Pour devenir plus zen au quotidien

L’anti-liste de seau

Liste de seau vs anti-liste de seauAvez-vous déjà créé une liste de seau ? Je précise pour ceux qui ne le savent pas qu’une liste de seau est une liste de choses que l’on souhaite faire et voir avant de mourir.

Je trouve ce concept incroyablement intéressant. J’aime beaucoup lire les listes de seau des autres gens ; et aussi créer la mienne.

Voici toutefois ce qui arrive quand vous faites une liste de seau :

1. Vous faites peser un lourd fardeau sur vous-même et vous cherchez coûte que coûte à accomplir tout ce qui figure sur cette liste.

2. Si vous n’arrivez pas à réaliser les choses présentes sur votre liste de seau, vous vous sentirez coupable ou frustré.

3. Même quand vous parvenez à accomplir les choses présentes sur cette liste de seau, ce sont certainement des choses peu significatives. Vous les avez certainement mises sur cette liste simplement parce qu’elles vous paraissaient « cool ».

En réalité, la plupart des éléments qui composent nos listes de seau ne sont que des idées qui nous passent par la tête ; ils n’ont pas nécessairement une réelle signification à nos yeux.

Nous mettons des trucs comme « sauter en parachute », « apprendre à faire du surf », « visiter la forêt amazonienne », « s’embrasser sous la pluie », etc.

Ce sont toutes d’excellentes activités, mais nous mettons rarement dans nos listes des éléments comme « changer la vie de quelqu’un », « trouver un travail significatif dans lequel je m’épanouirais », ou « montrer de la compassion envers mes proches ».

Pourquoi nous mettre la pression pour réaliser les éléments d’une liste de seau alors que ceux-ci ne sont même pas significatifs à nos yeux ?

liste de choses à faire

Pourquoi nous sentir coupables de ne pas y arriver, pourquoi ne pas nous en débarrasser ?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les meilleures astuces pour se motiver - 19

La vie n’est pas une grande liste de choses à faire.

Les choses les plus incroyables sont juste en face de nous, là tout de suite, exactement où nous sommes.

Nous n’avons pas besoin d’aller à un endroit précis, de profiter de paysages incroyables ou de faire des activités particulières pour avoir une vie merveilleuse.

Vous pouvez faire un travail significatif maintenant, là où vous êtes.

À quoi ressemblerait une liste plus courte d’activités significatives ?

Que contiendrait votre anti-liste de seau ?

Et si vous ne savez pas ce qui est significatif et important pour vous, n’est-ce pas justement ce que vous devriez chercher à découvrir au lieu de chercher à créer je ne sais quelle liste de seau ?

Article original écrit par Léo Babauta.

Et si votre anti-liste de seau pouvait contenir un seul élément ? Un seul élément dont l’importance suffirait pour combler tout : votre mission. Cher rebelle intelligent, quelle est votre mission de vie ? Si cette question vous intrigue, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous dans laquelle j’apporte des éléments qui peuvent vous aider.

6 commentaires
  1. Très bon article (merci !) qui met en valeur la superficialité des listes de vœux telles qu’on les conçoit ordinairement.

    Pour moi, la différence entre une chose/action qui apparaîtrait dans une liste de souhaits traditionnelle et une qui apparaîtrait dans l’anti-liste de vœux serait la rapidité avec laquelle on s’en lasserait. J’ai compris depuis longtemps que si un génie m’accordait un souhait, ce ne serait sûrement pas d’acquérir un palais, un saphir ou une Maserati parce que ce serait super la première semaine mais qu’ensuite je n’y ferais plus attention ; je continuerais à vivre principalement dans deux ou trois pièces, aussi jolies soient-elle ; je n’aurais pas beaucoup d’occasions de porter le saphir, et puis ça ne va pas avec tout, alors il me faudrait une émeraude et un rubis aussi 🙂 ; et la voiture ferait bientôt partie des meubles.

    Il me semble a contrario que les éléments de l’anti-liste seraient des choses que je serais vraiment fière d’avoir accomplies, dont je me réjouirais chaque jour et qui ne seraient jamais complètement acquises. L’article prend l’exemple de la compassion envers sa famille ; on ne dit jamais assez « pardon » ou « je te comprends », et pourtant lorsqu’un proche décède on regrette parfois de ne pas lui avoir suffisamment dit « je t’aime ». C’est au quotidien qu’il faut donner de l’affection à ses proches, au fur et à mesure des années. D’ailleurs, vivre sans regrets (ou en accord avec ma conscience) est un bel ajout à faire à mon anti-liste.

  2. Bonjour Olivier,
    Dans un premier temps, bravo Olivier pour tes articles très instructifs qui répondent souvent à des questions que je me pose et aussi pour ton travail.

    Parcourant ton article et ayant adopter la méthode Gtd, la liste de voeux ressemble étrangement à ma liste « Un jour/peut être » donc je me pose la question de la jeter ou pas ?

    De plus, je me pose d’autres questions concernant l’application de la méthode même si ZTD offre déjà une première explications.

    Au plaisir de te lire,
    Alix

  3. Alors plutôt que de l’appeler « liste anti-voeux » terme que je ne trouve pas approprié et un peu négatif, je l’appellerai « liste de voeux cohérente », sous-entendue en cohérence avec qui je suis vraiment à l’instant T.
    A partir du moment où je me pose la question de savoir ce que j’aimerais faire avant de mourir et que ça corresponde avec qui je suis profondément, je suis à peu près sûr de ressentir dans mon coeur et mes tripes ce que j’ai réellement envie de faire et vivre, ce que j’ai envie de partager autour de moi, avec ma compagne, mes enfants, ma famille et amis, mais aussi ce que j’ai vraiment envie de réaliser pour moi, quelque chose dont je sois fier, non pas pour mon égo ou par orgueil, mais pour une estime de moi réelle.

    Ce qui me vient, là tout de suite, est que derrière chaque voeux se profile un « je t’aime ! », qu’il soit destiné à l’autre, aux autres, et aussi à soi-même… et là le voeux est un voeux à vivre intensément !

  4. Vous avez bien raison. Nous avons le pouvoir de générer notre propre frustration et notre propre pesanteur… J’aime à penser à un dialogue vrai de ce type Q : « Que veux-tu que je t’offre cette année? » R: « Ce qu’il te fera plaisir de m’offrir mais si tu n’as rien prévu, ce n’est pas grave; le plus beau cadeau du monde est de t’avoir dans ma vie. Là est l’essentiel. »

    1. Je suis de votre avis, Marco. Il est de plus en plus difficile de répondre à la question « que veux-tu pour Noël ? » quand on considère que l’on a tout : vêtements, livres, objets divers. Un cadeau « utile » peut être d’offrir du temps à la personne, de lui montrer combien elle compte pour nous.

  5. Bon article qui fait comprendre qu’une simple liste peut être négative. En effet, on peut parfois se mettre la pression sans sans rendre compte avec de simples phrases sur une feuille.

    Les gens en générale ne pensent qu’à faire des choses au lieu de les faire. Le moment présent est un voeux qui doit être profitable à tous moments.

    Perso, j’ai arrêté de noter quoi que se soit sur l’avenir car beaucoup de notes restent couchées sur le papier. Je garde des idées dans le coin de ma tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.