Pour devenir plus zen au quotidien

Estime de soi, les 4 piliers de votre bien-être

L’estime de soi représente le cœur de votre bien-être. Trop souvent négligée, elle repose sur 4 Piliers que vous pouvez développer pour être moins stressé et plus heureux. Pourquoi je vous en parle ? Parce que je vois trop de personnes souffrir d’une mauvaise estime qui leur pourrit la vie. Et elles en souffrent, comme moi-même j’en ai souffert durant des années. Trop de personnes pensent qu’elles sont nées comme ça, et qu’elles n’y peuvent rien, que c’est la fatalité. Alors qu’en réalité, améliorer son estime est à la portée de tous 🙂

Note : cet article invité a été écrit par Marine du blog Marine Katze.

Estime de soi

estime de soi les 4 piliers de votre bien-être

L’estime de soi est un aspect du développement personnel, de l’amélioration de sa vie, trop souvent négligé. Alors qu’elle représente le socle de votre bien-être. Et donc de votre bonheur au quotidien. La bonne nouvelle ?

Si votre estime est trop basse, vous pouvez l’améliorer de façon saine et durable. Et j’insiste sur ce point : de façon saine et durable. De façon saine, pour éviter de tomber dans le piège dans lequel certaines personnes se trouvent plongées lorsqu’elles tentent d’augmenter leur estime. Ce piège est de développer un gros ego. De devenir une personne arrogante. Alors qu’en fait, on ne peut pas avoir une estime de soi trop élevée. Mais en voulant l’améliorer on peut – si on n’y prend pas garde – grossir son ego au lieu d’élever son estime de soi.

Prenons le cas d’un étudiant qui a eu de mauvaises notes en français et en maths.

Celui qui a grossi son ego pense toujours que son devoir de français est top, que c’est le prof qui ne sait pas reconnaître son talent, son génie.
Pour ce qui est des mathématiques, il va se dire que c’est normal, car ça ne l’intéressait pas tant que ça parce qu’il n’aura pas besoin de ce type de connaissances dans le futur. Et que bien sûr s’il l’avait voulu, il aurait eu une super note.

Pour un même résultat, celui qui a amélioré son estime va prendre en compte les retours du prof de français. Peut-être comparer avec des camarades ayant obtenu une meilleure note.
Bref, il accepte la note (même s’il peut en être déçu) mais ne pense pas pour autant qu’il est nul en tant que personne.
Idem en maths, il accepte la note, et ne va pas rester sur un « le prof est nul » mais faire de son mieux pour obtenir une meilleure note la prochaine fois.

La personne dont l’égo gonfle a tendance à se croire meilleure que tout le monde, supérieure aux autres. Si elle ne réussit pas dans un domaine, ce n’est pas de sa faute ou parce qu’elle est moins douée là-dedans, il y a forcément une autre explication.

Ou si la réalité est trop différente de ce qu’elle pense d’elle, elle va l’adapter pour rester dans son fantasme de « meilleure que tout le monde ».

La personne qui a une bonne estime, elle, ne va pas se sentir inférieure simplement parce qu’elle est moins bonne dans certains domaines. Elle sait qu’elle a des atouts, des qualités… mais aussi des défauts, comme tout être humain. Bref, pas de quoi se sentir supérieure ou diminuée, dévalorisée, « moins » que les autres.
Alors que c’est ce qu’elle aurait pensé et ressenti si elle souffrait auparavant d’une mauvaise estime.

Les différences peuvent se refléter sur de nombreux plans au quotidien. Par exemple, prenons 2 amis qui aiment jouer à des jeux de société. L’un a grossi son ego, l’autre son estime.

Aucun des deux ne pense qu’il est nul ou inférieur aux autres en tant que personne.
Mais, celui qui a un gros ego pense qu’il est réellement supérieur, et non l’égal des autres êtres humains.

Si celui qui a un gros ego se met à perdre à un type de jeu, par exemple de culture générale, il va très mal le prendre (ex : s’énerver, bouder, pleurer même peut-être…). Et par la suite, il souhaitera uniquement jouer à des jeux qu’il est sûr de gagner (ou du moins de ne pas perdre). Il aura tendance à privilégier les jeux de type coopération par exemple ou il n’y a pas vraiment de gagnant ni de perdant.

Celui qui a une bonne estime de lui-même, même s’il perd à un jeu de culture, ne va pas se sentir dévalorisé, inférieur. Peut-être qu’il va se rendre compte qu’il n’est pas autant cultivé qu’il ne le pensait. Et si cela le gêne de constater cela, alors il fera de son mieux pour améliorer sa culture.
Il peut apprécier de jouer à des jeux de coopération bien sûr, mais aussi à des jeux de culture bien qu’il ait tendance à être dans les bons derniers parce que cela lui permet d’accroître sa connaissance.

Une personne qui grossit son ego plutôt que d’élever son estime va avoir de grosses difficultés à s’excuser, à demander pardon (signe au passage d’une faible estime). Car pour elle, c’est se rabaisser : elle ne le peut pas puisqu’elle se sent au-dessus des autres. Si elle est en retard par exemple, ce ne sera jamais de sa faute (et gare à vous si vous le lui faites remarquer).

A contrario, une personne qui a amélioré son estime va elle, s’excuser de son retard, s’engager à prévenir la personne avec qui elle a rendez-vous si elle se rend compte une prochaine fois qu’elle risque d’être en retard. Elle sait que présenter ses excuses, demander pardon ne sont pas des signes de faiblesse mais au contraire, de force et de respect.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  5 excellentes raisons de manger plus lentement

Une estime de soi, aussi bonne et élevée soit-elle, ne se traduit donc jamais par le fait de devenir narcissique, de se sentir supérieur aux autres, etc. Il faut simplement utiliser les bonnes stratégies pour développer une bonne estime saine et durable, et non un gros ego mal placé qui vous transforme en quelqu’un que personne n’aime à côtoyer.

Cela étant posé, il faut savoir que votre niveau d’estime influence tous les domaines de votre vie. Tant sur le plan personnel que professionnel. Il influe sur votre bien-être mental et physique, sur vos relations, sur votre capacité à agir, etc.

Vous ne savez pas si votre estime est d’un bon niveau ? Des signes vous aident à déterminer si elle est trop basse. Et il existe 4 Piliers sur lesquels repose l’estime de soi.

1er Pilier : la connaissance de soi

Se connaître est primordial. Si vous ne savez pas quels sont vos goûts, vos préférences, vos besoins. Mais aussi comment vous en êtes arrivé à être la personne que vous êtes aujourd’hui, de par vos expériences et plus généralement votre parcours de vie… Vous ne pourrez pas développer une bonne estime de vous-même. Vous devez faire de votre mieux pour vous connaître. Car que vous le vouliez ou non : vous êtes la personne la plus importante de votre vie.

Vous avez du mal à le croire ?

Pourtant la personne avec laquelle vous passez le plus de temps dans la vie : c’est vous. Vous vivez tout le temps avec vous. Vous devez donc vous connaître au mieux. Car pour être heureux, il est en effet essentiel d’être bien avec soi. Et vous ne pouvez pas être à l’aise, confortable, en confiance, avec quelqu’un que vous ne connaissez pas (assez). Pour vous connaître, vous devez notamment mettre au clair sur :

  • Vos valeurs
  • Ce qui est important pour vous, vos priorités
  • La direction que vous souhaitez donner à votre vie

Sinon, vous vous retrouvez à vous conformer à ce que « on dit » qu’il faut faire, avoir, être.

Parce que vous ne vous connaissez pas assez, vous pouvez gaspiller votre argent, par exemple en achetant des tas de trucs qui ne correspondent pas à vos goûts réels.

C’est ce qui est m’est arrivé de (trop) nombreuses fois.
Par exemple en allant faire des courses, j’essayais des vêtements que d’autres me conseillaient. Honnêtement avec le recul, je n’appréciais pas forcément la couleur, le ressenti que j’avais dans ces vêtements, comment ils m’allaient quand je me regardais dans la glace.

Mais…

Je n’en tenais pas compte et les achetai quand même, pensant que les autres avaient sans doute plus raison que moi de toute façon, et pour « suivre la mode ».
Tout ça pour me retrouver à les mettre une ou deux fois seulement ensuite (voire pas du tout!).

Vous pouvez déjà commencer à améliorer votre estime en vous écoutant plus. Vos goûts, vos ressentis, vos premières impressions. Et en effectuant des choix en fonction de ça, plutôt que de ce que les autres disent.

Faites-en sorte d’être le plus au clair possible sur vos préférences.
C’est très important.

Car lorsque vous ne vous connaissez pas assez, vous pouvez perdre de l’argent mais aussi du temps, de l’énergie, bref, de précieuses ressources dans des choses qui ne vous plaisent pas vraiment, ne vous conviennent pas.

Des choses que vous faites parce que « c’est à la mode ».
Comme d’aller courir (avec tout l’attirail qui va bien, évidemment) alors que vous n’aimez pas particulièrement ça et que d’autres pratiques pourraient plus vous correspondre (Yoga, piscine, vélo, taï-chi, hand-ball, etc.)

Des choses que vous faites parce que « ça le fait ».
Comme de suivre tel cursus parce qu’il est prestigieux pour vous rendre compte des années après que vous avez gâché une partie de votre vie à poursuivre des études dans un domaine qui ne vous correspond pas, pour trouver ensuite un travail que vous n’aimez pas, dans lequel vous vous ennuyez, qui va peut-être même à l’encontre de vos valeurs. Tout ça pour « faire bien », parce que « on » vous a dit (des gens, la société) que c’est là qu’il faut se diriger.

Si vous êtes perdu, faites une liste de ce que vous aimez faire et ne pas faire, de ce que vous aimez en général ou non comme attitude. Écrivez ce qui serait pour vous votre vie idéale. C’est pour vous, vous n’êtes pas obligé de le partager, lâchez-vous, écoutez votre cœur, vos ressentis. Et non ce que vous pensez qu’il « faut » écrire.

Parce qu’elle ne sait pas qu’elle est introvertie, une personne peut se forcer à sortir, à rencontrer du monde très souvent, à faire plusieurs activités avec d’autres personnes et au final à être très rarement seule.

Résultat, elle est épuisée et du coup son humeur en pâtit tout comme ses relations, que ce soit dans le cadre privé ou professionnel.

Alors que si elle avait conscience qu’elle est introvertie et non extravertie, elle saurait qu’elle a besoin de passer du temps seule pour recharger ses batteries. Que c’est normal qu’elle ait besoin de moins de contacts avec les autres qu’une personne extravertie.

Pour autant, elle n’en tiendrait pas forcément compte si son estime était trop basse.
Elle continuerait de sortir tous les soirs de week-ends tard au lieu de passer au moins une soirée tranquille à lire un bouquin ou regarder sa série TV préférée par exemple.

Pourquoi ?
Parce qu’il faut bien avoir conscience du fait que lorsque votre estime n’est pas assez bonne, vous êtes trop sensible au regard des autres.

Et à cause de ça, vous pouvez passer des (dizaines) d’années à vivre une vie qui ne vous correspond pas. À vous sentir mal-à-l’aise, amer, plein d’émotions négatives plus ou moins refoulées parce qu’au fond de vous, vous savez que vous n’employez pas vos précieuses ressources au mieux, à ce qui vous convient réellement. Parce que vous ne vous connaissez pas assez. Ou peut-être parce que vous n’osez pas, que vous n’acceptez pas d’être différent…

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les 10 avantages de se lever tôt, et comment le faire

2ème Pilier : l’acceptation et l’amour de soi

estime de soi amour de soi et acceptation

Ce qui nous amène au 2ème pilier de l’estime de soi : l’acceptation et l’amour de soi. Cela consiste à vous accepter, malgré vos différences et défauts. Comme vous le faites pour des gens de votre famille, vos amis, vos animaux. Sinon, vous ne pouvez pas vous sentir à l’aise, serein, confiant. S’accepter, c’est se donner un signe de reconnaissance. S’accepter, c’est se sentir quelqu’un de valable, qui mérite et n’est pas inférieur aux autres en tant que personne. Cela implique de se respecter, c’est tellement important. Vous ne respectez pas les gens auxquels vous n’accordez aucune valeur. Accordez vous de la valeur. Acceptez-vous et respectez-vous. Pour cela, vous devez notamment :

  • Prendre soin de vous, de la façon qui vous correspond le plus, et cela aussi bien de votre corps que de votre esprit
  • Vous offrir de l’auto-compassion, comme à un ami
  • Être vous-même au maximum
  • Nourrir vos besoins profonds et savoir les distinguer des envies
  • Faire de votre mieux pour avoir un chez-vous qui vous correspond, tant à vos goûts qu’à vos besoins et personnalité

Si vous ne vous acceptez pas assez, ne vous respectez pas assez, vous vous faites marcher sur les pieds par les autres. Vous faites passer leurs besoins, leurs envies, leurs emplois du temps avant le vôtre. Et vous vous retrouvez souvent débordé, épuisé, stressé. Au point que vous n’avez plus de ressources précieuses comme du temps à vous consacrer. Vous devez vous faire passer un minimum en premier pour prendre soin de vous et nourrir votre estime.

3ème Pilier : la confiance en soi

Le 3ème Pilier de l’estime de soi est la confiance en soi. Sans confiance en soi, vous n’osez pas. Vous avez tendance à vous faire tout petit, à penser que vous n’êtes « pas assez » pour que les autres vous intègrent à leur groupe, pas assez intelligent, cultivé pour donner votre avis, qualifié pour obtenir ce poste, etc.

Vous restez dans l’indécision quand vous manquez de confiance en vous, ce qui vous empêche de faire des choix. Et lorsque vous choisissez enfin, c’est trop souvent en vous conformant à l’avis des autres, que vous pensez être meilleur que le vôtre. Et ces choix, qui ne proviennent pas de vous mais des autres, sont souvent la raison pour laquelle votre vie n’est pas celle que vous voulez. Vous n’êtes pas qui vous voulez. Augmenter votre confiance en vous passe notamment par :

  • Vous affirmer
  • Dire non
  • Poser vos limites
  • Oser demander (ex : de l’aide, une augmentation) et exprimer vos besoins
  • Prendre votre place
  • Agir, connaître l’échec et persévérer malgré les obstacles
  • Avoir votre propre définition de la réussite, et faire de votre mieux pour vous y conformer
  • Connaître vos forces et capitaliser dessus
  • Agir sur votre zone de confort
  • Adopter de meilleures habitudes, qui vous correspondent et vous servent vous et vos objectifs, et laisser tomber les mauvaises

4ème Pilier : La prise de ses responsabilités

estime de soi prendre ses responsabilités

Le 4ème Pilier de l’estime de soi est la prise de ses responsabilités. On n’est pas tous égaux dans la vie, mais on peut toujours prendre ses responsabilités. Ce n’est pas facile. Cela demande du courage et donc de dépasser vos peurs. Prendre ses responsabilités, cela implique de reconnaître lorsque l’on a tort. Mais lorsque vous avez une assez bonne estime et que vous reconnaissez vos torts, vous ne vous sentez pas inférieur, amoindri, moins valable. Vous pouvez même en faire un atout. Ne laissez pas aux autres le pouvoir de décider de votre vie à votre place. C’est ce que vous faites lorsque vous ne prenez pas vos responsabilités. Et que vous rejetez la faute de ce qui (vous) arrive uniquement sur les autres et les circonstances.

Lorsque vous prenez vos responsabilités, vous êtes le pilote aux commandes de votre vie. Vous en êtes responsable. Mais responsable ne veut pas dire coupable. Vous êtes comme le conducteur de son véhicule. Il en est responsable. Pour autant, si quelqu’un lui fonce dedans alors qu’il est au STOP, il est responsable de son véhicule (comme vous êtes responsable de votre vie), mais pas coupable. Il a par exemple la responsabilité de faire réparer sa voiture, mais n’est pas le fautif dans l’histoire. Prendre vos responsabilités vous l’aurez compris passe notamment par :

  • Reconnaître vos torts, sans vous mettre sur le dos ceux des autres
  • Ne pas rejeter la faute de ce qui (vous) arrive uniquement sur les autres et les circonstances
  • Passer en mode action : est-ce que vous avez un quelconque contrôle sur la situation x ? Si oui, que pouvez-vous faire à votre niveau ? Et agissez

Un dernier mot

Vous l’aurez compris, une bonne estime est essentielle pour être heureux. Car l’estime de soi a un impact sur toutes les sphères de votre vie. Commencez par améliorer un aspect de votre estime, ce qui vous semble le plus facile, accessible et rapide. Puis passez à un autre. Cela fera un effet boule de neige. Si vous manquez de confiance en vous, peut-être serez-vous plus à l’aise pour faire d’abord votre possible pour mieux prendre soin de vous. Ce qui vous permettra au passage de mieux vous accepter, de vous respecter et finalement de pouvoir plus facilement vous affirmer, un aspect de la confiance en soi.

C’est ce qui est génial avec l’estime de soi : améliorer un paramètre créé un cercle vertueux… que vous devez nourrir au quotidien.

Et c’est un point capital : l’estime de soi n’est pas acquise. Même à un bon niveau, vous devez l’entretenir pour qu’elle se maintienne (voire progresse !) Mais la bonne nouvelle est que cela demande peu de ressources au final lorsque vous faites d’une habitude les points clés que nous avons vu ensemble ici 😉 Cela en vaut la peine pour vous sentir mieux dans votre peau et dans votre vie, ne pensez-vous pas ?

Marine du blog Marine Katze

Crédit photo : Nika_Akin

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.