Surmonter l’indécision et la tendance à trop réfléchir

arrêter de trop réfléchirJ’ai travaillé avec des personnes très intelligentes, très compétentes et très talentueuses, mais qui restent bloquées dans l’indécision et la paralysie de l’analyse.

En effet, le fait de trop réfléchir et de passer (sans fin) en revue toutes les options disponibles réduit leur efficacité et leur intelligence, ce qui favorise l’indécision et l’inaction.

Il est sans doute préférable d’agir que de végéter dans l’inaction et l’indécision, mais il peut arriver que nous soyons tellement pris dans les recherches, soucieux de prendre la décision parfaite que nous finissions par n’en prendre aucune.

La solution consiste à surmonter l’indécision et la tendance à trop réfléchir.

Avant d’y arriver, voyons ce qui se passe avec les personnes intelligentes et compétentes qui restent malgré tout bloquées.

Trop réfléchir : le piège

Lorsque les options ne sont pas nombreuses, le choix est parfois facile ; il suffit en effet de choisir la solution qui semble évidente.

Toutefois, lorsqu’une personne très intelligente se retrouve face à plusieurs options, les choses se compliquent. Dans ces cas, il peut sembler impossible de faire un choix. Cette personne commence donc à créer un schéma décisionnel dans son esprit : « Si je choisis cette option, alors telle chose pourrait se produire, ce qui signifie que je devrais déterminer si cela me convient. Ceci étant, cette autre option débouche sur trois autres décisions… ».

Cette personne fera donc des recherches sur toutes les options, ce qui donnera lieu à encore plus de recherches. Cela devient un cycle sans fin, car le fait de trop réfléchir sur les options conduit à faire beaucoup de recherches sur celles-ci, ce qui en retour amène à découvrir d’autres éléments à prendre en considération. Vous ne pourrez pas prendre une décision dans ces conditions.

Il est également impossible d’analyser autant d’options, parce que chaque option contient beaucoup d’incertitude. On ne peut jamais savoir comment chacune d’entre elles va se réaliser ou mesurer l’importance de chaque facteur ou encore calculer la probabilité que chaque possibilité se réalise.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  7 signes qui décèlent votre peur d’être critiqué

L’incertitude liée à ce genre de réflexion est ce qui nous maintient dans l’indécision. Nous craignons les résultats incertains et préférerions avoir des données précises, histoire d’avoir beaucoup plus de certitude.

Le hic, c’est que nous n’avons jamais le genre de certitude que nous aimerions. En effet, nous sommes obligés de faire des expériences ou des recherches scientifiques sur chaque point avant d’agir. Le problème une fois encore, c’est que nous perdons des opportunités pendant que nous faisons ces recherches. Il faut comprendre que passer beaucoup de temps à analyser s’accompagne d’un coût d’opportunité.

Alors, comment faire face à cette situation ? La solution, c’est d’arrêter de trop réfléchir et de passer à l’action.

prendre une décision

Passer à l’action

Le fait de trop réfléchir est un piège qui entretient l’indécision ; un nœud qu’il est impossible de défaire. La question est donc de savoir comment s’en sortir. Pour cela, il faut couper le nœud.

Il est impossible de défaire ce nœud par la réflexion, ce qui est logique étant donné que c’est la réflexion qui nous a conduits là. Pour être clair, je ne dis pas qu’il est mauvais de réfléchir. Je pense que nous devrions peser le pour et le contre, prendre du recul par rapport à l’action et avoir une certaine perspective, voir la situation dans son ensemble, examiner la raison fondamentale pour laquelle nous souhaitons passer à l’action. Toutefois, à un moment donné, nous devons dire « Assez ! » et passer à l’action.

Fixer une limite à la réflexion peut être un bon moyen d’y parvenir. « Je vais passer les deux prochains jours à réfléchir sur ce sujet, puis je prendrai une décision mardi ». Vous voyez le bien-fondé de votre approche, vous faites quelques recherches, vous discutez avec d’autres personnes. Ensuite, vous décidez et vous agissez.

Comment arrivez-vous à la conclusion qu’il n’y a pas de réponse certaine ? Vous devez simplement choisir ce qui vous semble la plus appropriée, compte tenu des informations auxquelles vous avez accès.

C’est comme au poker. Vous ne disposez jamais d’informations complètes, mais vous devez prendre une décision en fonction de ce que vous savez et des résultats les plus probables (la probabilité est basée sur ce que vous savez, mais vous pouvez ajuster vos probabilités mentales avec l’expérience).

Vous commencez à prendre du recul, à réfléchir sur la raison fondamentale pour laquelle vous agissez et sur son lien avec votre décision. Et vous réfléchissez aussi aux éléments sur lesquels vous vous appuyez pour prendre votre décision. Est-elle fondée sur la peur ? Sur l’envie de satisfaire instantanément un désir ?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Email Zen : Purifiez votre boîte de réception

D’après mon expérience, prendre une décision sur la base de la peur ou de l’envie de satisfaire instantanément un besoin ne donne pas de bons résultats à long terme. Vous devez donc être motivé par la recherche d’un bénéfice à long terme. Cherchez à savoir si votre action est guidée par l’amour que vous avez pour les personnes qui vous sont chères ou pour vous-même.

Pensez ensuite aux différents facteurs qui entrent en jeu et à l’importance que chacun d’eux revêt. Réfléchissez aux résultats probables de chaque possibilité (ne vous limitez pas à deux possibilités seulement). Assurez-vous également de passer en revue les avantages probables et les coûts probables.

Pour finir, prenez la décision qui vous semble la meilleure. Voyez rapidement si cette décision est la plus avantageuse à long terme. Puis appuyez sur la gâchette.

Éliminez tous les doutes, les craintes et les hésitations qui vous freinent, et lancez-vous.

Pour devenir bon à cet exercice, vous pouvez commencer pas-à-pas :

  • Écrivez un petit article et publiez-le
  • Faites quelque chose qui va dans le sens de la carrière ou l’entreprise de vos rêves à long terme
  • Faites un petit geste pour être en meilleure santé
  • Débarrassez-vous d’une chose facile à mettre de côté au lieu de rester bloqué sur des éléments beaucoup plus problématiques.

Quelles sont les décisions que vous avez du mal à prendre ? Pouvez-vous prendre une décision facile et passer à l’action ? Cela pourrait vous donner accès à plus d’informations qui vous aideront à prendre une décision plus importante.

Au final, gardez en tête que le véritable avantage est de s’entraîner à agir sans se laisser prendre dans le piège de l’indécision et l’inaction.

Article original écrit par Léo Babauta.

Très souvent, le fait de trop réfléchir cache un problème bien plus important qu’est la procrastination intelligente. En effet, même si le fait de vouloir prendre la décision “parfaite” ou faire les choix “parfaits” n’est pas mauvais en soi, cela peut vous ralentir sensiblement dans vos actions. Pour aller plus loin, je vous invite à regarder la vidéo suivante.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
2 commentaires
  1. Eh oui ! Le perfectionnisme cache une peur d’échouer mais aussi une peur de réussir ! Enfin quelqu’un qui en parle ! Merci pour tous les conseils pour passer à l’action qui aident beaucoup mais ce sont ces peurs qu’il faut surpasser !! Et ça, c’est une autre paire de manches !!

  2. Je me reconnais tout à fait dans cette description. Nous pouvons très rapidement être aspirés par un flot de pensées incessant et en être totalement bloqué.

    Dès lors que nous agissons sans réfléchir, le choses s’apaisent.
    Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.