Pour devenir plus zen au quotidien

10 habitudes zen à adopter face à un bébé qui pleure

Rester calme face un bébé qui crie, qui pleure est souvent plus facile à dire qu’à faire. Quel parent n’y a jamais été confronté ?

Bien souvent, vous pensez avoir tout essayé pour apaiser votre bébé. Vous avez tenté de le nourrir, de changer sa couche, de le bercer… Vous avez même vérifié si ses chaussettes n’étaient pas trop serrées !

Et pourtant, rien n’y fait ! Vous commencez alors à stresser. Vous vous sentez totalement impuissant et avez le sentiment d’être un mauvais parent. D’autant plus, lorsque vous êtes dans une période dans laquelle votre bébé pleure plus que d’habitude. En effet, il y a des moments, des jours ou des semaines où ça devient plus compliqué à la maison. Vous avez du mal à être serein. De ce fait, vous ne supportez plus le moindre cri et vous êtes totalement désemparé.

Faire face aux pleurs d’un bébé est une réelle source d’épuisement parental. C’est pourquoi j’ai fait mes recherches afin de vous partager les meilleures astuces et conseils pour développer des habitudes zen lorsque vous êtes confrontés à un bébé qui pleure.

Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi vous êtes tant affecté par les pleurs de votre enfant. J’évoquerai ainsi l’importance de prendre soin de vous afin de prendre soin de ceux qui vous entourent. Ensuite, je vais vous éclairer sur toutes les raisons pour lesquelles votre bébé pleure et répondre à une idée reçue. Et enfin, je vous partagerai des habitudes zen à adopter pour faire face aux pleurs de votre petit bout de chou.

Note : cet article invité a été écrit par Sophie du blog Mamanradieuse, qui traite des sujets autour de la parentalité.

rester calme avec les cris de bébé

Pourquoi êtes-vous tant affecté par votre bébé qui pleure ?

Bien souvent, les tensions et les émotions sont vives pendant les premiers jours et semaines de vie de votre enfant. Alors en tant que parent, il peut être très frustrant de ne pas réussir à calmer un bébé qui pleure. Vous rentrez dans un cercle infernal, plus il pleure, plus vous êtes stressé et frustré. Et ça n’en finit plus… Vous êtes loin d’être serein et bien souvent, vous vous retrouvez sur le point d’exploser !

Vous avez le droit de ne plus supporter les pleurs !

Certains bébés pleurent plus que d’autres pour des raisons que nous ne comprenons pas toujours. Cela ne veut pas dire que vous faites quelque chose de mal ou que vous êtes un mauvais parent. Vous êtes en train de lire cet article… Alors, le simple fait de vous soucier des pleurs de votre enfant fait déjà de vous un bon parent.

Les premiers mois de vie sont loin d’être évidents, car vous êtes encore dans la découverte et l’apprentissage de la parentalité. Et c’est grâce aux différentes expériences du quotidien que vous allez faire connaissance avec votre bébé.

De nombreux parents sont confrontés aux pleurs perçus comme excessifs (1). Et il est tout à fait compréhensible de ne plus supporter d’être face à un bébé qui pleure.

Vous pensez avoir fait tout ce qu’il faut, et pourtant rien n’y fait. Vous êtes d’autant plus stressé et vous culpabilisez de ne pas pouvoir répondre avec certitude aux besoins de votre enfant. C’est un sentiment insoutenable !

Vous avez le droit de vous sentir dépassé. Cependant, ayez confiance en votre capacité à prendre soin de votre bébé. Être serein vous aidera grandement car vous êtes la personne qui connaît le mieux votre enfant.

Pourquoi ne supportez-vous plus les pleurs ?

Pour le meilleur ou pour le pire, un bébé a tendance à “se mettre à l’écoute” de l’état émotionnel de ses parents. Cela signifie qu’un bébé perçoit tout ce qui se passe autour de lui (2). On parle alors de « transfert de sentiment » qui se produit pendant les interactions. En fait, votre bébé ressent les émotions qu’il voit en vous et les enregistre.

Arnault Pfersdorff, pédiatre, explique: « Votre bébé est un véritable buvard ! Ne vous posez pas 1000 questions. Donnez-lui de l’affection. Rassurez-le, et il vous le rendra bien. Il s’apaisera, il se calmera. Cela évitera que toutes vos émotions passent chez lui. »

Lorsqu’un bébé a besoin d’attention et d’écoute, vous lui répondez. Pourtant, bien souvent, vous vous sentez stressés, frustrés et épuisés de par votre quotidien… Cependant, votre enfant perçoit votre état émotionnel, tout comme l’intention que vous mettez dans vos gestes. De cette manière, il peut lui aussi ressentir du stress et cela accentue sa nervosité et par conséquent ses pleurs ! Ainsi, il est difficile de calmer un bébé…

Vous ressentez alors comme une alarme incendie qui se déclenche dans votre cerveau. Mais que se passe-t-il si vous faites tout ce dont vous pouvez et que vous n’arrivez pas à calmer votre bébé ? Plusieurs recherches (3) ont mis en évidence que les pleurs d’un nourrisson affectent négativement le contrôle cognitif. En fait, c’est comme si que la partie pensée de votre cerveau s’arrêtait. De ce fait, vous avez du mal à être serein et à réguler vos propres sentiments et réactions.

Alors, il est aussi important de prendre soin de vous et de reconnaître quand vous avez besoin d’aide !

Prendre soin de ses enfants, c’est aussi prendre soin de soi !

Être parent est un métier à plein temps ! De plus, il est loin d’être inné. Alors, si vous êtes épuisés, exténués… Il peut être plus difficile de prendre soin de vos enfants comme vous le désirez.

Prenons l’exemple du masque à oxygène dans l’avion. Avant le décollage, vous entendez : ” en cas de dépressurisation de la cabine, équipez-vous du masque à oxygène qui tombera du plafond. Ensuite, et ensuite seulement, aidez les personnes qui en auraient besoin autour de vous “.

Eh bien, c’est exactement la même chose dans votre vie quotidienne. Pour continuer à prendre soin des autres, il faut d’abord pouvoir prendre soin de vous…

Imaginez la situation suivante : votre sœur vous fait une confidence : ” Je suis épuisée, j’ai besoin de repos. Je n’arrive pas à joindre les deux bouts, entre le travail, les enfants, les travaux à la maison… Je suis au bout du rouleau avant même de commencer ma journée.” Que diriez-vous à cette personne qui vous est chère ? Probablement, vous l’encourageriez à prendre du temps pour elle, de faire un break… Je suis certaine que vous avez plein d’idées en tête ! Alors, pourquoi ne pas faire preuve de cette même empathie envers vous-mêmes ?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Article invité : Comment changer sa vie avec des rituels

Prendre soin de soi ne demande pas forcément une grande organisation. Cela peut simplement consister à vous asseoir quelques minutes et faire une méditation, prendre un bon bain chaud ou alors aller boire un café avec une amie. Il est important de ne pas vous oublier tant sur le plan physique, qu’émotionnel ! Ne croyez pas que c’est égoïste, car votre équilibre intérieur créera celui de votre enfant. Alors, pensez aussi à vous, chouchoutez-vous.

Lorsque vous êtes dans un état d’esprit plus calme, vous êtes davantage en mesure de calmer votre bébé.

devenir parent apprendre à calmer son bébé

Savez-vous pourquoi votre enfant pleure ?

Pleurer est un comportement naturel pour un bébé ! Ne pouvant pas encore parler, il s’agit de son unique moyen pour s’exprimer et communiquer avec vous.

La durée des pleurs augmente généralement à partir de l’âge de 2 semaines, atteint son apogée vers les 6 à 8 semaines et se stabilise aux alentours de quatre mois (4). Les raisons pour lesquelles votre bébé pleure peuvent être nombreuses ! C’est pourquoi je souhaite vous en parler afin que vous puissiez être serein et avoir une attitude plus zen lors de la prochaine crise de pleurs.

Votre bébé cherche à exprimer un besoin

Lorsqu’un de nos besoins est insatisfait, nous avons tendance à être grognons. Imaginez-vous ne pas dormir plus de 3 à 4 heures d’affilée pendant plusieurs jours. Vous manquerez alors clairement de sommeil, et cela affectera votre état émotionnel. Et, pour votre enfant, c’est pareil !

La première chose à laquelle on pense lorsqu’un bébé pleure est la faim ! Pourtant, les pleurs sont le stade ultime… Alors essayez d’être observateur pour détecter les petits signes avant-coureurs de la faim.

Une autre raison, très fréquente des pleurs est aussi les coliques ! D’après le pédiatre Arnault Pfersdorff, cela représente entre 16 et 25 % des pleurs. Alors, soyez attentif. Peut-être a-t-il besoin d’évacuer un gaz ?

Par ailleurs, si votre petit bout de chou se sent inconfortable, il va pleurer… Cela peut être lié à son besoin d’être changé, ou alors il se peut que sa couche soit trop serrée. Ce sont des petites choses essentielles à vérifier pour le bien-être de votre bébé.

De plus, si son environnement n’est pas adapté, votre bébé le ressentira. De ce fait, son niveau de stress va augmenter, il ne se sentira pas en sécurité et par conséquent, il sera difficile de calmer votre bébé. Pour son bon développement, il a besoin de créer des liens sécurisants avec vous. Alors, je ne peux que vous encourager à être présent et à l’écoute des besoins de votre enfant.

Votre bébé est trop sollicité

Si votre bébé a beaucoup de sources de stimulations autour de lui, son niveau de stress va augmenter. Et cet état va se manifester par des cris, des pleurs… Alors, pensez à son bien-être. Il n’est pas obligé de faire connaissance avec votre cousine éloignée et vos amis du lycée dès ses premiers jours de vie !

Il se peut aussi que votre bébé pleure tout simplement parce qu’il en a besoin. C’est important de libérer ses émotions. Tout ce qui ne s’exprime pas, s’imprime, comme on dit ! Pleurer est un anti-stress naturel, et parfois, un bébé pleure pour des raisons que nous ne pouvons tout simplement pas comprendre.

Alertes aux idées reçues

Peut-être avez-vous déjà entendu : ” Le prendre dans les bras va faire de lui un enfant capricieux… ” Ne tenez pas compte de l’idée erronée de certaines personnes ! Calmer un bébé qui pleure permettra de développer en lui un sentiment de bien-être et de sécurité.

Et j’ai une bonne nouvelle ! Les caprices n’existent pas (5) ! On qualifie un enfant qui pleure comme un petit monstre alors qu’il n’est tout simplement pas capable de gérer ses émotions avant 5 ou 6 ans. Une raison de plus de lâcher prise et d’arrêter de se poser mille questions. Vous pouvez être serein là-dessus !

les caprices n'existent pas éducation positive bébé

10 habitudes zen à adopter face aux pleurs du bébé

N’oubliez pas que votre bébé vous aime de tout son cœur et fait de son mieux. Lorsqu’il pleure, il traverse une période difficile… Sans plus attendre, voici quelques habitudes zen à introduire dans votre quotidien pour faire face à votre bébé qui pleure, et ça, quel que soit le moment.

1 – Prendre du recul

La première habitude zen consiste à observer les circonstances des pleurs. Posez-vous les questions suivantes : à quel moment pleure-t-il ? Est-ce plutôt le matin, le soir, ou lorsqu’il est fatigué ? Essayez de comprendre ce qui se passe dans son univers propre à lui. Au départ, les cris sonnent tous de la même manière, puis, quand vous apprenez à connaître votre enfant, il est alors plus évident d’interpréter les pleurs.

2 – Poser des émotions sur ce que vous ressentez

Pour être plus serein, vous calmer et vous recentrer sur vous et votre bébé est primordial ! Comme je le citais plus haut, vous êtes tout sauf zen lorsque votre bébé pleure. Il est donc important de le reconnaître. Prenez un moment pour souffler et nommer ce que vous ressentez. Êtes-vous triste ? En colère ? Ou peut-être frustré ? Ressentez-vous de la peur ?

3 – Verbaliser vos émotions à votre enfant

Dites à votre petit bout de chou ce que vous ressentez ! Tenez votre bébé près de vous et parlez-lui tranquillement. Par exemple, vous pouvez lui dire : ” Chéri, je vois que c’est difficile pour toi. Peut-être que tu as peur, que tu es angoissé. Tu sais, c’est compliqué pour moi aussi. Mais je suis là, je te soutiens et je t’aime”.

4 – Se répéter que tout va bien

Ici, l’habitude zen à adopter est de créer un mantra pour vous-même. Un mantra est un dicton court et simple qui aide à concentrer votre esprit et à détendre votre corps. Cela peut être quelque chose d’aussi simple que “Reste calme, reste fort” , “Je choisis d’être détendu” ou “Tout va bien”.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  L'astuce de Benjamin Franklin améliorée

La gestion de votre propre stress peut aider votre bébé à se calmer et à arrêter de pleurer. Alors, je vous propose d’essayer différents mantras jusqu’à ce que vous trouviez quelque chose qui a vraiment un sens pour vous. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé le mantra d’un jeune papa, qui affirmait que cela l’aidait grandement à rester calme : “Je suis le papa le plus zen au monde ! ”

5 – Visualiser un endroit relaxant

Sortez de la situation actuelle en visualisant un endroit qui vous détend. Beaucoup de parents pensent à s’allonger sur une plage, par exemple. Une maman quant à elle, me précisait se visualiser en balade dans une forêt… L’essentiel est que ce soit un endroit où vous vous sentez bien, un peu comme dans un cocon. Concentrez-vous sur ce qui le rend réel pour vous, comme les sons, les odeurs.

6 – Faire appel à son réseau

Avant l’arrivée du bébé, il est indispensable de reconnaître que tout ne sera pas toujours tout beau tout rose. En effet, il y aura des jours plus difficiles que d’autres. Alors, parlez-en a votre entourage. Anticipez et n’ayez pas peur de demander de l’aide, cela vous permettra d’être plus serein. Votre réseau est plus large que vous ne le pensez !

Que ce soit pour vous soulager d’une course à faire, ou d’envoyer le grand à l’école. Je suis certaine que la grand-mère ou la voisine se feront une joie de vous rendre service. Ces petits tracas du quotidien paraissent anodins, pourtant cela peut vous soulager grandement.

7 – Reconnaître ses déclencheurs

Si c’est la faim, l’épuisement ou le fait de ne pas sortir de la maison qui est le plus susceptible d’aggraver votre réponse à un bébé qui pleure, essayez d’éviter d’en arriver là. Une maman me confiait être vraiment fatiguée arrivée le vendredi soir. De ce fait, elle reconnaissait avoir moins de patience et être plus irritable. C’est pourquoi, elle a su s’écouter en anticipant et en demandant de l’aide à sa belle-mère en attendant que son conjoint rentre du travail.

8 – Respirer, respirer…

Les gens respirent souvent peu profondément lorsqu’ils sont stressés. Pourtant, une respiration profonde et uniforme envoie le message à votre cerveau que vous êtes en sécurité, ce qui aide votre corps à se réguler. Le fait de travailler sur votre respiration vous aidera donc à vous sentir plus calme !

Essayez de prendre des respirations profondes et régulières. Vous pouvez commencer par inspirer par le nez et expirer par la bouche. Essayez de compter jusqu’à 10 ou mettez votre main sur votre ventre pendant que vous respirez. Une jeune maman me confiait utiliser la technique de respiration apprise lors des cours de préparations à la naissance. Vous pouvez aussi penser à une chanson ou à une expérience apaisante pendant vos respirations.

9 – Ne pas s’oublier

Prendre soin de ses enfants, c’est aussi prendre soin de soi comme je vous l’expliquais plus haut dans l’article. Le manque de sommeil, la faim et le sentiment de solitude peuvent rendre plus difficile la gestion des larmes de votre bébé. Parmi les parents que je rencontre, ceux qui déclarent avoir un bébé qui pleure beaucoup ont également tendance à déclarer être épuisés. Souvent, cet épuisement parental ne peut pas être soulagé par une seule bonne nuit de sommeil.

Essayez alors de renforcer votre résilience. Par exemple, beaucoup de mamans font la sieste lorsque leur bébé dort. Assurez-vous de manger aussi à votre convenance et de ne pas vous contenter de grignoter par manque de temps.

10 – S’éloigner quelques minutes

S’il n’y a personne autour de vous qui peut vous aider à avoir quelques minutes de repos, ne désespérez pas. Si vous sentez que vous êtes sur le point de craquer, sortez de la pièce. Bien sûr, après vous être assuré que votre bébé soit en sécurité.

Comment savoir s’il est temps de faire une pause ?

  • Vous ne pouvez pas penser logiquement ou clairement.
  • Vous êtes émotionnellement incontrôlable.
  • Ou vous vous mettez en colère contre bébé ou pensez à la violence.

N’oubliez pas que votre bébé réagit avant tout à vos émotions. Alors, si vous restez dans le même environnement, il sera compliqué d’améliorer votre humeur, il sera difficile pour votre bébé de se calmer également. Prenez quelques minutes pour vous apaiser et vous recentrer. Par exemple, une maman me confiait qu’elle fait des exercices de yoga et de respiration. C’est à vous de trouver ce qui vous apporte calme et sérénité.

Une fois détendu, retournez voir votre bébé en lui transmettant votre énergie positive. Votre bébé le sentira et s’apaisera en conséquence.

Attention aux dérives !
Lorsque votre bébé qui pleure, ne peut pas être calmé, vous pourriez être tenté d’essayer à peu près n’importe quoi pour arrêter les larmes. C’est pourquoi, je tiens à faire un petit aparté et vous parler du syndrome du bébé secoué !

Le fait de secouer votre bébé par pure frustration peut avoir des conséquences dévastatrices… Un bébé a ses muscles du cou qui sont faibles, il a donc du mal à soutenir sa tête. C’est pourquoi, secouer un bébé peut entraîner un handicap neurologique ou mental, voire la mort…

Afin d’éviter toute dérive, adoptez et testez les habitudes zen dont je viens de vous parler. Et surtout, n’ayez pas peur de demander de l’aide !

être zen avec son bébé qui pleure

En guise de conclusion

N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul. Vous faites partie des milliards de parents qui font face chaque jour à un bébé qui pleure. Rappelez-vous qu’il n’y a rien de mal à être frustré par les pleurs de votre enfant, mais que se mettre en colère n’aidera pas. Au fil du temps, vous arriverez à détecter les différents types de pleurs de votre enfant. Vous aurez alors une nouvelle perspective et surtout vous saurez comment réagir si cela devient insupportable pour vous !

Réconfortez-vous dans le fait que, comme à chaque étape, cette phase de pleurs ne durera pas éternellement. Et surtout ne vous flagellez pas. Le rôle de parent est le plus beau que l’on puisse avoir, mais également le plus difficile.

Je vous invite à présent à partager vos avis sur ces habitudes zen en commentaire ci-dessous.

Sophie, auteure du blog mamanradieuse

Sources:

  1. pap-pediatrie.fr
  2. La maison des maternelles
  3. journals.plos.org
  4. medecindirect.fr
  5. Catherine Guéguen, pour une enfance heureuse

Crédits photos : Antonio Guillem, Cassinga, Oksanashufrych (Canva) et Kelly Sikkema (Unsplash)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.