Les 6 hormones de la zénitude (et comment les gérer)

Le docteur Jean Gautier1 a été pionnier dans son domaine : il a consacré sa carrière à étudier le système hormonal et à poser l’hypothèse d’une prédominance de ce système sur tout autre. En d’autres termes, ses travaux l’ont amenés à observer des caractéristiques psychologiques dues aux différentes hormones que sécrète notre organisme. Jean Du Chazaud2 poursuit depuis sa disparition les travaux entamés par le docteur Jean Gautier et a développé depuis le concept d’endocrino-psychologie3.

Plus récemment, le docteur Thierry Hertoghe4 a mis en place “le régime hormone” qui aborde également le lien entre trait de personnalité, émotions et hormones. Il va plus loin en donnant des pistes pour retrouver l’équilibre hormonal par l’alimentation.

Pourquoi je vous parle de cela aujourd’hui ? Parce que nos hormones, en plus de leurs fonctions physiologiques, possèdent une fonction ayant des interactions avec nos émotions. Nous pouvons donc, en privilégiant ou en nous assurant de la bonne fonctionnalité des hormones, agir sur notre équilibre émotionnel et donc sur notre capacité à être plus zen.

Note : cet article invité a été écrit par Carole Thiebault du blog 28 jours de la vie d’une femme

Petit tour des hormones de la zénitude

Il n’est pas question ici de faire un cours de physiologie ni de décrire toutes nos hormones, j’ai sélectionné 6 hormones ou groupes d’hormones qui selon moi sont les plus parlantes par rapport au sujet de cet article et faciles à repérer quand rien ne va plus.

Ocytocine

C’est le professeur Kerstin Uvnäs Moberg5 qui a le plus étudié cette hormone dans son livre intitulé Ocytocine : l’hormone de l’amour. N’est-ce pas une jolie promesse vers le zen ?

Elle y relate le fait que les effets du stress et de la douleur ont été largement étudiés par les scientifiques sans que soit étudié avec autant de ferveur le système qui nous permet de ressentir le calme, le repos et le bien-être. Elle rejoint en cela la vision du docteur Jean Gautier.

Or selon elle, ce système est celui qui nous donne accès à nos ressources intérieures et à notre propre créativité.

Même si les premières découvertes concernant l’ocytocine sont liées aux processus d’accouchement et d’allaitement, il ne faut pas que cela fasse de l’ombre à tous ces autres effets6. Ni même faire croire qu”il s’agirait d’une hormone exclusivement féminine. Et oui messieurs vous synthétisez vous-aussi de l’ocytocine !

L’ocytocine semble déclencher tout à fait l’inverse de la réponse au stress. Baisse de la tension artérielle, du rythme cardiaque, du cortisol (hormone du stress par excellence), la digestion devient plus facile…7

Kerstin Uvnäs Moberg parle de système de réaction calme et contact. De nos jours et dans nos sociétés occidentales, le stress est prédominant et cette capacité de réaction calme et contact est sous-utilisée. Il est donc important, si l’on veut se sentir plus zen au quotidien tout en faisant face aux pics de stress incontournables (ne serait-ce que pour avancer dans nos projets), de soutenir et développer un peu plus nos capacités de synthèse et de sécrétion d’ocytocine.

ocytocine calme et contact hormone zenitude

Comment donc fait-on cela ? Facile, il faut du contact ! Et oui le simple fait de sentir une main bienveillante se poser sur notre épaule déclenche une sécrétion d’ocytocine ! Vous pouvez aussi compter sur la chaleur douce, ou encore être attentif à manger à satiété (cela ne veut pas dire se déchirer le ventre !) pour augmenter vos taux d’ocytocine. Vous ressentirez à coup sûr du bien-être, de la tranquillité, de la relaxation. C’est quand même proche du zen non ?

Si vous souhaitez réellement augmenter vos capacités de sécrétion d’ocytocine c’est quand même bien par le contact que cela passe. Cela n’est pas inné pour tout le monde et il existe des sociétés plus tactiles que d’autres. En France, il semble que le toucher reste cantonné aux relations proches, familiales (et encore, toutes les familles ne se ressemblent pas). Il n’est pas accepté de la même manière dans d’autres circonstances sociales : au travail, entre amis. Et pourtant, n’avez-vous jamais ressenti cet apaisement particulier quand une personne vient vous toucher la main, muée par toute la compassion dont elle est capable ? Elle n’a pas besoin d’être proche ou intime, une infirmière juste avant que vous ne sombriez dans une anesthésie avec appréhension, un professeur qui veut vous encourager avant une épreuve….

Les hormones sexuelles

Pour commencer il semble important de préciser que même si certaines hormones sont connues pour être féminines ou masculines, nous sécrétons tous et toutes les hormones sexuelles. Je parle des œstrogènes, de la progestérone et de la testostérone.

Du fait du caractère cyclique de la sécrétion des hormones sexuelles, la femme ressent plus facilement peut-être les effets de ces variations (si elle se donne la peine d’y être attentive) et ce de façon d’autant plus marquée qu’il y aura chez elle un déséquilibre hormonal.

Les œstrogènes s’accompagnent volontiers d’un état d’esprit assez printanier. Un niveau élevé d’œstrogènes fera se sentir enthousiaste, dynamique. C’est chez la femme une période où elle entreprend et rien ne lui résiste. Elle se sent donc en pleine possession de ces capacités. Il faut pour cela que son taux de testostérone soit également bon.

Hormone de la grossesse (et de la seconde partie du cycle féminin), la progestérone est une hormone qui rend les gens placides. La progestérone est connue pour être un antidépresseur naturel8. Et pour cause, elle contribue à relancer la libido chez l’homme9.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  5 excellentes raisons de conduire lentement, et comment le faire

Messieurs, vous pouvez profiter de cette opportunité hormonale d’être zen : votre taux sanguin moyen doit être compris entre 0,47 et 1,57 nmol/l.

Hormones thyroïde

Ce sont sans conteste les hormones qui influencent le plus notre comportement car nos émotions sont directement impactées par ces hormones. En témoigne la célèbre expérience de l’homme plante de Roesch qui sans thyroïde ne présentait aucune activité intellectuelle ni besoin ni envie. Une greffe de thyroïde a rétabli toutes ces capacités.

En outre, “les personnes qui ont subi une thyroïdectomie totale et la plupart de celles qui ont subi une thyroïdectomie subtotale doivent faire l’objet à vie d’un traitement substitutif par hormones thyroïdiennes (thyroxine). Sans cet apport d’hormones thyroïdiennes, les gens souffrent de fatigue, de dépression, de difficulté à se concentrer, de troubles de la mémoire, de surcharge pondérale inexpliquée, de sécheresse de la peau, de rugosité de la peau et/ou de démangeaisons, de sécheresse des cheveux, de pertes de cheveux, de frilosité (notamment des pieds et des mains), de constipation, de crampes, de douleurs articulaires, d’écoulement menstruel accru, de baisse de la libido et de règles plus fréquentes”10.

Toutes ces informations incitent à prendre soin de cette petite glande en forme de papillon à la base de notre cou. Elle est très sensible au stress qui peut la dérégler en quelques jours parfois.

Cortisol

Le cortisol est un peu à part car bien qu’il s’agisse d’une hormone, nous allons plutôt avoir pour objectif de la réduire. Pourquoi ? Parce que si vous avez trop de cortisol en circulation dans le corps, c’est que vous êtes  trop stressé !

Et oui lorsque notre organisme doit se sur-adapter à une situation ou un contexte particulièrement contraignant pour nous, humains, nous sécrétons entre autre du cortisol. Il s’agit donc d’un des signes majeurs de fort stress ou de stress qui perdure dans le temps.

Attention, petite précision, le stress est nécessaire à la vie. Il permet d’avancer, de se fixer des objectifs, d’évoluer. Ce n’est que lorsqu’il devient ingérable et qu’il dépasse nos capacités d’adaptation qu’il peut être considéré comme néfaste à la santé.

En effet, trop de stress = trop de cortisol = perturbation d’autres hormones et de fonctions métaboliques importantes.

cortisol gérer son stress avec hormones de la zérnitude

On peut par exemple déclencher un diabète suite à un gros stress ou un stress qui a duré pendant très longtemps.

Comment donc pouvons-nous abaisser notre taux de cortisol ? En gérant notre stress. Facile n’est-ce pas ?

GABA

Bon là je triche un peu car le GABA est un peu hybride : c’est une neuro-hormone. C’est à dire qu’il s’agit d’une substance chargée de la transmission de l’information au niveau des cellules nerveuses.

Le Dr Braverman, dans son excellent livre : un cerveau à 100%11 décrit les caractéristiques de chaque neuro hormones sécrétées par notre système nerveux et leur influence sur notre comportement.

Le GABA reste le roi en matière de zénitude. En effet, il est le régulateur du rythme de l’influx nerveux avec une tendance au ralentissement. Quand vos pensées s’emballent, que vous avez l’impression de fuser 24 heures sur 24, vous manquez peut-être de GABA.

Même si présenté comme cela, le manque de GABA peut vous intéresser en vous disant que vous allez plus réfléchir, je vous arrête tout de suite. Manquer de GABA peut donner l’impression d’être au bord de l’implosion. Et surtout, cela  vous empêche de prendre du recul et de fait, les bonnes décisions pour votre business.

La DHEA

La DHEA est connue du grand public comme l’hormone de la jeunesse. Elle est très utilisée et vendue en complément alimentaire aux U.S.A.

Son nom complet est la déhydroépiandrostérone (à vos souhaits !). Elle participe à la production de myéline. C’est une sorte de gaine d’isolation d’une partie des cellules nerveuses. Elle permet entre autres une bonne conduction de l’influx, donc de l’information nerveuse. Traduit dans votre quotidien, votre système nerveux est plus efficace à transmettre les informations qui doivent circuler. Fluidité donc attitude zen !

La DHEA a montré également des effets inhibiteurs de l’anxiété et de la dépression12. Il existe une corrélation entre un bon taux de DHEA et une personnalité plutôt de bonne humeur.

Comment repérer qu’il vous manque une hormone ?

Vous êtes au bord de l’implosion ?

Si vous en arrivez à ne plus savoir à quoi ressemble un moment zen, le stress fait partie de votre vie depuis trop longtemps. Dans ce cas, votre organisme a dû dépenser énormément d’énergie pour s’adapter et les hormones ont elles aussi été sur-sollicitées.

Il est fort probable dans ce cas que vos réserves hormonales soient épuisées de manière générale.

Vous vous sentez angoissé ?

Si cette angoisse vous habite profondément, c’est probablement la progestérone qui fait défaut.

Les femmes peuvent ressentir cet état puissance 10 en deuxième partie de cycle. Le manque de progestérone s’accompagne aussi d’irritabilité, d’agitation voir d’agressivité.

Une seconde piste peut nous orienter vers un trop plein d’hormones thyroïdiennes.

Si l’angoisse se contente de vous envahir le matin ou durant des moments de repos, cette fois c’est plutôt vers un manque d’hormones thyroïdiennes qu’il faut investiguer.

Vous voulez retrouver la joie de vivre ?

C’est de DHEA dont vous avez besoin. Elle est connue sous le nom d’hormone de jeunesse, ce n’est pas pour rien. Elle entraîne nous l’avons vu un état de sérénité intéressant, vous vous sentez plus jeune avec l’enthousiasme qui accompagne cet âge de la vie. angoisse-hormones-de-zenitude-phytotherapie

Comment équilibrer ses hormones ?

Il y a deux aspects à prendre en compte : d’une part fournir à l’organisme tout ce dont il a besoin pour que ses glandes puissent produire les hormones et d’autre part lui fournir les éléments susceptibles de faire en sorte que ses hormones puissent effectivement s’exprimer. Cela signifie qu’elles atteignent leurs cellules cibles et qu’elle puisse activer la fonction pour laquelle elles ont été sécrétées.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  12 petits pas pour vaincre votre stress

Tout se trouve dans l’alimentation !

Les protéines constituent une bonne partie des hormones. En consommer régulièrement est donc un bon plan pour assurer l’équilibre hormonal, entre autres. Notez que les protéines peuvent être d’origine animal ou végétale. La qualité est la même. Il faut simplement veiller à associer céréales (blé, riz, sarrasin…) et légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots, …) pour assurer la totalité des acides aminés. Ce sont les constituants des protéines et il y en a 10 (+1) que notre organisme ne sait pas synthétiser. En faisant les bonnes associations, nous apportons les 10 en bonnes proportions.

Du bon gras qui a la faculté de réguler le système hormonal et particulièrement les omégas 3.

omega 3 bon gras hormone réguler

Du moins bon gras (du moins dans les esprits) tel que le cholestérol. Il est l’un des constituants des certaines hormones, les hormones stéroïdes (sexuelles) particulièrement. Mangez un œuf coque par jour assure déjà le pool nécessaire pour synthétiser nos hormones sexuelles.

Les fruits et les légumes pour leur part apporteront les vitamines, minéraux et oligo-éléments indispensables à la fonctionnalité des hormones dont nous avons parlé plus haut. Les principaux cofacteurs sont la vitamine D, le sélénium, les vitamines du groupe B.

Mais les plantes peuvent vous aider aussi !

Je vous livre ici mes plantes préférées pour équilibrer les hormones dont nous avons parlé.

En ce qui concerne l’ocytocine, malheureusement je ne dispose pas de plante capable, à ma connaissance, d’agir sur une augmentation de la sécrétion de cette hormone. Par contre il existe deux plantes qui agissent comme inhibitrice de l’ocytocine. Il s’agit du Kalanchoe13 et du Buplèvre en faux (seulement l’huile essentielle)14 : des plantes que l’on utilise il faut le dire que rarement donc pas de raison de les pister. Pour l’ocytocine donc, il ne vous reste que les câlins pour augmenter votre taux circulant !

Les hormones sexuelles sont plus faciles à booster. J’utilise préférentiellement la forme gemmothérapie pour travailler sur les œstrogènes et la progestérone. Respectivement, avec le Framboisier et le Pommier, vous informez votre organisme qu’il lui faut produire plus de ces hormones. Il saura réguler lui-même pour rester dans un équilibre subtil et vous aurez la conscience tranquille en restant soft dans ce genre d’accompagnement.

Le pollen de Pinus nigra contiendrait de la testostérone15 mais c’est bien la Maca qui est la plus utilisée pour augmenter le taux de testostérone (effet observé chez le rat)16.

Les hormones thyroïdes quant à elles seront activées par le Guggul (et oui faut bien s’amuser un peu mais je vous assure c’est le vrai nom de la plante). Attention à ne pas prendre de plantes trop riches en iode car cela aurait pour effet de bloquer votre thyroïde au contraire.

Le stress booste le cortisol. Outre la gestion des émotions, il est intéressant d’accompagner l’organisme vers une régulation équilibrée de la sécrétion de cortisol. L’huile essentielle d’oranger doux est relaxante dès qu’on la respire et elle permet une réduction du cortisol salivaire17. Des effets similaires sont observés avec le Pin sylvestre qui diminue les taux urinaires de cortisol18.

Un grand nombre de plantes agissent en faveur d’une augmentation de GABA mais je garde en tête de liste la Valériane et la Passiflore en association pour leur efficacité indéniable en peu de temps et leur action sur le sommeil en parallèle. phytothérapie pour réguler ses hormones et gérer son stress

Et pour terminer, vous pourrez agir sur votre taux de DHEA en misant sur le Ginseng qui a l’avantage d’assurer un équilibre entre votre DHEA et votre cortisol. C’est ce que j’aime avec la phytothérapie : elle montre bien que nos systèmes organiques sont interdépendants.

Vous voilà riche d’une nouvelle approche de la zénitude et des moyens de l’atteindre. Une bonne hygiène de vie, adaptée à vos besoins et vos contraintes est indispensable au maintien de l’équilibre pour aller loin.

En espérant vous voir relaxé(e) !

Carole Thiebault du blog 28 jours de la vie d’une femme

Sources :

  1. Dr Jean GAUTIER – L’enfant, ce glandulaire inconnu
  2. Jean DU CHAZAUD – Ces glandes qui nous gouvernent
  3. Dr Thierry HERTOGHE – Le régime hormone
  4. Kerstin Uvnäs Moberg – Ocytocine : l’hormone de l’amour
  5. Jacques Cosnier – Psychologie des émotions et des sentiments
  6. Dr Braverman – Un cerveau à 100%
  7. Simões-Wüst AP, Grãos M, Duarte CB, Brenneisen R, Hamburger M, Mennet M, Ramos MH, Schnelle M, Wächter R, Worel AM, von Mandach U. Juice of Bryophyllum pinnatum (Lam.) inhibits oxytocin-induced increase of the intracellular calcium concentration in human myometrial cells. Phytomedicine. 2010 Oct;17(12):980-6. doi: 10.1016/j.phymed.2010.03.005.
  8. Lorente I, Ocete MA, Zarzuelo A, Cabo MM, Jimenez J. Bioactivity of the essential oil of Bupleurum fruticosum. J Nat Prod. 1989 Mar-Apr;52(2):267-72.
  9. Melita Šaden-Krehula, Melita Tajić, Dragutin Kolbah. Sex hormones and and corticosteroids in pollen of Pinus nigra. Phytochemistry, Volume 18, Issue 2, 1979, Pages 345-346, ISSN 0031-9422
  10. Oshima M, Gu Y, Tsukada S. Effects of Lepidium meyenii Walp and Jatropha macrantha on blood levels of estradiol-17 beta, progesterone, testosterone and the rate of embryo implantation in mice. J Vet Med Sci. 2003 Oct;65(10):1145-6.
  11. Jafarzadeh M, Arman S, Pour FF. Effect of aromatherapy with orange essential oil on salivary cortisol and pulse rate in children during dental treatment: A randomized controlled clinical trial. Adv Biomed Res. 2013 Mar 6;2:10. doi: 10.4103/2277-9175.107968.
  12. Li Q, Kobayashi M, Inagaki H, Hirata Y, Li YJ, Hirata K, Shimizu T, Suzuki H, Katsumata M, Wakayama Y, Kawada T, Ohira T, Matsui N, Kagawa T. A day trip to a forest park increases human natural killer activity and the expression of anti-cancer proteins in male subjects. J Biol Regul Homeost Agents. 2010 Apr-Jun;24(2):157-65.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.