Pour devenir plus zen au quotidien

9 caractéristiques que vous pourrez développer en adoptant un chiot

adopter un chiot développement personnel éducation positive

Le chien, le meilleur ami de l’homme… Adopter un chiot ou un chien, c’est choisir d’avoir un nouveau meilleur ami. Tant de choses à partager, tant de choses à lui apprendre. C’est vraiment une expérience qui ne laisse pas indifférent…

Une année après avoir adopté notre chiot, Günther, nous avons pris le temps de faire le point sur tout ce que nous avons vécu. S’occuper d’un être vivant est vraiment une expérience unique en son genre. Au début, c’était uniquement dans le but de réaliser un rêve d’enfant que nous avons sauté le pas. Mais très vite, nous avons réalisé que cela nous apportait, en fait, beaucoup plus ! Savez-vous qu’adopter un chiot permet d’apprendre énormément sur soi, de grandir et au final, de devenir meilleur ?

Attention toutefois, car pour pouvoir en retirer tous ces bénéfices, il sera important de pratiquer ce qu’on appelle « l’éducation positive ». En choisissant d’accueillir un chiot et de l’élever de cette manière, vous remarquerez très vite qu’il n’y a pas que votre compagnon qui évolue. Cela a-t-il attisé votre curiosité ? Très bien. Alors, entrons dans le vif du sujet afin de découvrir tous les bienfaits que procure l’adoption d’un chiot.

Note : cet article invité a été écrit par Mathias et Tiffany, du blog J’adopte un chien

Qui sommes-nous pour vous apprendre cela ?

Peut-être vous posez-vous la question ? Et vous avez bien raison. Laissez-nous vous parler un peu plus de nous. En réalité, nous ne sommes pas des professionnels et nous n’avons pas fait de longues études sur le sujet. Nous sommes juste des passionnés qui se sont lancés dans l’aventure que représente l’adoption d’un chiot. À côté de ça, nous nous sommes également trouvés, il y a quelques années, un attrait pour le développement personnel. Ces deux passions mélangées nous ont permis de nous rendre compte de tous les bienfaits que peut apporter cette expérience, si elle est faite de la bonne manière. Étant de nature à partager, nous avons donc décidé de vous présenter les résultats de nos recherches et de nos réflexions 😉 . Pour en apprendre davantage sur nous, sentez-vous libre de lire notre article de présentation.

Choisissez la bonne manière d’éduquer

Vous l’avez peut-être compris, mais il ne suffit pas d’accueillir un chiot pour devenir magiquement meilleur. Il faut aussi que vous choisissiez de l’éduquer de manière positive. En fait, il y a deux grandes écoles dans le monde canin :

L’éducation « traditionnelle »

L’éducation traditionnelle base ses principes sur le fait que le chien est un descendant du loup, et qu’il faut donc le considérer en tant que tel. Lucyan David Mech, spécialiste des loups mondialement reconnu, a un jour expliqué que leur mode de fonctionnement se base sur la dominance et la soumission. Vous devriez, selon cette méthode, montrer à votre chien que vous êtes le chef, quitte à ce qu’il ait peur de vous. C’est de cette manière qu’il serait censé finir par vous respecter, en se soumettant à vous.

Les 2 problèmes de cette méthode d’éducation sont :

  1. Le chien, bien que descendant du loup, n’en est plus vraiment un. Au fil des siècles, il a été domestiqué et utilisé pour des tâches bien précises, en faisant ainsi une espèce à part entière. Il a donc son propre mode de fonctionnement. Dire qu’un chien est un loup reviendrait finalement au même que de dire qu’un homme est un singe (en prenant comme vérité la théorie de Darwin, bien entendu, mais là n’est pas le débat 😉 ).
  2. « On s’est trompé » dit le Dr Mech lui-même en revenant sur ses propos. Les comportements qu’il a mis en avant ne s’appliquent en fait qu’à des loups en captivité et sans noyau familial. Il s’est rendu compte qu’en liberté, le chef de meute a en réalité plus un comportement de père de famille que de mâle « dominant ». Les meutes de loups sont de vraies cellules familiales, sans compétition. Dr Lucyan David Mech en est donc arrivé à réfuter officiellement ses propres théories en 1999, en publiant l’article « Alpha status, dominance, and division of labor in wolf packs », dans la Revue Canadienne de zoologie.

Ce mode d’éducation n’a donc en fait plus de raison d’être, il est obsolète depuis plus de 20 ans ! Malheureusement, il a tellement été utilisé que certains ont beaucoup de mal à s’en défaire…

L’éducation « positive »

À l’inverse, il y a l’éducation positive. Peut-être en avez-vous déjà entendu parler, car de plus en plus de gens l’utilisent aussi pour éduquer leurs enfants. Il s’agit de se placer non pas en « maître » (ou en personne qui a l’autorité absolue), mais plutôt en guide. Vous n’ordonnez pas, mais expliquez comment se comporter en toutes circonstances. Le but est de donner envie à votre chiot de se comporter comme il faut par lui-même. Ce type d’éducation se base sur le respect et la complicité entre un homme et son chien.

Il n’y a que ce mode d’éducation qui vous permettra de devenir meilleur. En effet, vous et votre chien faites partie de la même équipe et vous avancez dans la même direction. Vous êtes donc aussi obligé de prendre en compte son avis pour que ça puisse fonctionner. Vous aurez plus de travail, car vous devrez constamment réajuster votre manière de faire au fil du temps, mais vous verrez que la relation que vous aurez avec votre chien sera d’autant plus forte.

éducation positive organisation adopter un chien

Attention, gros investissement en temps et en patience !

Alors oui, ça paraît super, mais l’éducation positive n’est pas quelque chose de facile. Il faut dès le départ une volonté de s’investir pour pouvoir en retirer des bénéfices. Vous allez passer par des phases de frustration, vous allez être parfois surmené et vos nerfs seront mis à rude épreuve. Pour apprendre à quelqu’un, il faut obligatoirement s’adapter à sa manière d’être. Tous les deux doivent faire des efforts pour obtenir des résultats !

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Bougez-vous les fesses : 16 moyens de rester motivé quand vous êtes sur la pente descendante

Si vous n’êtes pas prêt à y mettre du vôtre, vous finirez malgré vous par appliquer des concepts d’éducation traditionnelle. Quand l’envie de bien faire n’est pas au rendez-vous, il est toujours plus facile de crier et de s’énerver pour se faire obéir. Le fait de punir ou de contraindre son chien à obéir donne également des résultats, mais est-ce vraiment nécessaire de le traumatiser pour cela ? Si vous n’êtes pas sûr de pouvoir assumer cette tâche, préférez renoncer à l’adoption plutôt que de faire de votre compagnon un chien malheureux. Pensez à lire notre article « 10 questions à se poser avant d’adopter » pour vous assurer de choisir la meilleure décision.

9 caractéristiques que vous allez développer en élevant un chiot

Pour pouvoir vous améliorer, le mieux est déjà de savoir ce à quoi vous allez être confronté. Connaître les caractéristiques que vous allez pouvoir améliorer permet de mieux se concentrer sur elles, et ainsi pouvoir plus facilement travailler dessus. En voici donc 9 que nous avons décelées :

1. Vous serez obligé de vous remettre en question

Adopter un chiot c’est savoir se remettre en question est une chose indispensable pour pouvoir avancer dans son éducation. Il faut réfléchir constamment à la manière dont on se comporte, et à celle de son compagnon. Il est très vite fait de renforcer un comportement sans même s’en rendre compte, il faut donc rester vigilant !

Par exemple, Günther (notre chien) a toujours eu du mal à ne pas sauter sur les gens qu’il rencontre (c’est un problème commun chez les chiots). Il est tellement heureux et excité qu’il peine beaucoup à garder ses 4 pattes au sol. Pour pallier le problème, nous avons essayé de lui apprendre « En bas », qui lui demande de rester au sol, et nous avons travaillé plusieurs mois à le lui faire comprendre. Un jour, nous avons compris qu’il avait bel et bien compris la commande, mais d’une manière légèrement différente. Pour lui, « En bas » signifiait en fait « Je saute, puis je descends ». Nous lui avons effectivement appris une commande, mais notre manière de faire n’était pas adaptée, et il a donc compris les choses de travers !

Il faut être capable de se remettre régulièrement en question, pour justement éviter ce genre de situation. En introduisant la commande « Tu descends », nous avons réussi à le remettre sur la bonne voie. Si nous n’avions pas pris conscience de notre erreur, nous aurions insisté encore et encore et nous aurions fini frustrés, sans ne jamais comprendre pourquoi notre chiot s’obstinait tellement à ne pas faire ce que nous lui demandions…

2. Vous allez développer votre patience

Qui dit éducation positive, dit forcément : faire preuve de patience. Comme on prend en compte les besoins et les envies de l’autre, ce n’est pas nous qui dictons le rythme de l’apprentissage. Même pour un concept tout simple, cela peut prendre un certain temps avant qu’il ne l’assimile ou accepte tout simplement de l’appliquer.

Même les jours où vous n’aurez par exemple pas l’énergie, vous devrez avoir la patience de ne jamais brusquer les choses. Comme le dit Zak George, un éducateur canin réputé aux États-Unis prônant l’éducation positive, plus vous y allez doucement, plus les résultats apparaîtront rapidement.

3. Vous améliorerez votre persévérance

En complément à la patience, il vous faudra être persévérant. Éduquer un être vivant demande du temps. Vous devez lui expliquer chaque concept, lui présenter chaque situation en lui montrant à chaque fois comment se comporter. Et bien sûr, il ne comprendra pas les choses instantanément. Il faut être capable de recommencer les explications encore et encore, jusqu’à ce qu’il ait bien intégré le principe.

Lorsqu’on apprend une nouvelle commande à son chien (par exemple, le « Assis »), on utilise des friandises pour le guider et le récompenser lorsqu’il fait ce qu’il faut. En théorie, avant de pouvoir commencer à ne plus lui en donner à chaque fois qu’il s’exécute, il faut compter 6 mois d’entraînement au minimum. Il vous faudra donc persévérer, car vous aurez à travailler un moment avant de pouvoir sentir les résultats.

4. Vous deviendrez organisé et vous saurez anticiper

S’occuper d’un être vivant demande obligatoirement de l’organisation. Pour bien faire, vous êtes obligé de ne plus penser qu’à vous-même, mais aussi à votre petit compagnon. Une simple sortie au parc demande une certaine préparation :

  • Ai-je pris une gamelle et de l’eau ?
  • Reste-t-il encore suffisamment de friandises pour l’éducation ?
  • Risque-t-il de tirer sur la laisse (auquel cas je lui mets un harnais) ou le collier convient-il ?
  • Ai-je suffisamment de sachets à déjections ?
  • Etc.

Il faut également être capable d’anticiper les choses. Si vous devez laisser votre chien seul à la maison, lui avez-vous permis de se dépenser suffisamment avant cela, pour qu’il soit calme en votre absence ? Si vous devez prendre votre chiot en voiture, avez-vous commencé par l’y habituer les jours qui précèdent, en prenant le temps de la lui faire découvrir en douceur ?

Éduquer en positif, c’est anticiper ce qui va se passer, pour ainsi prendre le temps d’y habituer son chiot avant d’y être réellement confronté. Il faut vraiment que chaque nouvelle expérience soit introduite délicatement, pour lui laisser le temps de s’habituer à son rythme. Il n’y a que de cette manière qu’un chiot peut devenir un chien bien dans ses pattes !

5. Adopter un chiot c’est devenir plus responsable

Si vous voulez adopter un chiot, vous serez obligé d’être plus responsable. Vous devrez lui apprendre à bien se comporter et vous aurez donc à lui montrer l’exemple. En plus, quoi que vous fassiez, vous devrez penser à son bien-être avant tout. Envie d’aller faire la fête jusqu’au bout de la nuit ? Mais y a-t-il quelqu’un pour l’emmener faire ses besoins le lendemain à l’aube ? A-t-il été nourri et s’est-il dépensé avant votre départ, afin d’être calme et serein en votre absence ?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  5 excellentes raisons de conduire plus lentement

Comme vous aurez une vie entre vos mains, vous remarquerez que vous aurez une nouvelle vision du monde qui vous entoure. Des choses qui paraissaient insignifiantes ont tout de suite plus d’ampleur quand il en va de la santé et de la sécurité de son chiot.

être plus responsable avoir un chiot à éduquer

6. C’est prouvé, vous améliorerez votre confiance en vous et votre estime de vous-même

Au fil du temps, vous verrez que votre confiance en vous sera améliorée. Certes, vous commencerez par faire quelques erreurs, mais vous apprendrez à prendre de meilleures décisions et vous en ferez une habitude. Plus on éduque son chiot, plus on en voit les résultats. Constater l’efficacité de vos propres décisions vous permettra d’accroître votre confiance en vous et en vos choix.

En parallèle, vous développerez également votre estime de vous. Dans un article du site « Psychology Today », le Dr Allen R McConnell explique les résultats de plusieurs études qu’il a menées (article complet : « Friends with Benefits: Pets Make Us Happier, Healthier »). Une d’entre elles, menée sur 217 personnes, a mis en avant que les propriétaires de chien montreraient une meilleure estime d’eux-mêmes, en plus d’avoir une meilleure santé physique, de se sentir moins seuls, d’être plus consciencieux et sociables, et d’avoir des styles de relations « plus saines ». Rien de mieux pour devenir meilleur 😉 .

7. Fini la peur du regard des autres

La peur du regard des autres… Un sujet difficile dans notre société. En plus, l’apparition des réseaux sociaux n’a rien arrangé en ce qui concerne l’image que les autres peuvent avoir de soi. Être capable de s’en détacher, c’est s’assurer une vie plus saine et plus sereine !

Pour communiquer efficacement avec un chien, il faut être très expressif. Faire de grands gestes, exagérer ses réactions pour qu’il comprenne bien ce qu’il fait de juste. Par exemple, pendant l’apprentissage de la propreté (qui consiste à apprendre à son chiot à faire ses besoins à l’extérieur), s’il fait ses besoins dehors plutôt que sur le tapis, il faut l’acclamer sincèrement et lui faire la fête. Il doit se rendre compte qu’il débloque notre côté « super fun », pour avoir envie de recommencer. Donc plus vous exagérez, plus ce sera efficace.

Au début, ce n’est pas si évident que ça à faire. Quand vous vous retrouvez en ville, un jour de marché, et que vous êtes entouré de monde, il ne faut pas avoir peur de parler à son chiot avec sa petite voix aiguë et l’acclamer quand il fait quelque chose de bien. Avec le temps, vous vous détacherez de plus en plus de cette gêne et vous arriverez à être à l’aise en toutes circonstances.

8. Connaissez-vous vos ressources d’énergie ?

On a tous une certaine quantité d’énergie en nous. Certains sont des piles électriques même avec peu d’heures de sommeil, alors que d’autres font tous les jours la grasse matinée, sans pour autant réussir à recharger leurs batteries.

Adopter un chiot n’est pas de tout repos. La première année, vous aurez tout à lui apprendre. Et il y a beaucoup ! Vous aurez parfois la vie dure, mais vous remarquerez sûrement à quel point vous avez de l’énergie à revendre. Vous découvrirez vos ressources d’énergie et vous aurez conscience de vos limites. Rien de tel pour s’améliorer que de commencer par apprendre à se connaître.

9. Vous deviendrez plus heureux, tout simplement

Savez-vous qu’avoir un chien rend plus heureux ? Si si, on vous le promet ! Et l’on ne vous dit pas ça juste parce que c’est super d’adopter un chiot et d’avoir ainsi une boule de poil à câliner. Cette étude parue dans le journal « Science » en 2015 le démontre, un simple contact visuel avec son petit compagnon permet d’accroître son niveau de bonheur.

Ils ont même mis un nom là-dessus : l’ocytocine. C’est le comportementaliste animal Takefumi Kikusui, de l’université Azabu de Sagamihara, au Japon, qui s’est intéressé à cette hormone qui jouerait un rôle au niveau des liens maternels, de la confiance et de l’altruisme. Au cours de son étude, il a remarqué que lors d’un contact visuel, le niveau d’ocytocine augmentait de 130% chez le chien, alors qu’elle pouvait croître jusqu’à 300% chez le propriétaire !

Brian Hare, expert en cognition canine, a d’après nous trouvé les mots justes en déclarant « C’est une découverte incroyable qui suggère que le chien a réussi à hacker le système affectif de l’homme. ». Mais pas de panique, c’est pour notre bonheur, alors laissons-nous simplement faire et prenons le temps d’apprécier cela 😉 .

un chien rend plus heureux choisir d'adopter

Avant de choisir d’adopter un chiot, réfléchissez à si vous le pouvez vraiment

Malgré tout ce qui a été dit dans cet article, adopter un chiot n’est pas quelque chose à prendre à la légère. C’est un grand changement dans une vie, et s’occuper d’une petite bête demande énormément de temps. Une fois le pas franchi, vous êtes parti pour 15 ans, alors soyez sûr de votre décision. Trop de chiens finissent abandonnés, car ils se retrouvent avec des maîtres qui n’ont pas réfléchi à l’ampleur de la tâche, ne soyez pas l’un d’entre eux ! Pour vous aider à prendre la bonne décision, voici un article qui vous permettra d’y voir plus clair : 3 critères importants lorsqu’on décide d’adopter.

Cet article sur les bienfaits d’adopter un chiot vous a-t-il plus ? A-t-il déclenché quelque chose en vous ? Si vous avez des remarques ou des questions, n’hésitez pas à nous les poser un peu plus bas. Ou si vous préférez, passez directement nous faire un petit « Coucou » sur notre blog. C’est avec plaisir que nous partagerons avec vous tout ce que nous savons sur ce merveilleux sujet qu’est l’éducation canine 🙂 .

À bientôt !

Mathias et Tiffany, du blog J’adopte un chien

Articles de référence utilisés  :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.