Pour devenir plus zen au quotidien

Se contenter de peu

Apprendre à se contenter de peuL’encombrement occupe naturellement une grande place dans nos vies : chaque semaine, les articles que nous commandons en ligne affluent, nous en achetons de plus en plus, nous lisons, consultons et répondons constamment à des messages qui affluent eux aussi quotidiennement.

Le monde moderne est celui du foisonnement sans fin.

Face à cette réalité, une question se pose : est-il possible de désencombrer nos vies et de vivre avec moins de ressources ?

Se contenter de peu revient à mettre en pratique les idées suivantes :

  • moins d’encombrements, moins de bien, rien que l’essentiel
  • plus besoin de chercher le confort dans l’achat de biens ou de s’y accrocher, car vous avez appris à gérer votre stress sans avoir eu recours à quoi que ce soit
  • moins d’activités et d’occupations, étant donné que vous avez renoncé à certains biens et que vous êtes désormais concentré sur les choses essentielles
  • peu de temps pour les distractions, car vous êtes moins rêveur et plus concentré
  • moins de livres à lire, moins de vidéos à voir, moins de choses à planifier parce que vous avez abandonné le besoin de lire, de regarder du contenu vidéo et d’accomplir tout ce qui vous semble intéressant

En vous limitant à moins d’activités, vous apprenez à vous contenter de peu. Vous créez de l’espace dans votre vie.

Vous pouvez respirer et vous concentrer sur ce qui compte le plus pour vous.

Le plus intéressant, c’est qu’il est possible de trouver de la joie dans les choses simples.

Cette approche dont je vous parle encourage à se contenter de peu, et je connais de nombreuses personnes qui sont heureuses de vivre ainsi.

Il m’arrive souvent de ne pas suivre ce chemin, mais lorsque j’y reviens, j’ai toujours l’impression de revenir à mes racines.

Ce qu’il faut pour apprendre à se contenter de peu

Se contenter de peu ne revient pas à dire « non » à tout, à tout rejeter ou à ne rien faire. Certes cette approche implique quelques-uns de ces éléments, mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit exclusivement.

Il s’agit plutôt de dire « Oui » à ce qui est vraiment important. Revenir à l’essentiel et créer l’espace nécessaire pour s’en occuper.

Ce qui compte le plus : Quelles sont vos priorités ?

Voici à quoi pourrait ressembler ma propre liste de priorités :

1. ma mission (mon travail, la rédaction et l’enseignement)

2. mes proches

3. ma formation personnelle

4. prendre le soin d’avoir une vie active, saine et consciente

Le dernier point peut vous sembler trompeur, mais il est flexible : il inclut la méditation, mais aussi la marche, les randonnées, le sport, l’haltérophilie, le yoga, le vélo, la natation, le surf, etc.

comment se contenter du peu ?

Quelles sont vos priorités dans la vie ?

Vos biens : Vous pouvez également dresser une liste de vos biens que vous considérez comme étant des biens de première nécessité. La mienne pourrait inclure :

  • un minimum de vêtements pour une semaine
  • une dizaine de livres (j’en ai plus, mais je m’en tiens à une dizaine)
  • un équipement de sport et un tapis de yoga
  • mon ordinateur et mon téléphone
  • et bien entendu, la vaisselle, les serviettes, un lit, des draps, etc.

Vos projets et activités : Combien de choses avez-vous à faire ? Si vous pouvez la réduire à l’essentiel, à quoi ressemblerait votre liste de choses à faire ?

En ce qui me concerne, voici le genre de tâches qui peuvent occuper ma journée :

  • me consacrer à ma mission — un projet à la fois
  • développer les communautés autour de mes programmes (ce qui implique de répondre aux messages une fois par jour)
  • consacrer du temps à mon projet de formation
  • passer du temps avec mes proches

Je ne dis pas que ce sont les seules choses auxquelles je consacre du temps, mais elles sont devenues mes « projets et activités » essentiels ces dernières années.

Outils numériques indispensables : Quelles sont vos activités en ligne ? Que lisez ou regardez-vous ? À quelle fréquence répondez-vous à vos messages ou parcourez-vous les réseaux sociaux ?

Si vous deviez réduire vos activités à l’essentiel, lesquelles choisiriez-vous ?

Pour ce qui me concerne, je me limite aux courriels, aux communautés en ligne autour de mes différents programmes et aux messages de mon personnel et de mes clients.

Je consulte également quelques sites d’information, mais ceux-ci ne me sont pas indispensables.

De même, je réalise souvent mes projets d’apprentissage via la lecture en ligne.

Il ne s’agit pas de supprimer tout ce qui fait partie de votre vie, mais plutôt de réfléchir à ce qui vous est indispensable.

Accepter de se contenter de peu

Une fois que vous avez listé vos priorités, la prochaine étape du voyage est d’agir.

Nous n’allons pas entrer dans les détails pour l’instant, mais voici quelques points clés de ce voyage :

1. Identifiez vos priorités. Comme je l’ai mentionné dans la section ci-dessus, il est important de lister vos priorités — que ce soit dans votre vie personnelle, votre vie numérique, vos projets, vos biens, etc. Soyez clair à ce sujet.

2. Débarrassez-vous progressivement de tout le reste, un par un. Commencez à vous débarrasser de tout ce qui reste dès maintenant. Avez-vous des engagements importants, des projets, des activités qui vous prennent du temps, mais qui ne figurent pas sur votre liste de priorités ? Commencez à vous en débarrasser. Avez-vous des objets encombrants en dehors de vos effets personnels importants ? Commencez à vous en débarrasser également. Les distractions numériques, les longues listes de lecture et de visionnage, toutes les aspirations pour lesquelles vous n’avez pas le temps, commencez à vous en débarrasser ! Supprimez un élément à la fois pour éviter d’être submergé.

3. Apprenez à vous débrouiller sans faire des achats excessifs ou sans vous surcharger. Voici ce que vous devez commencer à changer si vous souhaitez apprendre à vous contenter de peu : vous devez comprendre que vous n’avez pas besoin de dépenser de l’argent dans l’achat de biens pour gérer votre stress, votre tristesse, votre solitude. Il vous faut comprendre que vous n’avez pas besoin d’être occupé en permanence. Vous devez accepter de ressentir ce que vous ressentez et trouver cela normal — c’est une compétence clé. Tout commence avec la méditation, mais le fait d’acquérir la capacité de vivre ses émotions est un exercice qui dure toute la vie.

4. Trouvez de la joie dans les choses qui comptent pour vous. Une fois que vous vous êtes débarrassé de la plupart de vos effets indésirables, vous ne devez plus continuer à chercher le bonheur et le confort dans le reste de vos biens, mais plutôt dans ceux que vous avez conservés ; ceux qui comptent le plus pour vous. Cherchez le bonheur dans le peu que vous avez. Il s’agit d’un exercice à pratiquer toute la vie, mais vous pouvez commencer dès aujourd’hui. Choisissez un élément dans votre courte liste de priorités (par exemple votre mission, vos proches, votre formation et votre hygiène de vie), et voyez si vous pouvez y trouver de la joie.

5. Apprenez à dire non plus souvent. Voici une autre étape clé que nous oublions souvent de prendre en compte. Une fois que vous avez créé de l’espace pour les choses qui comptent le plus à vos yeux, vous devez renoncer à vos autres biens. Vous devez le faire autant que vous le pouvez. Ne leur permettez pas de réapparaître. Il me faut garder cela à l’esprit, afin que mon refus soit systématique, ou trouver le moyen d’y revenir lorsque je commence à l’oublier. Oui, il m’est déjà arrivé d’oublier de faire assez de place pour mes priorités.

6. Profitez de l’espace. Il ne s’agit pas uniquement de trouver de la joie dans les choses qui comptent pour vous, mais plutôt de vous en réjouir et de pouvoir respirer un peu. Le but, c’est de profiter d’un peu d’espace, de ne pas avoir besoin de continuer à vous occuper, mais de vous arrêter et de vivre simplement, de remarquer, de respirer, de vous détendre. Très peu de gens s’autorisent réellement à faire cela. Profitez de l’espace, comme s’il était aussi important que tout le reste.

Article original écrit par Léo Babauta.

Nous vivons dans un monde tellement caractérisé par la frénésie qu’il est presque devenu un luxe de prendre le temps, de respirer de se ressourcer. C’est ce que je vous invite à faire via la vidéo ci-dessous qui se veut complémentaire de ce qui précède.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.