. Dans ces cas, les réactions varient généralement entre reprendre le contrôle des choses, trouver du réconfort ou s’adonner à des distractions, fuir la situation incertaine, se plaindre ou s’en prendre aux autres, se refermer sur soi-même pour se protéger.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  L'illusion du contrôle

Cela vient de la conviction que nous devons nous protéger contre l’absence de fondement ou faire quelque chose pour nous en débarrasser.

Ce n’est tout simplement pas vrai. Nous pouvons rester au milieu du chaos et de l’absence de fondement, au milieu de la tempête, et être parfaitement bien. En effet, nous pouvons respirer et sentir l’absence de fondement. Nous pouvons sourire et ressentir la joie et la liberté qu’elle procure. Nous pouvons être complètement amoureux de la tempête.

Pour y parvenir, il faut arriver à l’immobilité au milieu du chaos comme je l’ai fait à l’aéroport. Ne bougez pas pendant un instant et ressentez les sensations dans votre corps. Remarquez le tourbillon d’émotions, le stress, l’oppression dans votre tête ou votre poitrine.

Contentez-vous de remarquer cela pour l’instant. Conservez ces sensations au lieu de les fuir et de vous former une histoire sur la situation. Soyez présent. Faites preuve de douceur et de curiosité. Développez une attitude amicale à l’égard de ce que vous ressentez.

L’oppression pourrait se faire ressentir dans votre poitrine, et vous pouvez lâcher prise par rapport à elle et vous détendre au milieu du chaos. Respirez et lâchez prise par rapport à l’oppression. Cela consiste simplement à abandonner l’idée de vous préparer contre la tempête. En abandonnant cette idée, nous pouvons être en paix au milieu de la tempête.

Souriez et laissez la tempête vous frapper. Savourez la sensation que procure l’absence de fondement. Ressentez la liberté que cela procure. Laissez votre esprit s’ouvrir comme un vaste ciel bleu.

C’est en cela que consiste le réel ancrage à savoir être en paix et accepter l’absence de fondement.

Cela revient en fait à aimer les moments de chaos et d’incertitude totale dont se compose la vie.

C’est magnifique, et je suis en plein dedans en ce moment.

J’espère rester au milieu du chaos de ce voyage qui sera plein de changements, de stress, de complexité et d’imprévus. J’espère conserver ma flexibilité, mais en fin de compte je n’ai besoin de rien d’autre que d’être ouvert à la beauté déchirante de la tempête.

Le chaos est un ami

~Bob Dylan

Article original écrit par Léo Babauta.

Beaucoup pensent, à tort, qu’il est difficile voir impossible de voyager léger. Rien n’est plus éloigné de la vérité. Non seulement, il est possible de voyager léger, mais c’est également beaucoup plus pratique. Je vous laisse avec la vidéo ci-dessous qui s’entend un peu plus sur le sujet.

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire