Pour devenir plus zen au quotidien

La joie qu’il y a à lâcher prise

en finir avec une forme d'attachementComment réagiriez-vous si je vous disais que la plupart de vos difficultés quotidiennes proviennent de vos attachements ?

Permettez-moi d’en énumérer quelques-unes :

  • La suralimentation : il n’y a rien de mal à manger, mais quand la nourriture devient un outil de réconfort ou quand vous en abusez, cela peut vous amener à vous sentir mal ou vous causer des problèmes de santé au fil du temps. Dans ce cas précis, l’attachement peut se manifester de différentes façons :
    1. Vous mangez parce que la nourriture est devenue pour vous un outil de réconfort
    2. Vous souhaitez goûter certains aliments tous les jours ou
    3. Vous développez l’habitude de finir tout ce qu’il y a dans votre assiette même quand vous êtes rassasié.
  • Le surmenage : si vous travaillez trop, il se peut que vous soyez attaché au fait d’en faire le plus possible, peut-être pour vous donner l’impression que vous êtes à la hauteur des objectifs que vous vous êtes fixés.
  • La procrastination : elle peut être due à un certain nombre de facteurs, mais l’une des possibilités est l’attachement à bien faire les choses ou à obtenir un résultat spécifique qui vous fait vous sentir bien ou en sécurité.
  • Les frustrations (vis-à-vis des autres personnes) : vous souhaitez peut-être que les gens se comportent comme vous le voulez ou qu’ils soient heureux à vos côtés, et c’est de cette façon que l’attachement se manifeste dans ce cas.
  • L’impression d’être dépassé par les événements : vous aimez peut-être expérimenter un certain ordre et une certaine simplicité de vie. Vous manifestez peut-être le besoin de savoir exactement ce qu’il faut faire dans chaque situation.
  • La dépendance aux réseaux sociaux : l’attachement ici peut être un sentiment de confort ou un sentiment de divertissement.
  • Le désordre : s’il y a trop de désordre dans votre vie, vous pourriez être attaché au confort, à la sécurité des achats, au fait de recevoir des colis par la poste, etc. Autrement dit, vous pourriez développer un attachement aux possessions pour des raisons émotionnelles. Il pourrait aussi s’agir d’une forme d’attachement similaire à celle évoquée au point « procrastination » ci-dessus.
  • L’anxiété sociale : les facteurs qui favorisent l’anxiété sociale sont multiples, mais l’attachement en fait partie. En effet, vous êtes sujet à l’anxiété sociale à partir du moment où vous souhaitez que les gens vous considèrent d’une certaine façon ou quand vous recherchez un certain sentiment de confort ou de sécurité.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Démarrez en trombe votre journée (la nuit d'avant) - une routine du soir

Je ne vais pas prétendre que les problèmes susmentionnés sont des problèmes faciles à gérer.

Tout ce que je veux vous faire comprendre, c’est que nos attachements sont au cœur de ces problèmes.

La question à se poser est donc la suivante : pouvez-vous vous défaire de vos attachements ?

Que se passerait-il si vous vous libériez tout doucement de ce à quoi vous vous accrochez ?

La solution que j’ai trouvée à ce problème tient en une expression : lâcher prise.

Voyons ensemble comment cela peut se faire en pratique.

La joie de lâcher prise

La joie de lâcher prise

La première chose à faire, c’est de comprendre que nos difficultés proviennent d’un attachement.

Passez en revue la liste ci-dessus et voyez si vous vous sentez concerné par l’un des points mentionnés.

Il est facile de pointer du doigt quelqu’un ou de se sentir mal par rapport à certaines choses.

Mais que se passerait-il si vous pouviez déterminer les domaines de votre vie dans lesquels vous faites preuve d’un fort attachement ?

Dès que vous détectez la forme d’attachement particulier que vous manifestez, vous pouvez vous entrainer spécifiquement à lâcher prise.

Voici en quoi pourrait consister votre entrainement pour parvenir à lâcher prise :

1) Respirez. Tournez-vous vers le moment présent.

2) Donnez-vous la permission de ressentir l’émotion associée à l’attachement. Soyez simplement avec elle, et faites preuve de pleine conscience à cet effet. Ressentez-la comme une sensation dans le corps.

3) Demandez-vous si cet attachement sert vos intérêts.

4) Demandez-vous à quoi votre vie ressemblerait sans cet attachement.

5) Lâchez joyeusement prise comme si vous laissiez tomber un ballon que vous teniez en main afin de le laisser s’envoler ! Essayez de vivre quelques instants sans attachement et voyez ce que cela donne. Qu’est-ce qui s’offre à vous lorsque vous êtes libre de tout attachement ?

Essayez cela dès maintenant.

Y a-t-il quelque chose qui vous frustre, que vous évitez ou dont vous êtes dépendant ?

Pouvez-vous remarquer la forme d’attachement qui se manifeste le plus chez vous ?

Pouvez-vous lâcher prise (avec joie) par rapport à cet attachement ?

Quel serait le résultat d’une telle décision dans votre vie ?

Article original écrit par Léo Babauta.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Récompensez-vous sans dépenser beaucoup

Si vous êtes à la quête du bonheur (comme tout le monde), sachez que le fait d’apprendre à lâcher prise peut être un bon point de départ. Pour continuer sur la question du bonheur, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous. Dans celle-ci, je partage avec vous une découverte incroyable sur le bonheur. Voyez par vous-même !

un commentaire
  1. Flunkies un plaisir de lire les articles intéressant d’Olivier Roland. Je me rend compte que ma vie serait bien meilleur si je me detachais de certaines choses qui m’apportent un plaisir momentané suivi de tristesse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.