Pour devenir plus zen au quotidien

Être vraiment engagé dans quelque chose

Être vraiment engagéToute ma vie, j’ai lutté pour en finir avec la tendance à être partiellement engagé.

Cela ne se produisait pas toujours, mais je reconnais que ça arrivait plus souvent que je ne voudrais l’admettre. Je dis que je vais m’en tenir à quelque chose, et je souhaite vraiment le faire, mais une semaine plus tard (parfois moins de 7 jours après ou parfois plus), je vacille. Bien sûr, je trouve un moyen de me justifier, mais cela ne m’empêche pas de me sentir coupable. J’essaie donc de ne pas y penser. Plus tard, je prends la résolution de faire mieux.

La même chose se répète.

Récemment, j’ai lu un article d’un entraineur et professeur que je respecte, Kendra Cunov, sur le thème « Être clair à propos de ses engagements ». Ce que j’ai lu m’a fait réfléchir, comme toujours, et m’a amené à m’asseoir et à réexaminer ce à quoi je suis vraiment engagé. J’ai donc décidé de bannir la formule « Je m’engage, mais… » de ma vie.

J’ai déjà fait cela auparavant, notamment en décembre dernier, lorsque j’ai procédé à un réexamen annuel de ma vie et de mes engagements. Il est toujours utile de réexaminer ce à quoi on s’engage et de renouveler cet engagement. Cependant, à mesure que l’année avance, il est devenu évident que je ne m’engage vraiment qu’à l’égard de certaines des choses figurant sur ma liste.

J’ai donc passé un certain temps à examiner ce qui m’amène à être vraiment engagé dans un domaine (vis-à-vis de ma famille, par exemple) et moins engagé dans un autre (la lecture de livres).

Ce que j’ai compris, c’est que lorsque je suis vraiment engagé, j’ai le sentiment profond, dans mes tripes, qu’il n’y a aucune chance que j’échoue dans mon engagement.

Dans ces cas, ma posture n’est pas : « je veux vraiment remplir cet engagement », c’est plutôt « il ne fait aucun doute, je vais aller au bout de cet engagement ».

Si je me sens mal à l’aise et que je ressens l’envie de remettre l’engagement à plus tard, si je ne suis pas vraiment engagé, je trouverai le moyen de justifier le report. Si je suis vraiment engagé, il n’y a aucun doute dans mon esprit que je vais faire ce à quoi je me suis engagé.

Pour paraphraser un de mes professeurs, si je suis vraiment engagé, je deviens un homme qui pourrait traverser des murs pour y parvenir.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  5 excellentes raisons de conduire lentement, et comment le faire

Dans quoi êtes-vous vraiment engagé ? Êtes-vous prêt à traverser des murs pour cela ? N’y a-t-il aucun doute dans votre esprit quant à votre engagement ?

Si vous n’êtes pas vraiment engagé, vous avez trois options :

1. Continuer d’être partiellement engagé. C’est ce que la plupart des gens font. Et je ne vous recommande pas du tout cela. C’est une habitude qui vous vide de votre énergie. Cela vous donne l’impression que vous vous engagez dans quelque chose qui n’est pas vraiment important. Les autres vous font moins confiance. Vous avez également de moins en moins confiance en vous. Choisissez plutôt l’une des deux options suivantes.

2. Se désengager. C’est la meilleure chose à faire dans la plupart des cas. Abandonnez l’engagement sans porter un quelconque jugement. Il est normal de ne pas s’engager à tout faire. En fait, il est impossible de s’engager à faire tout ce que l’on veut. Il est préférable de s’engager dans peu de choses, mais de le faire bien. Examinez donc un domaine dans lequel vous êtes partiellement engagé et demandez si vous voulez prendre au sérieux cet engagement ou si vous feriez mieux de lâcher prise. Si vous n’avez pas l’impression de vouloir franchir des obstacles pour cela, lâchez prise sans culpabilité. C’est comme si vous laissiez partir un oiseau qui était en cage.

3. Approfondir votre engagement. Il existe très peu de choses (peut-être 4 à 6) pour lesquelles vous devez être vraiment engagé. Dans ces cas, vous n’avez aucun doute dans votre esprit quant à votre engagement à accomplir ces choses. Si vous n’êtes que partiellement engagé, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez approfondir votre engagement. Nous reviendrons à cela dans la prochaine section.

Nous retenons donc les 3 choses qui suivent : (1) Abandonner l’habitude de prendre des engagements partiels ; (2) Abandonner un engagement partiel (la meilleure option, en général) ou (3) Approfondir votre engagement.

Être vraiment engagé

Comment approfondir votre engagement

Personnellement, voici ce que j’ai fait cette année afin d’approfondir mes engagements :

  • M’engager à faire quelque chose, et informer d’autres personnes de cet engagement
  • Créer une structure qui peut m’aider à maintenir cet engagement, même lorsque les choses deviennent difficiles
  • Les choses se passent bien, je suis sur la bonne voie, je me sens bien. Je fais un rapport hebdomadaire aux membres de mon système de responsabilisation, tout est génial.
  • Ensuite, je suis débordé et je supprime ou suspends temporairement certains engagements. Je trouve des formules pour me justifier.
  • Je réexamine mon engagement. D’après la façon dont les choses se sont déroulées, il devient évident que je ne suis pas aussi engagé que je le pensais. Je fais le point pour déterminer où j’en suis et voir à quel niveau je dois approfondir mon engagement.
  • Après cela, je passe un certain temps à réfléchir à cet engagement. Je l’approfondis dans mon cœur.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Un guide pour échapper au Matérialisme et Trouver le Bonheur

À ce stade, je passe un certain temps à méditer. Ma séance d’approfondissement se déroule un peu comme suit :

1. Faire une promenade dans la nature. J’ai compris que le fait de passer du temps seul dans la nature, surtout en mouvement, est très utile. Je cherche une pierre ou un rondin pour m’asseoir et trouver le calme. J’aime bien marcher ; cela aide à faire circuler le sang. Rester seul crée de l’espace pour réfléchir plus profondément. Si vous voulez le faire, ne gardez pas votre téléphone sur vous.

2. Je me demande : « suis-je vraiment engagé dans cette voie ? Est-ce que je ferais tout ce qui est possible pour que cela arrive ? » C’est l’instant de vérité ; ce moment où je regarde au plus profond de moi-même pour déterminer à quel point mon engagement m’importe.

3. Je me demande : « pourquoi cet engagement me tient-il profondément à cœur ? » Est-ce parce que j’aime ma famille ? Parce que j’aime les personnes que je sers ? Est-ce parce que j’ai de la compassion pour les autres qui souffrent ? Si c’est pour une raison égocentrique que je m’engage sur cette voie, je suis moins susceptible de traverser des murs au risque d’y fracasser mon ego. Par contre, si c’est pour servir le monde ou les gens que j’aime, je suis beaucoup plus susceptible de traverser les murs, car je suis vraiment engagé. Je ferais n’importe quoi pour mes enfants. Et je n’ai pas du mal à supporter l’inconfort si cela peut aider les personnes qui me sont chères.

4. Affermir ma détermination. Si je suis vraiment engagé, j’ai besoin de le sentir dans mes tripes. Plus encore, j’ai besoin de le ressentir dans mon cœur. Il s’agit de ressentir dans mon cœur l’amour que je ressens profondément. Il s’agit de ressentir combien cela est plus important que mon souci de moi-même.

5. Me demander ce que je dois faire pour que cela se produise. Maintenant que je suis résolu à continuer, je cherche à savoir quelles mesures doivent être prises pour poursuivre efficacement l’objectif que je me suis fixé. Si je m’engage à structurer de façon impeccable les finances de ma famille, quelles actions doivent être entreprises dans ce sens ?

Ce n’est pas une science exacte, mais j’espère que vous verrez à travers cet exemple qu’il s’agit d’un processus qui consiste à déterminer ce qui vous tient le plus à cœur et quelles sont vos priorités.

Approfondissez vos engagements pour le bien des personnes que vous aimez le plus.

Article original écrit par Léo Babauta.

En guise de complément à tout ce qui a été dit plus haut, j’aimerais vous inviter à suivre la vidéo ci-dessous. J’y partage avec vous une technique simple pour renforcer votre volonté et votre discipline.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

être engagé dans quelque chose
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
un commentaire
  1. J’ai lu et j’approuve, je rajouterai à cela que le sommeil joue aussi un rôle. Il m’est déjà arrivé, d’être engagé dans quelque chose puis suite à un décalage d’horaire au travail (me lever à 2H au lieu de 5H du jour au lendemain) me cassait parfois jusque dans mes engagements tellement j’étais dans le flou.

    Il y a également les mauvaises habitudes qui sont extrêmement néfastes, allant jusqu’à briser des engagements. Pourquoi? Par exemple, si vous cumulez du temps par jours, sur des réseaux sociaux, sur YouTube (en suggestions, je ne parle pas d’utiliser YouTube de façon à choisir ses vidéos mais en ce laissant porter par les suggestions) ou sur des forums… vous vous éloignez de vos objectifs parfois sans même vous rendre compte, le cumul général pourrait affecter vos engagements (fatigue + mauvaise habitude = procrastination et désengagement). C’est en tout cas mon ressenti sur le sujet, et je le vis en ce moment car j’ai un engagement très important, après suppression des mauvaises habitudes avec de bonnes habitudes (lié à l’´engagement) je me sens immensément plus motivé et engagé que jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.