Pour devenir plus zen au quotidien

Gérer les montagnes russes émotionnelles

Gérer les montagnes russes émotionnelles : la meilleure des « habitudes zen »… En ce qui me concerne, c’est oui sans hésitation. Plus facile à dire qu’à faire, me direz-vous… En effet, mais comme tout le reste, ça s’apprend, ça se travaille et ça donne des résultats.

Note : Cet article invité a été écrit par Anne du blog Dans nos bulles, un blog sur la plongée et les voyages, où l’on parle aussi de développement personnel.

Que sont les montagnes russes émotionnelles ?

gérer les montagnes russes émotionnelles

On ressent tous, à un moment ou à un autre de nos vies, la sensation que la situation nous échappe, que « le sac à dos » est un peu lourd à porter et que le contrôle émotionnel nous échappe, nous rendant anxieux et parfois un peu down… Les hauts succèdent aux bas. C’est ce que j’appelle les montagnes russes émotionnelles.

Canaliser ses émotions, ses humeurs, ses réactions, faire le tri entre les émotions positives et négatives, contrôler ses réactions, être plus conscient de ce qui relève de sujets objectifs ou d’un ressenti émotionnel, savoir lâcher-prise aussi quand on ne peut contrôler une situation, tels sont les enjeux de cet article.

Qui suis-je ? Et d’où vient ce savoir que j’ai envie de partager avec vous?

Je suis engagée depuis près de 30 ans dans la vie locale de ma commune et j’aime ça. C’est d’ailleurs ce qui explique la longévité de mon engagement… Au fil des années, le poids des responsabilités qui m’ont été confiées s’est accru, tout comme les sollicitations ou encore l’exposition médiatique.

D’un côté bien sûr, la confiance de ceux auprès de qui je suis engagée me touche et m’honore. D’un autre côté, il faut bien l’avouer, le stress, la pression et la peur « d’un loupé » ont augmenté au même rythme que les responsabilités et m’ont rapidement convaincue de l’urgence de mettre en pratique des exercices pour être zen et le rester.

Qui n’a jamais eu envie d’écouter son cerveau reptilien pour disparaître en douce face à une situation qui devient trop oppressante ou une mission trop périlleuse ? Qui n’a jamais pensé à tout plaquer, ses responsabilités et son confort pour retrouver ailleurs, une existence plus simple et plus calme ?

À la veille d’une intervention en public, il m’arrive parfois de douter de ma capacité à réussir la mission qui m’a été confiée. Quand le processus s’installe, ma confiance en moi prend alors un gros coup sur la tête :

  • Vais-je retenir tout ça ?
  • Vais-je savoir l’expliquer ?
  • Va-t-on m’attaquer ?
  • Saurai-je répondre et défendre mon projet ?

Une fois l’échéance passée, c’est alors un sentiment de grande satisfaction qui s’installe : le soulagement d’avoir surmonté l’obstacle, d’avoir été à la hauteur, d’avoir fait le job. Dopée par ces bonnes sensations, je retournerais volontiers tout de suite dans l’arène pour recommencer.

Voilà, c’est ça mes « montagnes russes émotionnelles ». Et elles sont transposables à beaucoup de métiers et beaucoup de situations personnelles aussi. Je suis sûre que vous allez vous reconnaître.

Alors en guise de remède je vous propose… le « fer à lisser » émotionnel.

La méthode du fer à lisser pour gérer les montagnes russes émotionnelles

Le fer à lisser émotionnel permet d’atténuer les effets décrits plus haut. Il aide à réguler les « hauts et les bas », c’est à dire l’hyper-activité ponctuelle et les périodes « trop calmes », les décharges d’adrénaline qui précèdent les moments d’abattement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  L'art de ne rien faire

Bref, il limite les effets dévastateurs de tout ce qui « chamboule » et finit par exténuer même les personnes les plus dynamiques.

Je vais donc vous livrer ci-dessous les éléments avec lesquels j’ai construit mon propre fer à lisser émotionnel. Cela vous donnera quelques pistes et vous incitera, je l’espère, à réaliser le vôtre…

Méditation, respiration, yoga…

Comme beaucoup, j’ai mis un peu de méditation dans mon quotidien. Pour ma part, je suis assez fan de Christophe André que j’ai eu le plaisir d’écouter lors d’une conférence en 2019. Il n’en fallait pas davantage pour me convaincre des effets de la méditation de pleine conscience, sur notre mental autant que sur notre organisme.

Si vous connaissez Petit Bambou, sachez d’ailleurs que Christophe André a élaboré en 2020, plusieurs programmes exclusifs pour cette application, dont une partie en libre accès. Il y en a des quantités du reste sur le web, pour la plupart gratuites.

« J’aimerais qu’on parle moins de méditation et qu’on la pratique plus. ». Christophe André

Par ailleurs, depuis le premier confinement lié à la crise sanitaire de la pandémie de la COVID-19, j’ai découvert qu’il était possible et même agréable de suivre des cours de yoga en ligne. Et même quand on n’a pas un niveau de maître yogi, on peut rapidement et simplement expérimenter des sensations très agréables.

En se livrant à des activités physiques qui nous plaisent. marcher-le-fer-a-lisser-emotionnel-qui-fait-du-bienMarcher est une addiction en ce qui me concerne. Avec mon mari et des amis, nous partons régulièrement pour des randonnées d’une journée entière, bâtons, sac à dos, pique-nique… Et si la météo n’est pas avec nous, on trouve presque toujours le moyen de faire un petit « girou » comme on dit chez nous. Une petite heure de marche pas loin de la maison suffit à régénérer mon cerveau pour plusieurs jours.

À la montagne, au bord de l’eau ou dans un parc, la nature est gratuite. Pensez-y, elle est un remède à bien des maux et l’apaisement qu’elle procure est instantané. Elle renvoie à plus grand que nous, nous élève au-dessus de nos quotidiens et nous re-connecte avec l’essentiel : nous. Marcher seul, en couple ou entre amis, marcher lentement, marcher vite ou marcher en conscience… Il suffit de choisir de qui nous fait du bien et de varier les plaisirs.

L’eau est également un élément aux pouvoirs lissants… Être sur l’eau (naviguer, nager, faire du snorkelling), et mieux encore pour moi, être sous l’eau.

Je pratique la plongée depuis plusieurs années et elle me manque beaucoup en ce moment… La plongée est une immersion dans un autre monde et si vous avez envie de voir à quoi cette activité ressemble et ce qu’elle peut procurer, je vous invite à le découvrir ICI

Ce site que j’ai créé parle de plongée et de voyages, deux piliers de ma vie et les fondamentaux de mon fer à lisser émotionnel. Il est consacré à des récits de voyage, à l’univers de la plongée, à son initiation mais il a aussi très vite évolué vers des sujets connexes en lien avec le développement personnel. Je vous y livre « mes petites recettes personnelles ».

S’agissant d’exercice physique ou de sport, il est essentiel de faire ce que l’on aime et pas ce que font les copains ou ce qui est tendance. Pour qu’une activité physique soit bénéfique, il faut la pratiquer régulièrement et pour être régulier, il ne faut pas se forcer.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Ne pas accomplir tout ce qui est sur votre liste de choses à faire

Lorsqu’on est à plat, notre amygdale se dérègle et nous submerge de pensées négatives, polluantes et incontrôlables. Quand on en est là, l’exercice régulier d’un sport ou d’un loisir créatif qui nécessitent de la concentration peut faire des miracles.

Les pensées négatives, et le rôle de notre amygdale…

L’amygdale, deux mots sur cette glande de notre cerveau qui gère nos émotions…

Elle fait partie du système limbique et est impliquée dans la reconnaissance et l’évaluation de la valence émotionnelle des stimuli sensoriels, dans l’apprentissage associatif et dans les réponses comportementales et végétatives associées en particulier dans la peur et l’anxiété. L’amygdale fonctionnerait comme un système d’alerte et serait également impliquée dans la détection du plaisir.

Le simple fait d’en être conscient permet lors de la survenue d’une de ces pensées négatives de « bloquer » leur processus de « sape ». Faites-vous plaisir. Et pensez à des choses positives ! Ou faites dériver votre cerveau sur autre chose.

Le fer à lisser passe aussi par la pratique de loisirs qui canalisent votre concentration.

activités loisirs pour canaliser votre concentration

Depuis peu, à la surprise générale, je me suis mise au tricot et au crochet… J’ai toujours pensé que je n’avais aucune prédisposition ni aucun goût pour ce genre de choses mais je me trompais. Non seulement, je m’y consacre pratiquement tous les soirs depuis plus d’un an, mais en plus j’ai rapidement réalisé des petits ouvrages simples et jolis mais surtout pu constater que c’est incroyablement apaisant.

Rien ne me défrise plus les nerfs que mon crochet ou mes aiguilles à tricoter.

Là encore essayez ! Ça ne coûte pas cher, les tutos sont légions et gratuits sur internet. Le matériel très peu coûteux. Et de plus en plus d’hommes s’y mettent ! Si ! Si !

ll y en a quantité d’autres : la sculpture, la peinture, la couture, la cuisine, d’une manière générale des activités qui permettent de produire quelque chose par vous même, et si possible un choix qui vous éloigne de votre activité dominante au quotidien.

L’écriture aussi. Commencer un blog, suivre une formation et apprendre de nouveaux enseignements, pourquoi pas, pour ouvrir de nouvelles perspectives… Je vous en recommande une au passage : celle d’Olivier Roland avec Blogueur pro. Nous sommes ici sur Habitudes zen mais la découverte du blogging a réellement changé mes perspectives, alors pourquoi pas les vôtres ?

Je n’évoque pas la lecture, car pour moi cela va de soi… Quoi de mieux qu’un bon bouquin, un thriller bien prenant par exemple, un roman d’amour, d’aventures, une fresque historique, pour voyager dans le temps et l’espace sans sortir de chez soi…

Vous l’aurez compris, en réalité, contre ces satanées montagnes russes émotionnelles, réellement néfastes sur votre santé mentale, et plus simplement sur votre humeur, chacun doit se fabriquer son propre fer à lisser émotionnel. Mon objectif avec cet article est de vous inviter à réfléchir à ce qui fonctionne pour vous.

Qu’est-ce qui peut contribuer à vider votre esprit ? Qu’est-ce qui vous fait du bien, vous apaise, vous divertit… même quelques minutes sont bonnes à prendre. C’est la meilleure des habitudes zen à cultiver !

Apprenez à « bloquer » les pensées négatives qui vous font imaginer un « pire » qui ne se produira sans doute jamais : s’inquiéter c’est souffrir deux fois. Et si ça peut vous aider, je vous partage cette pensée de Confucius :

« Se préparer au pire, espérer le meilleur et prendre ce qui vient ».

Et vous ? Quelles sont vos recettes ?

Anne du blog Dans nos bulles

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
8 commentaires
  1. Livrer ses petits secrets n’est jamais chose aisée ! Quoi que… Ravie de partager avec vous mes petites recettes acquises avec âpreté sur le terrain de m’expérience. Merci à Olivier Roland d’avoir avec ses équipes accepté cet article d’un style différent de ceux de mon blog sur la plongée et les voyages…

  2. Moi personnellement ce qui m’aide aussi depuis l’université c’est cette petite phrase “dans une semaine (ou un mois, ou un an), je penserai quoi de la chose qui me stresse/m’énerve maintenant ?” ça m’aide à relativiser, que ce soit une réussite ou un échec. À l’unif, si je râlais sur une note je me disais “une fois que tu auras ton diplôme, est-ce que tu repenseras avec amertume à avoir eu 14 à tel cours plutôt que 16?”.

    Et plongeuse également, je comprends entièrement ton ressenti et ton manque !! Ça sera pour bientôt 🤞

    1. Excellent méthode ! Et si juste… A méditer et à mettre en pratique. Merci Clémence pour ce commentaire 😉

    2. Excellent méthode ! Et si juste… A méditer et à mettre en pratique. Merci Clémence pour ce commentaire 😉

  3. C’est un très belle article j’ai vraiment apprécié sa lecture! Se créer un fer à lissé émotionnel.
    Je ne sais pas si c’est une solution pansement mais je vais bien essayer.
    Merci pour cet article

  4. Très inspirant, j’adore ! Je vais dompter mes montagnes russes et leurs donner moins d’importance aussi, mon défaut de toujours.
    Merci pour cet article.

  5. Le plus gros problème ici est dans le cadre d’un couple…

    Les émotions négatives peuvent être un poison pour celui-ci.

    Je dis souvent qu’il y a 3 points primordiaux pour améliorer sa relation de couple :
    – Le respect.
    – La liberté.
    – Le plaisir.

    Que serait un couple sans le respect ? A quoi bon se mettre ensemble si la jalousie ou d’autres émotions négatives nous poussent à s’entretuer.

    Que serait un couple sans la liberté ? Ce n’est pas parce que nous sommes deux que nous n’avons pas le droit de vivre des choses séparément.

    Que serait un couple sans le plaisir ? Sans parler sexualité, il est important d’avoir du plaisir et de passer du bon temps dans un couple.

    D’ailleurs, si ça vous intéresse, voici un article intéressant sur le sujet : https://devperso.tv/developpement-personnel/relation-humaine/ameliorer-relation-couple

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.