3 approches pour investir sereinement sur les marchés

investir sereinement sur les marchés

À première vue, juxtaposer les mots » investir » et « sereinement » dans la même phrase peut sembler bizarre, voir insensé. De plus, on peut imaginer que les investisseurs qui placent de l’argent en bourse sont comme des joueurs de casino, accros aux paris et à l’adrénaline du hasard.

Il n’en est rien. Non, vraiment !

En réalité, un investisseur n’est ni un joueur de casino, ni un parieur. Un investisseur va placer son argent en bourse pour des raisons purement rationnelles : faire fructifier son argent en profitant de la croissance à long terme des marchés financiers.

Note : Cet article invité a été écrit par Antonin du blog Apprendre à investir.

La bourse : très intéressant, mais…

Si l’on observe la progression de la bourse sur plusieurs siècles, la tendance est très nette : la bourse monte à long terme. « La bourse monte à long terme » C’est une phrase qu’on entend parfois, est qui est 100% vraie, comme le montre le graphique ci-dessous, qui représente l’évolution de la bourse américaine.

investissement en bourse dow jones graphique historique

Et ce n’est pas propre aux États-Unis : la bourse monte toujours, que ce soit dans les pays développés ou émergents. Il y a quelques exceptions, mais la plupart des marchés accessibles affichent une forte tendance haussière à long terme.

Au passage, j’ai également développé 6 raisons supplémentaires d’investir en bourse.

Cependant, la bourse fait peur.

Car si la bourse monte à long terme, à plus court terme, les baisses peuvent être impressionnantes.

Pire, la succession des crises peut empêcher les actions de progresser pendant une décennie entière, comme entre 2000 et 2010.

À ce stade, nous pouvons tirer deux conclusions :

  • Investir en bourse est intéressant, car elle progresse fortement à long terme
  • Les crises peuvent survenir à tout moment et il peut y avoir des baisses sévères à court terme.

Beaucoup d’investisseurs sont conscients du 1er point, et investissent pour cette raison. Mais ils le font dans la peur (justifiée) de la prochaine crise.

Comment peut-on remplacer cette peur par de la sérénité ?

Voici trois approches qui permettent d’investir sereinement, et sans craindre la prochaine crise.

1. Le Dollar Cost Averaging

Qu’est-ce que le Dollar Cost Averaging ?

Derrière cette expression anglophone un peu barbare qui signifie littéralement « moyenner le coût en dollar », se cache une technique très simple : répartir ses investissements dans le temps. Concrètement, si vous avez 100 000 € à investir, vous n’allez pas investir cette somme là d’un coup. À la place, vous allez par exemple investir 10 000 € chaque mois pendant 10 mois.

Le Dollar Cost Averaging consiste donc simplement à fractionner son investissement dans le temps. Ainsi, chaque Dollar (ou Euro) n’est pas investi selon les cours actuels des marchés, mais selon la moyenne des cours des prochains mois.

Quelle est l’utilité du Dollar Cost Averaging ?

Le principal intérêt de cette méthode est de s’assurer de ne jamais payer un prix trop élevé pour les titres dans lesquels on souhaite investir.

Imaginons que vous souhaitiez investir vos 100 000 € dans la société Poire, dont l’action vaut 100 €.

Je précise qu’il est très risqué de placer son argent sur un seul titre, et cet exemple sert uniquement d’illustration : ce n’est pas une stratégie à reproduire.

Vous voici donc en possession de 1 000 actions Poire, valant 100 € chacune.

Mais imaginons, toujours, que le cours de l’action Poire se met à baisser et que 5 mois plus tard, il a chuté de 50%. Vous avez toujours vos 1 000 actions Poire, mais qui ne valent plus que 50 € chacune.

Virtuellement, vous n’avez donc plus que 50 000 €. Je dis bien « virtuellement », car les cours varient chaque jour, et la valeur totale de votre investissement aussi. Tant que vous ne revendez pas vos actions, vos pertes et gains restent virtuels.

Heureusement, les marchés repartent à la hausse, et durant les 5 mois suivant, le cours de l’action Poire remonte à 100 € l’action. Ouf, vous avez retrouvé vos 100 000 € !

Maintenant, imaginons qu’au lieu d’investir vos 100 000 € d’un coup, vous vous êtes servi du Dollar Cost Averaging pour répartir votre investissement.

Vous avez prévu d’investir 10 000 € par mois pendant 10 mois. Voici comment se déroulent vos achats d’actions Poire, en fonction de l’évolution de son cours (j’ai arrondi les chiffres par commodité) :

  • 1er mois : l’action Poire vaut 100 €. Vous en achetez 100.
  • 2ème mois : l’action Poire vaut 90 €. Vous en achetez 111.
  • 3ème mois : l’action Poire vaut 80 €. Vous en achetez 125.
  • 4ème mois : 60€ -> Vous en achetez 167.
  • 5ème mois : 50€ -> 200 actions.
  • 6ème mois : 55€ -> 182 actions.
  • 7ème mois : 70€ -> 143 actions.
  • 8ème mois : 80€ -> 125 actions.
  • 9ème mois : 90€ -> 111 actions.
  • 10ème mois :100€ -> 100 actions.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Augmenter votre pouvoir d'achat : 50 astuces pour faire les courses

Au bout du 10ème mois, vous êtes en possession de 1364 actions, soit 364 actions de plus que l’investissement en une seule fois. Ces 1364 actions valant 100€ chacune, vous avez virtuellement en votre possession 136 400 €, soi 36 400 € de plus qu’avec la première méthode de l’achat en une seule fois. Le Dollar Cost Averaging a permis à votre portefeuille de croître de +36,4%, sans que l’action Poire que vous possédez n’ait augmenté d’un seul Euro ! (l’action valait 100€ le 1er mois, et 100€ le 10ème mois) !

Pourquoi une telle différence ? Que s’est-il passé ? En fait, vous avez profité de la baisse régulière du prix de l’action Poire pour en acheter davantage.

Avec la même somme de départ (100 000 €), vous avez pu acheter plus d’actions que si son cours n’avait pas changé. Vous avez fait les soldes, en quelque sorte ! Lorsque le cours de l’action est remonté, ce nombre d’actions supplémentaire s’est traduit par un gain important. Une action Poire vous a coûté en moyenne 73,3€, alors qu’elle en vaut 100€ aujourd’hui. Voilà l’effet du Dollar Cost Averaging (on devrait dire de l’Euro Cost Averaging en l’occurrence !).

Ainsi, Le Dollar Cost Averaging est une arme redoutable pour profiter de la volatilité des actions, et des phases de baisse.

Avec cette technique d’investissement, les chutes du marché sont comme des soldes lors desquelles il est possible d’acheter de nombreuses actions à prix réduit : -20%, -30%, -50%.

Quand les journaux crieront à la panique lors de la prochaine crise financière, vous saurez que les soldes sont arrivées, et qu’il est temps d’en profiter !

Quelles sont les limites du Dollar Cost Averaging ?

Le Dollar Cost Averaging nécessite d’avoir mental solide. Car quand tout baisse, au plus profond de la crise, vous serez en perte, comme la plupart des investisseurs. Il faudra alors attendre que le marché remonte pour bénéficier des gains supplémentaires que permet cette technique.

D’un autre côté, si les cours partent à la hausse, le Dollar Cost Averaging diminuera la performance.

Si votre action Poire passe de 100 à 150€ en 10 mois, il vaut mieux investir vos 100 000 € dès le 1er mois, car sinon vous devrez payer vos actions de plus en plus cher, vous en achèterez donc moins, et votre portefeuille sera au final moins garni.

Le Dollar Cost Averaging est donc principalement utile lors des périodes de forte volatilité et de chute des marchés. Or, les marchés sont haussiers la plupart du temps.

Les études sur le sujet montrent que statistiquement, investir en une seule fois conduit plus souvent à de meilleures performances que de répartir son investissement dans le temps (source : Financial Planning Perspectives – Invest now or temporarily hold your cash ?).

Globalement, vos performances seront moyennées. Si le marché baisse, vous perdrez moins, et s’il monte, vous gagnerez moins.

2. Construire un portefeuille anti-crise

La deuxième méthode consiste à mettre en place un portefeuille anti-crise : un portefeuille qui ne perdra pas d’argent lors des crises. Effectivement, c’est tout à fait possible, et même assez facile à mettre en place.

Là où le Dollar Cost Averaging consiste en une diversification dans le temps, le portefeuille anti-crise consiste à diversifier dans des classes d’actifs qui se comportent plutôt bien en période de crise (les obligations, l’or). Ainsi, lorsque les actions contenues dans le portefeuille chuteront, l’or et les obligations compenseront par leur hausse, ce qui permettra au portefeuille anti-crise de rester à l’équilibre.

Le portefeuille anti-crise correspondra mieux à la plupart des gens que le Dollar Cost Averaging, car les pertes seront beaucoup plus limitées, voir inexistantes, en période de crise.

Un exemple de portefeuille anti-crise

Il existe un grand nombre de modèles différents de portefeuilles, et les combinaisons possibles sont presque illimitées.

Le modèle le plus connu est le Portefeuille Permanent d’Harry Browne. Il est composé de quatre classes d’actifs différentes, réparties à parts égales :

  • Actions : 25%
  • Obligations : 25%
  • Or : 25%
  • Liquidités : 25%

investir sur les marchés boursiers portefeuille permanent anti-crise harry browne

Ce modèle de répartition n’est pas le plus sophistiqué (c’est un peu le quatre quarts de l’investissement !), mais il est néanmoins très efficace.

Au cours des trois grandes crises des dernières décennies (73-74, 2001-2002, 2008), le Portefeuille Permanent d’Harry Browne a toujours parfaitement bien résisté. Mieux, il n’a jamais terminé une année par une perte supérieure à 5% durant les 50 dernières années1.

En construisant un portefeuille anti-crise, vous diversifiez vos investissements. La diversification est d’ailleurs l’un des principes essentiels pour investir en bourse.

Les limites du portefeuille anti-crise

Un portefeuille prévu pour ne pas perdre d’argent lors des crises est un portefeuille défensif. Cela veut dire que lorsque le marché est haussier (et il l’est la plupart du temps !), sa performance sera un peu moins bonne qu’un portefeuille constitué uniquement d’actions.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le guide du radin : 50 astuces pour vivre frugalement

Pourquoi ? Parce qu’à long terme, les actions ont une performance supérieure à l’or et aux obligations.

Détenir différentes classes d’actifs sera donc extrêmement bénéfique lors des crises et autres phases de turbulence du marché. Mais il faudra s’attendre à perdre entre 1 et 2% de rendement annuel.

Le marché des actions progresse de 9 à 10% par an en moyenne, tandis qu’un portefeuille anti-crise bien diversifié progressera de 8% par an environ (ce qui reste tout de même très correct, vous en conviendrez !).

Voilà le prix de la sécurité. À vous de voir si vous pouvez supporter les baisses des actions en utilisant le Dollar Cost Averaging, ou si vous préférez miser sur la solidité d’un portefeuille diversifié et anti-crise.

3. Investir par la valeur

La troisième approche est très différente des deux premières.

Chaque entreprise cotée en bourse est évaluée par le marché qui fixe le prix de ses actions. La valeur d’une action multipliée par le nombre total d’actions émises par l’entreprise correspond la valeur totale de l’entreprise (estimée par le marché).

À côté de cette valeur estimée, il y a la valeur réelle (ou fondamentale) de l’entreprise, que l’on peut mesurer par son bilan financier (chiffre d’affaires, bénéfice, locaux et terrains…).

L’investissement par la valeur consiste à évaluer la valeur fondamentale des entreprises rapportée à chaque action, et à repérer les entreprises dont les actions sont sous-évaluées par le marché, mais qui sont néanmoins en bonne santé financière.

Investir par la valeur revient à acheter les actions de ces entreprises sous-évaluées, puis à attendre que le marché les réévalue correctement. Lorsque le cours de l’action remontera à un niveau plus juste, vous aurez alors réalisé un bénéfice.

Cependant, l’investissement par la valeur nécessite de développer des compétences poussées dans l’évaluation de la valeur des actions par rapport aux bilans financiers de leur entreprise.

Cette méthode impose également de ne pas se préoccuper de l’évolution des cours à court terme, et d’être patient. En effet, la réévaluation correcte du cours des actions sous-cotées (si elle a bien lieu, car cela ne marche pas systématiquement) prend parfois des années.

C’est cette méthode qu’a pratiqué avec succès Warren Buffett depuis de nombreuses décennies, et qui a fait de lui l’investisseur le plus riche au monde. Bon, tout le monde n’a pas envie de devenir Warren Buffett, et de passer son temps à scruter le cours de nombreuses actions, et à lire les bilans financiers des entreprises en rapport.

La méthode d’investissement par la valeur n’est pas plus simple à utiliser, et elle n’est clairement pas à la portée de tout le monde. Je l’ai néanmoins incluse dans cet article car son efficacité est réelle, et parce qu’elle permet d’investir sereinement sur les marchés : vous savez que vous possédez quelque chose qui vaut relativement plus que le prix auquel vous l’avez acheté.

Lorsque les autres investisseurs s’en rendront compte, ils voudront acheter les mêmes actions, ce qui fera monter le prix, et vous réaliserez un bénéfice.

Même si on ne le pratique pas, comprendre l’investissement par la valeur permet de se rappeler que derrière chaque action, il y a une entreprise réelle, qui produit des biens et services tout aussi réels, et qui génère des bénéfices.

En achetant, une action, on devient propriétaire d’une part d’une entreprise, qui a une certaine valeur. Lorsque le cours de l’action ne reflète pas la valeur de l’entreprise, il y a une opportunité, à saisir avec l’investissement par la valeur.

Conclusion pour réussir à investir sereinement sur les marchés

Le Dollar Cost Averaging, les portefeuilles diversifiés et l’investissement par la valeur sont autant d’approches possibles pour vous permettre d’investir sereinement. Chacune de ces méthodes a ses propres avantages et inconvénients, et elles ne correspondront pas toutes à chacun. Néanmoins, elles permettent toutes d’investir beaucoup plus sereinement que ce que font et vivent la plupart des investisseurs.

Lorsque l’on investit, l’objectif est de profiter de la croissance du marché à long terme. Alors, autant pouvoir en profiter sereinement, sans avoir à craindre l’avenir. En effet, lorsque la peur prend le dessus sur vos émotions, le risque est alors bien présent.

Heureusement, vous êtes maintenant outillé pour investir sereinement. À vous d’en profiter, et de voir ce que vous pouvez mettre en place dès maintenant !

Antonin du blog Apprendre à investir.

Sources :

1The worst year for the Permanent Portfolio was -5.43%” : La source utilisée est un outil de backtesting qui est cité par l’auteur dans l’article et qui permet d’analyser les performance passées de différents actifs, et donc de connaître les performances passées du portefeuille d’Harry Browne. En utilisant le même outil de backtesting, on retrouve qu’il n’y a pas eu d’année avec une perte supérieure à -5,43% entre 2014 et 2019. Nous pouvons bien sûr poursuivre les analyses ainsi sur chaque année.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.