Pour devenir plus zen au quotidien

14 bonnes raisons de se mettre à l’écriture

J’aimerais aujourd’hui aborder un aspect de l’écriture un peu différent de mon angle de vue habituel, qui est celui d’un écrivain de fiction. Il s’agit de l’écriture comme outil de connaissance de soi, d’équilibre et de santé.

Ce n’est pas que je sois lassée de l’écriture de fiction, bien au contraire. Mais il y a, dans toute écriture, de nombreux bénéfices auxquels on ne fait pas toujours attention. J’ai recensé 14 bonnes raisons de se mettre à l’écriture.bonnes raisons de se mettre à l'écriture

Note : Cet article invité à été écrit par Vie Quatresixquatre du blog Ecrire de la Fiction.

Avant d’aller plus loin, je dois préciser deux ou trois choses. Il y a, en effet, deux façons différentes de pratiquer l’écriture.

Deux façons différentes de pratiquer l’écriture

1 – L’écriture créative (ou écriture de fiction)

Elle concerne les auteurs de romans, essais, nouvelles, poèmes, pièces de théâtre.. C’est l’écriture à laquelle je m’adonne le plus souvent. Elle a ma préférence, bien qu’elle soit la plus “dangereuse”.

En effet, l’écriture de fiction nécessite un engagement total, une motivation sans faille et une intense concentration, dans la plus parfaite solitude. Elle peut, dans certains cas, prendre toute la place dans votre vie et vous placer dans des situations que vous n’aviez pas imaginées.

Il m’est arrivé ainsi plus d’une fois de zapper un rendez-vous important, bien que j’aie mis une alarme sur mon téléphone pour ne pas oublier… car pour écrire sans perdre le fil je dépose ledit téléphone, en mode avion, dans une autre pièce pour être certaine de ne pas être tentée de l’utiliser, et j’utilise souvent un casque audio diffusant l’ambiance musicale adéquate à la scène que je suis en train d’écrire. Le cas le plus extrême fut un dîner, que j’avais organisé quelques jours avant, pour fêter mon anniversaire avec quelques amis… Nous avons mangé des pâtes.

2 – L’écriture comme outil de santé

Tout comme l’écriture de fiction, elle se pratique au calme, en tête-à-tête avec soi-même. Le parallèle s’arrête là. Au lieu de vous absorber jour et nuit durant des semaines entières, l’écriture “outil de santé” ne vous prendra que quelques minutes quotidiennes. Au lieu de mettre en péril votre vie sociale elle vous permettra, au contraire, de mettre en place un processus de développement qui engendrera de nombreux bienfaits.

L’écriture “santé” est une pratique entièrement gratuite, qui demande peu de temps, aucun matériel si ce n’est une feuille et un stylo, ne regarde que vous, n’engage que vous… mais dont les effets se font sentir dans tous les aspects de votre vie.

Voici, en quelques mots et une image, les 14 bénéfices que je détaille pour vous un peu plus bas dans cet article.

pratiquer écriture pour la santé comment écrire

A ce stade de votre lecture, vous vous demandez peut-être comment ça marche ?

Entrons dans le détail et reprenons point par point.

Les 14 bénéfices de l’écriture, comme outil de santé

1 – Améliorer votre santé

Le premier de ces bénéfices avéré n’est pas le moindre. En effet, dans une étude sur les avantages de l’écriture expressive (*) sur la santé émotionnelle et physique, les chercheurs ont constaté que seulement 3 à 5 séances de 15 à 20 minutes ont été suffisantes pour faire une différence.

L’étude conclut qu’en écrivant sur les événements traumatiques, stressants ou émotionnels de leur vie, les participants étaient beaucoup moins exposés aux maladies et susceptibles d’être moins touchés par un traumatisme à venir.

Ces participants ont finalement passé moins de temps à l’hôpital. D’ailleurs, les examens complémentaires ont permis de constater une baisse de la pression artérielle et un meilleur fonctionnement du foie que les patients n’ayant pas écrit.

L’écriture permet donc bien d’améliorer sa santé, de façon tout à fait concrète.

2 – Mieux vous connaître grâce à l’écriture

“Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux” (Socrate).

L’écriture est un formidable outil de connaissance de soi. Arrêter un instant de pédaler pour admirer le chemin parcouru, prendre chaque jour quelques minutes, de préférence le soir, pour faire le point, par écrit, sur la journée écoulée, une pause salutaire à bien des égards et une méthode exceptionnellement efficace pour savoir où vous en êtes réellement.

Ecrire, pour soi seul, sans se préoccuper d’être lu par autrui, permet une introspection honnête, sans tabou. Même s’il n’est pas toujours agréable de se relire quelques jours ou quelques semaines plus tard.  Des aspects de nous-mêmes que nous n’apprécions pas vraiment risquent de se révéler. Tant mieux. Cela permet de tisser une relation étroite avec soi-même. Ainsi, nous pouvons faire le point clairement sur la personne que nous sommes et celle que nous ambitionnons de devenir.

3 – Libérer votre cerveau

Les pensées compulsives et les automatismes occupent une bonne partie de notre temps de cerveau disponible. Cela peut vous rendre la vie difficile, sinon impossible, générer du stress ou du malaise. Ecrire sans réfléchir tout ce qui vous passe par la tête permet de vous en libérer pour faire de la place à autre chose.

Lorsque l’on écrit, on est concentré sur l’écriture, oublieux du reste, détendu. On peut se laisser aller totalement et vider ce qui encombre nos méninges.

Véritable méthode de réparation du passé, l’écriture permet aussi de construire le présent et de préparer l’avenir. Elle est “un fil de vie qui respire et bouge au fur et à mesure des événements de l’existence”, selon la graphothérapeute  Dominique Vaudoiset. Elle permet de se libérer la tête, en quelques minutes.

Exercice pour libérer votre cerveau : Ecrivez  sans réfléchir, absolument tout. Ne faites pas de phrases. Ne vous censurez pas. Inutile d’ordonner vos idées. Jetez tout tel quel et complètement, sur le papier. Lorsque votre feuille sera remplie, posez votre crayon, fermez les yeux, respirez profondément. Ouvrez les yeux et regardez votre feuille. Sans chercher analyser quoi que ce soit, répondez intérieurement : Quel message avez-vous voulu vous transmettre ?

4 – Vous exprimer sans craindre le jugement d’autrui

Au quotidien, il y a loin entre ce que vous ressentez, ce que vous pensez, ce que vous avez l’impulsion de dire et ce qui franchit vos lèvres sous la forme de parole. Non ? En tout cas, pour moi, c’est très clair. Si je disais aux gens le quart de ce qui me traverse quotidiennement, j’aurais une place réservée à l’asile jusqu’à la fin de mes jours. Laisser votre inconscient s’exprimer librement sur le papier vous fera un bien… fou.

L’écriture peut être utilisée comme exutoire afin de donner une forme inoffensive  au côté le plus sombre de vous-même, celui que vous n’oseriez jamais avouer à personne.

Il y a des aspects de notre personnalité que l’on ne peut pas éliminer. Mais on peut y faire face, nous familiariser avec eux. Désirs inaccomplis, illusions bafouées, aspirations frustrées, pensées malsaines…

S’enfoncer dans son esprit et ramener à la lumière tout ce qui s’y cache est un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés. Chacun est seul à pouvoir plonger au fond de lui-même pour explorer le côté obscur. Le connaître permettra de savoir de quoi il se nourrit, pour cesser de l’alimenter.

5 – Écouter votre baromètre intérieur et mieux gérer les émotions dites “négatives”

“Sachant que tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime, il est souhaitable de favoriser l’expression au-delà de l’émotion, ou du retentissement. Cette pratique permettra d’éviter quelques somatisations, du stress et de l’angoisse” (Jacques Salomé et Christian Potier, Oser travailler heureux : entre prendre et donner)

Vos émotions et la façon dont vous les gérez reflètent votre état d’esprit, mais aussi votre état de santé. Libérer sur le papier toutes les émotions dites négatives permet également de prendre du recul.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  20 choses que j'aurai aimé savoir quand j'ai commencé à faire ma vie

La peur, le doute, le ressentiment, et toute la négativité que des émotions désagréables peuvent engendrer dans votre état d’esprit sont exprimées sans dégâts collatéraux vis-à-vis de vos proches.

6 – Renforcer les bienfaits des émotions dites “positives”

Prendre le temps d’écrire tout ce que vous avez apprécié dans la journée écoulée, y compris les plus petites choses, réactivera les émotions associées. Vous en profiterez deux fois.

Plusieurs études ont démontré les effets de la gratitude sur la santé. L’une d’elle souligne notamment l’existence d’un lien entre la gratitude et “l’amélioration de certaines difficultés cardiaques. L’étude a été menée sur des patients qui tenaient quotidiennement un recueil des événements de leur vie dont ils étaient reconnaissants. Huit semaines plus tard les résultats soulignaient une baisse de l’inflammation et un rythme cardiaque amélioré. Ce qui n’était pas observé sur le second groupe qui ne tenait pas de journal. (Xavier Bazin, journaliste, fondateur du site Santé Corps Esprit.

Une autre  étude (The impact of a brief gratitude intervention on subjective well-being, biology and sleep, Marta Jackowska) menée par des psychologues de l’Université de Roehampton (Angleterre) a démontré, avec un groupe de comparaison, que “des patients qui pratiquaient régulièrement la gratitude avaient dès la 3ème semaine un meilleur sommeil et une tension artérielle plus basse”.

La gratitude peut se pratiquer presque n’importe où. Dans les transports, durant les moments d’attente, à l’heure de la pause…

Exercice pour pratiquer la gratitude : Il est parfois difficile de chasser l’anxiété ou le ressentiment qui occupent notre esprit pour se tourner vers les aspects les plus joyeux de notre journée. Pourtant, il y en a. Le vent frais dans vos cheveux, le rire de votre enfant, une plaisanterie amusante qu’on vous aura racontée. Tout est bon. Afin de vous préparer à éprouver de la gratitude, prenez une minute pour évoquer votre meilleur souvenir d’enfance, ou si cela est trop difficile, votre pâtisserie ou votre plat préféré, quelque chose que vous aimez vraiment.

Choisissez une chose, pas trente. Evoquez toujours la même, en début de séance. Un sourire naîtra naturellement sur vos lèvres. Remerciez le souvenir, la pâtisserie… de vous avoir procuré ce plaisir. Remerciez-vous d’être vivant pour pouvoir éprouver ce plaisir. Enfin, remerciez l’univers pour toutes les expériences que vous avez vécues. Faites cela dès que vous avez une minute “à perdre”. Avec un peu de pratique, vous n’aurez plus besoin d’évoquer un souvenir précis et vous commencerez à éprouver une joie profonde, dans tous les aspects de votre vie.

7 – Faire retomber la pression

S’asseoir au calme, rentrer en vous-même, explorer ce qu’il y a à l’intérieur, faire le tri entre ce qui est vraiment important et le reste. Peut-être bien que cette conversation, dans laquelle vous vous êtes laissé entraîner, bien que le sujet vous agace au plus haut point, n’était pas une bonne idée.  Cependant, il est inutile de continuer de tourner et retourner des arguments dans votre esprit, maintenant que vous êtes seul. Il est inutile aussi, et même toxique, de vous en vouloir de vous être fait piéger encore une fois. C’est un exemple qui peut s’appliquer à beaucoup des sources de stress que nous rencontrons au quotidien. Lorsqu’elles ont disparu, notre esprit doit en être libéré lui aussi. Il est nécessaire de vider l’inutile pour réduire votre niveau de stress.

Exercice pour vider le stress : Sur papier libre, écrivez soigneusement tout ce qui vous empoisonne la vie, tout ce qui vous stresse. Faites une liste, la plus exhaustive possible. Lorsque votre liste est prête, relisez un par un les points en portant attention à votre respiration. Prenez une inspiration longue et profonde, en gonflant bien votre thorax, pour chaque point. Vous devez être assis le dos droit, de préférence. Expirez par la bouche et soufflez au loin le point qui vous embête. Lorsque vous aurez chassé tous les points, déchirez la feuille en tout petits morceaux ou brulez-la dans un cendrier.

écrire pour faire retomber la pression

8 – Développer votre capacité de réaction appropriée

S’asseoir quotidiennement pour écrire ne serait-ce que quelques minutes et mettre en perspective votre journée par rapport à votre projet de vie. Vous n’êtes plus “perdu’, débordé par les échéances du quotidien. Vous pouvez ainsi réagir plus vite et mieux à un imprévu.

Avez-vous déjà couché sur le papier vos objectifs ? Pas seulement les objectifs de votre semaine, mais votre objectif à 1 an ? A 5 ans ? A 10 ans ? Peut-être pas.

Ecrire noir sur blanc ce que vous envisagez, ce que vous espérez pour l’avenir, peut pourtant vous aider à préparer votre plan d’actions, étape par étape, pour vous rendre où vous souhaitez aller. Ou plus simplement, vous permettre de percevoir la place que vous occupez dans le monde, et comment le fil de votre vie est relié à la marche en avant de l’univers.

Peu importe que vos aspirations évoluent. C’est bien normal. Tout bouge, tout change, en permanence, et nous avec. Il y a la nécessité de s’adapter, et aussi, les rencontres, les découvertes, qui font que notre objectif est en perpétuel ajustement.

Mais se donner un cap, un sens de navigation, permet de rendre ses choix aussi conscients que possible. Et en cas d’imprévu (car il est bien rare que tout se passe comme nous l’avions prévu, n’est-ce pas, ou alors c’est que nous nous contentons de très peu) il est plus facile de mesurer l’écart et de réajuster la route de votre navire.

9- Identifier les automatismes qui vous parasitent

Comme il est rapide de s’engager dans un projet pour de mauvaises raisons ! De dire ce qu’on ne pense pas, de mettre en place des stratégies d’évitement ! Faire plaisir à Untel, cacher notre désintérêt pour un sujet que tout le monde apprécie autour de nous, ne pas avoir à argumenter sur nos motivations pas tout à fait claires pour nous-mêmes… Je suis sûre que vous en connaissez quelques autres, pour les avoir expérimentées. Le problème, c’est qu’en agissant ainsi on se met à la place des autres alors qu’on n’est tout simplement (à de rares exceptions près) pas qualifié pour entrer dans leurs cerveaux et lire ce qui s’y déroule. La plupart du temps, on obéit à un automatisme, un comportement ancré lors de notre éducation, sans rapport direct avec ce que la situation nécessiterait vraiment. Ecrire permet la relecture et la relecture permet le repérage des automatismes.

En effet, nous avons tous des marottes, des obsessions, et c’est bien souvent la même peur profonde qui se dissimule derrière nos actes. Chaque personne qui s’adonne à l’écriture le sait, il y a des signes qui ne trompent pas. Des thèmes récurrents, des tournures de phrases… En relisant ce qu’on a écrit depuis plusieurs semaines, on décèle les répétitions, les ressorts cachés, le pilote automatique qui nous fait réagir.

10 – Faire le point sur vos attentes

Écrire noir sur blanc quelles sont vos propres attentes vis-à-vis des autres et comment vous agissez par rapport à elles. Au bout de quelque temps, vous serez à même de vous poser les bonnes questions. Mais aussi, de vérifier que votre réponse est appropriée, avant de vous précipiter pour rendre service à Untel qui ne vous a rien demandé mais avait seulement besoin de s’entendre prononcer à haute voix qu’il avait besoin d’aide. Vous pourrez également adapter vos propres attentes vis-à-vis des autres en fonction de la situation réelle et non plus d’un vague ressenti jamais formulé, et les exprimer clairement.

Nos attentes envers les autres génèrent souvent de la souffrance et de la déception. Afin d’éviter cela, la plus grande lucidité sur nous-même est de rigueur. Dans nos relations avec les autres, il est nécessaire de pouvoir expliciter à l’autre le ressenti que nous éprouvons vis-à-vis de ses comportements. La personne en face de nous n’en a pas souvent conscience, avant que nous ne lui ayons dit.… Pour mener notre bateau à bon port, un cap est nécessaire, mais aussi une boussole intérieure. Connaître ses propres valeurs et être capable d’exprimer à l’autre ce que l’on attend de lui est la meilleure manière de ne pas faire fausse route.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Bougez-vous les fesses : 16 moyens de rester motivé quand vous êtes sur la pente descendante

11 – Visualiser clairement vos objectifs

Entrez dans le détail de vos objectifs. Ecrire tout ce qui vous passe par la tête, même (et surtout) ce qui vous paraît impossible à réaliser. Lisez-le à haute voix, même pour vous seul, au moins trois fois. Votre inconscient écoute les mots que vous prononcez et les interprète pour vous pousser à agir.

NB : Votre inconscient ne connaît pas les formulations négatives. C’est la raison pour laquelle il est préférable de dire à un enfant “pose ton verre au milieu de la table” que “ne pose pas ton verre au bord de la table”. L’inconscient entend seulement et interprète “pose verre bord table”. Et le comportement que vous vouliez éviter se reproduit encore et encore.

Exercice pour visualiser votre objectif : cet exercice s’inspire des techniques de visualisation positive. La visualisation positive propose un exercice simple, en trois étapes. La première fois, contentez-vous en. Etape 1 : Installez-vous au calme, confortablement. Etape 2 : Imaginez un objet, par exemple un raisin sec, un bonbon  à la menthe, une pomme… ou votre pâtisserie préférée, celle de tout à l’heure. Etape 3 : Ressentez les manifestations physiques associées à cet objet, ou à cet aliment. Vous le touchez. Vous le sentez, le goûtez…

Votre inconscient ne fait pas la différence entre ce qu’il visualise “seulement” et ce qu’il vit réellement. Lorsque vous maîtrisez bien ce premier exercice simple, associez-le à votre objectif (de la semaine, à 1 an, à 5 an…). Par exemple, voyez-vous en train de croquer une pomme (crounch !) dans le jardin de la maison de vos rêves, pendant que vos enfants (que vous n’avez pas encore) jouent à la balançoire.

12 – Vous endormir apaisé

Quelle qu’ait été votre journée, l’écrire noir sur blanc permet de mettre de l’ordre dans vos ressentis. Ainsi vous serez apaisé au moment d’entrer dans le sommeil, beaucoup plus vite que si vous aviez seulement fait un point “mental”.

“Passer 15 minutes à écrire ce pourquoi l’on est reconnaissant pourrait faire des merveilles pour notre sommeil.” Etude réalisée en mai 2011 et parue dans Psychology Today

De la même manière, écrire la “to do list” du lendemain avant d’aller se coucher, donc en tout dernier, permet de “fermer” la journée et de se projeter dans la suivante, et favorise le sommeil.

13 – Renforcer votre créativité

En écrivant quotidiennement, vous développez votre équilibre. Vous êtes donc en meilleure santé générale, beaucoup plus détendu. Un esprit détendu sera votre allié dans tous les aspects de votre vie sociale, familiale, amicale ou professionnelle.

Comment ? En permettant l’expression d’une créativité renforcée, un potentiel plus large, le recours à des solutions innovantes en cas de besoin.

14 – Améliorer votre humeur… votre confiance en vous… et votre vie quotidienne

En écrivant chaque jour, vous acquérez une meilleure connaissance de vous-même. En vous autorisant à vivre vos émotions pleinement, vous explorez vos motivations profondes, vous renforcez vos capacités cognitives. Vous développez votre confiance en vous. Tout cela génère, en profondeur, un processus de développement qui améliore grandement votre humeur. Ainsi, cela vous rend plus agréable à vivre et améliore votre relation au monde.

Comment s’y prendre ?

Pour profiter de tous ces bénéfices sans bourse délier, il vous suffit de mettre en place une nouvelle habitude, l’écriture santé au quotidien.

La meilleure façon de procéder, en 6 points

1-Préparez-vous

Un instant avant d’écrire, mettez-vous en état de… Asseyez-vous, respirez profondément, peut-être même fermez les yeux quelques secondes. Au besoin annoncez la couleur aux gens qui vivent avec vous (J’ai besoin de cinq minutes au calme, je m’isole, si tu me parles maintenant je risque de ne pas t’entendre).

2- Entrez en vous-même

Que vous soyez réellement seul(e) ou pas, faites une bulle quelques minutes, isolez-vous des autres pour entrer en vous-mêmes. Munissez-vous de vos “outils” d’écriture, stylo et carnet.

3- Laissez votre inconscient mener le jeu

Laissez couler ce qui vient. Ecrivez-le noir sur blanc. Ne pensez pas ou le moins possible. Laissez l’inconscient prendre le dessus. Ne bloquez pas l’expression de vos émotions et de vos ressentis.

4- Du papier et un crayon

Pas d’ordinateur ni de tablette. Un petit carnet ou une feuille volante, mais du papier. La lenteur du geste favorise la créativité et le lien cerveau/main est essentiel pour l’intégration de ce que vous écrivez.

5- Écrivez chaque jour, ou plutôt chaque soir

Pour fonctionner à son plein régime, la méthode nécessite une assiduité quotidienne. Une routine est la meilleure manière. Chaque soir avant d’aller se coucher, assis au bord du lit ? Si vous devez sortir et craignez de rentrer tard, accompagné(e) ou les idées plus très claires, écrivez quand même la date dans votre petit carnet et une mention quelconque (on verra demain). Si pour vous, le soir, c’est vraiment le mauvais moment, choisissez un autre moment mais essayer de garder à peu près le même horaire quotidien.

6- Écrivez tout

Pas d’autocensure, pas d’abréviations obscures, de sténo personnelle, d’approximative prise de notes. Ecrivez tous les mots qui vous viennent, en entier. Au début cela vous prendra 20 minutes, puis avec l’habitude, vous irez à l’essentiel et 10 suffiront.

C’est vraiment tout ce qu’il y a à faire ?

Oui.

Voila, je vous ai dit (presque) tout ce que je sais sur l’écriture “santé”. Il ne vous reste plus qu’à essayer à votre tour. Je suis prête à parier qu’au bout de quelques jours, vous ne pourrez plus vous en passer.

Pour vous mettre en condition, il est peut-être judicieux de choisir avec soin un joli petit carnet (ou un joli grand cahier) qui ne servira qu’à cela. Il deviendra rapidement votre second meilleur ami, après vous-même.

A ce stade, il me reste deux points très importants à préciser :

N’hésitez pas à me lancer un S.O.S.

Si, pratiquant l’écriture “santé” vous étiez, par malheur, aspiré par l’aspect créatif, si vous vous retrouviez dans la situation décrite au tout début de mon article, c’est-à-dire addict à la fiction, incapable de débrancher de la vie de vos personnages, ou si vous avez décidé d’apprendre à écrire un roman comme Stephen King, n’hésitez pas à m’envoyer un S.O.S, je me ferai un devoir de vous aider.

Un dernier moyen pour prolonger votre espérance de vie

Si, enfin, votre santé vous préoccupe à un point tel que vous décidez de mettre de votre côté toutes les chances, sachez que d’après une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Yale et publiée dans Social Science and Medicine, la lecture serait excellente pour la santé et permettrait même de prolonger votre espérance de vie d’au moins deux ans ! (…) L’histoire, la longueur du récit ou la nature des personnages auraient un impact positif sur les capacités cognitives d’une personne et sur son espérance de vie.”

Alors pourquoi vous en priver ?

Asseyez-vous.

Écrivez.

Lisez.

Vie Quatresixquatre du blog Ecrire de la Fiction

Bibliographie :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
2 commentaires
  1. C’était vraiment émouvant de parcourir cet article sur la lecture et surtout l’écriture. J’ai souvent tendance à vouloir écrire quand je penses ou réfléchis beaucoup mais au bout de quelques phrase je perds, d’éloquence, de précision ou pire d’énergie. Mais je crois que avec ce que je viens de lire tout au complet, malgré la fatigue du travaille, j’ai été captivé, je crois pouvoir essayer et voir ce que celà pourra produire. Merci a vous pour cette inspiration. Très ravis

  2. J’ai toujours voulu écrire un livre (rire). Entre nous, j’ai déjà imaginé l’histoire, les rebondissements et les personnages. Cependant, il me manquait la motivation et mon petit doigt me dit que je vais prochainement changer la donne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.