Pour devenir plus zen au quotidien

Laisser le sentiment de honte derrière soi

« Si nous apprenons à ouvrir nos cœurs, n’importe qui, y compris les gens qui nous mettent hors de nous-même, peut être notre professeur »– Pema Chodron

Hier, je discutais avec un ami qui traverse une période très difficile. De toutes les émotions qu’il a ressenties (colère, désespoir, etc.), la honte a été l’émotion la plus difficile de toutes.

Nous ressentons tous de la honte à un moment donné, et c’est parfaitement normal de la ressentir. Il n’y a rien de mal à ressentir de la honte ; c’est une émotion très humaine.

Elle n’est cependant pas très utile dans la plupart des situations. Nous pouvons donc faire appel à la pleine conscience pour faire face à la honte. Et ainsi nous entrainer à la laisser derrière nous.

Avant de parvenir à laisser derrière nous ce sentiment, nous devons apprendre à consciemment nous tourner vers lui.

Ce que la honte nous montre

Quand j’ai dit que la honte n’est pas très utile, je n’ai pas dit toute la vérité. En fait, elle est très utile pour nous montrer ce que nous pensons de nous-mêmes.

Lorsque nous ressentons de la honte, c’est généralement parce que nous avons fait quelque chose qui, selon nous, envoie un message déshonorant à notre sujet. Ainsi, cela nous montre les domaines de notre vie dans lesquels nous pensons qu’il y a quelque chose de mauvais, quelque chose d’inadéquat, de laid, d’indigne de l’amour.

Bien sûr, cette croyance est très éloignée de la vérité. Cependant, pour laisser derrière nous ce sentiment de honte, nous devons avant tout le constater. La honte nous montre le domaine de notre vie où se cache cette croyance.

Je vais vous donner quelques exemples tirés de ma propre vie :

  • Ces derniers temps, j’ai eu des tendances boulimiques (c’est une de mes vieilles mauvaises habitudes). Cela m’a conduit à me sentir en surpoids et pas sexy. Cela a fait naitre en moi un sentiment de honte par rapport à mon corps sans parler du manque de discipline que j’ai constaté ensuite. La honte m’amenait à croire que je suis laid et indiscipliné, et donc indigne d’être aimé.
  • J’ai traversé une période très chargée ces derniers temps, et j’ai abandonné toutes mes habitudes chères pendant quelques semaines, notamment faire de l’exercice, méditer et suivre mon système de responsabilisation. Ce manque de discipline combiné au fait que je n’ai pas pratiqué les choses que j’enseigne aux gens a fait naitre en moi un sentiment de honte. La honte m’amenait à croire que je suis un indiscipliné, un imposteur, une personne faible.
  • J’ai ressenti beaucoup de honte quand je me suis endetté. Cela a fait naitre un sentiment qui m’amène à penser que je suis mauvais en matière de finances, mauvais pour prendre soin de ma famille, mauvais dans mon rôle de père et de pourvoyeur. Et encore une fois, je sentais que je n’étais pas à la hauteur et que j’étais indigne d’être aimé.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Article invité : Comment changer sa vie avec des rituels

En fin de compte, le sentiment de honte conduit beaucoup de personnes à penser qu’elles ne sont pas à la hauteur et qu’elles sont indignes d’être aimées. Toutefois, la raison pour laquelle nous croyons à cela, c’est le fait que nous pensons que nous n’avons pas rempli certaines attentes : avoir du succès, être mince, être discipliné, être généreux, apporter une contribution à la société, être respectueux de l’environnement, etc. Les attentes sont dans notre esprit, mais c’est la société qui les met en nous depuis notre naissance. Ces attentes et ces convictions ne sont pas aussi solides que nous le pensons. Une fois que nous pouvons accepter cela, nous pouvons faire preuve de pleine conscience dans nos efforts pour remplir ces attentes.

ressentir la honte

Faire face consciemment aux croyances qui causent la honte

Il peut être utile de noter les croyances qui causent en nous le sentiment de honte ; nous pouvons aussi les exprimer à voix haute (peut-être en les partageant avec une autre personne, comme un ami de confiance ou un thérapeute). Les faire sortir de notre tête nous aide à y voir plus clair. Et parfois, le fait de dire à voix haute ce que nous ressentons peut rendre ces croyances un peu ridicules. J’ai constaté que c’était vrai dans mon cas : partager une croyance à voix haute avec une autre personne lui enlève une partie de son pouvoir, et cela me montre peut-être à quel point je suis dur avec moi-même.

Alors, une fois que nous exprimons à haute voix ce que nous ressentons ou que nous écrivons cela, nous devons chercher le moyen d’intégrer les pratiques de pleine conscience dans l’équation :

  • Autorisez-vous à ressentir la honte. Nous ne nous donnons pas souvent l’autorisation de ressentir cette émotion, parce que nous ne l’aimons pas. Au lieu d’agir ainsi, ouvrez votre cœur et ressentez la honte en vous. Montrez-vous curieux à son propos : quel effet cela fait-il ? Où se trouve cette honte dans votre corps ? Quelle est sa température, sa texture, sa saveur ? Voyez ce sentiment de honte avec des yeux tout neufs, avec un esprit de débutant.
  • Demandez-vous si ce que vous croyez à propos de vous-même est vrai. Si vous pensez que vous êtes indiscipliné, demandez-vous : « est-il vrai que je suis indiscipliné ? » Même si cette croyance semble très vraie et très solide, vous devez faire l’effort, en vous posant cette question, de laisser de la place à la possibilité que ce ne soit pas vrai du tout, ou du moins pas complètement vrai. Avez-vous déjà fait preuve d’un peu de discipline ? Y a-t-il des exemples de situations dans lesquelles vous avez fait preuve d’une certaine discipline ? Ces situations peuvent-elles prouver que la croyance n’est pas entièrement vraie ? Pensez à ces moments et faites-en sorte que cette croyance soit de moins en moins solide.
  • Voyez la bonté fondamentale qui vous caractérise. Si le sentiment de honte que vous ressentez est basé sur le fait que vous ne vous sentez pas à la hauteur, pas assez bon, vous gagneriez à considérer le fait que vous êtes fondamentalement bon. Chacun de nous est fondamentalement bon. Faites donc en sorte de méditer sur cette bonté qui vous caractérise et commencez à croire que cette bonté est là tout le temps.
  • Faites preuve de compassion et d’amour envers vous-même. Si vous pensez que vous n’êtes pas digne d’être aimé, vous pouvez immédiatement réfuter cette pensée en vous témoignant de l’amour. Tout d’abord, exercez le muscle de l’amour et de la compassion en ressentant cela pour autrui. Imaginez une personne que vous aimez profondément et imaginez qu’elle a des difficultés. Témoignez-lui de la compassion et émettez le vœu sincère de voir sa souffrance prendre fin, de voir son bonheur s’accomplir. Constatez ce que vous ressentez. Ensuite, faites-en de même pour vous : déversez les mêmes sentiments d’amour et de compassion, mais, cette fois, envers vous-même. Vous souffrez aussi et vous méritez votre propre amour et votre propre compassion. Constatez ce que vous ressentez et considérez cela comme étant la preuve que vous êtes digne de recevoir de l’amour.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  10 idées relaxantes et gratuites

Si vous faites cela, vous pourrez commencer à lâcher prise par rapport aux croyances qui entretiennent le sentiment de honte dans votre vie. Vous pourrez vous donner la permission de croire en votre bonté fondamentale ; vous pourrez croire que vous êtes digne de recevoir de l’amour. Et si vous faites cela, la honte pourrait commencer à s’éloigner, car elle n’aura plus de place dans votre vie. Que vous restera-t-il si vous ne ressentez plus le sentiment de honte ? Pensez-y !

Article original écrit par Léo Babauta.

La honte fait partie des nombreuses émotions négatives que l’on pourrait ressentir à un moment donné ou à un autre. Dans la vidéo du jour, je partage avec vous une façon de supprimer ces émotions destructrices de votre vie en ayant recours aux émotions antidotes. Voyez plutôt par vous-même !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
un commentaire
  1. Article très intéressant ! Quand je ressentirai de nouveau de la honte je réfléchirai davantage à ce que je ressens et j’essaierai d’être moins dure avec moi même !
    Quand je n’ai pas trop le moral ,il est vrai que le fait de ressentir de la gratitude m’aide beaucoup ! Tout à fait d’accord !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.