Pour devenir plus zen au quotidien

Les boucles de rétroaction positive

rétroaction positiveQue signifie les boucles de rétroaction positive ? Supposons que vous souhaitez faire preuve de plus de discipline dans vos journées, vous pourriez vous dire :

« Je me lève chaque matin, je médite pendant 15 minutes, je planifie mes tâches prioritaires, puis je me lance pour suivre mon programme. Je n’ai aucun doute que tout se passera de cette façon. »

Puis votre plan est mis à mal par une distraction ou une interruption, ce qui vous met mal à l’aise.

Le lendemain, vous essayez de repartir du bon pied, mais à un moment donné, vous perdez encore le fil et vous vous découragez.

Au bout de trois jours, vous avez l’impression de manquer cruellement de discipline et vous abandonnez.

Qu’est-ce qui a mal tourné ?

Le problème, c’est que votre plan n’était pas infaillible.

Cet échec, vous le ressentez, vous vous sentez mal à ce propos, vous êtes découragé.

Il se peut que vous puissiez résister à ce sentiment de découragement et à cette rétroaction négative pendant un certain temps, mais personne n’y résiste éternellement.

Les rétroactions négatives vous empêcheront de continuer vos activités.

En revanche, les boucles de rétroaction positive vous inciteront à poursuivre vos efforts le plus longtemps possible.

Repensez au plan que vous avez initialement établi : est-il conçu pour favoriser une rétroaction positive ou négative ?

La plupart des gens ignorent complètement cette composante.

Qu’entend-on par rétroaction positive ?

Ce que nous voulons, c’est concevoir un plan qui nous procure finalement une sorte de récompense ou d’encouragement. Et nous souhaitons que cela se produise sur une base régulière.

Voici quelques exemples de rétroaction positive :

  • Pouvoir cocher une case après avoir réussi à accomplir une certaine tâche qui s’inscrit dans un processus d’adoption d’une nouvelle habitude.
  • Parvenir à faire de l’exercice physique et en parler à des amis.
  • Ressentir un sentiment d’accomplissement après avoir complété un cours de langue.
  • Être encouragé par un coach.
  • Obtenir une bonne note en participant à un jeu-questionnaire.
  • Éprouver de la gratitude envers soi-même pour avoir médité
  • Être félicité par un ami après une course éprouvante.
  • Voir son équipe être félicitée pour ce qu’elle a fait comme travail.
  • Supprimer une tâche sur sa liste de choses à faire.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le meilleur des objectifs est l'absence d'objectifs

Notez également que bon nombre de ces exemples de rétroactions positives comportent des rétroactions négatives telles que : avoir une mauvaise note, voir une bonne série prendre fin, être embarrassé à l’idée que vos amis apprennent que vous ne vous êtes pas entrainé pendant une semaine, constater que votre liste de choses à faire est infiniment longue et accablante, vous rendre compte que votre coach pourrait critiquer ce que vous avez accompli, remarquer que vous avez oublié de boucler la leçon de langue, ce qui vous amènera à culpabiliser à ce propos, etc.

Si la plupart des systèmes comportent à la fois une rétroaction positive et négative, que pouvons-nous faire pour y remédier ?

Il nous faut mettre au point un meilleur système.

avoir un plan

Un système plus positif

Nous avons besoin d’un système qui nous encourage en permanence à aller dans la bonne direction.

Lorsque nous avançons dans la bonne direction, dans la rétroaction positive, nous ressentons un sentiment d’accomplissement !

Par contre, quand nous allons dans la mauvaise direction, nous nous encourageons à rebrousser chemin.

Voici un principe fondamental à garder à l’esprit : il n’y a pas d’erreur ni de jugement associé à cette approche.

En effet, lorsque nous portons un jugement négatif sur nous-mêmes ou que nous culpabilisons, cela revient à nous décourager ou à ouvrir la porte à une rétroaction négative.

Au lieu de cela, nous devons toujours être compatissants vis-à-vis de nous-mêmes.

Illustrons la chose de façon plus concrète : Partons du principe que je décide d’écrire un article tous les jours. Je pourrais élaborer un plan comme celui-ci :

  • Écrire une phrase par jour au cours des trois premiers jours. Cette tâche est si facile que je ne peux pas ne pas l’accomplir. Mon succès est pratiquement garanti à ce niveau.
  • Après avoir écrit ma phrase du jour, je me félicite pour l’effort que j’ai fait en ne me défilant pas.
  • Quand je constate que la tâche devient trop facile, je passe à deux phrases par jour. Si je sens que je peux en faire plus, je le fais. Mais mes émotions demeurent les mêmes : reconnaissance et gratitude.
  • Je me concentre sur les petites victoires — et je m’encourage pour toute action positive possible, de la rétroaction positive ! Je m’encourage également à partager toute victoire avec d’autres personnes qui pourraient me motiver à aller de l’avant.
  • Si je perds le fil, ce que j’ai à faire, c’est de me reprendre en main après une « erreur » et d’avoir de la compassion pour moi-même (la compassion est un sentiment bienveillant). Je peux ensuite choisir un plus petit motif de célébration pour le jour suivant (n’importe quel motif fera l’affaire : par exemple, ouvrir mon journal et y écrire un mot).
Les lecteurs de cet article ont également lu :  10 avantages liés au fait de se lever tôt

Ce système est conçu pour s’encourager soi-même quoiqu’il arrive.

Les victoires, la gratitude, la reconnaissance, l’apprentissage et l’entrainement sont au cœur de ce plan.

système de rétroaction

Quelques principes pour mettre en place un plan de rétroaction positive

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, il existe un certain nombre de principes simples dont vous devez tenir compte quand vous établissez un plan :

1) Essayez de ne pas être trop dur avec vous-même, de ne pas vous juger, de ne pas vous décourager. C’est malheureusement ce qui risque d’arriver (cela arrive à la plupart d’entre nous), mais reprenez-vous et accordez-vous de la compassion, puis voyez si vous pouvez supprimer ces erreurs.

2) Visez des victoires aussi petites que nécessaire.

3) Encouragez-vous et reconnaissez vos mérites.

4) Adaptez vos efforts en fonction de vos besoins : augmentez vos efforts si vous vous en sentez capable, diminuez-les si vous vous sentez accablé ou fatigué.

5) Trouvez un moyen de vous encourager si vous commencez à vous éloigner du droit chemin. Faites une combinaison entre compassion, apprentissage et recherche de la plus petite victoire possible pour commencer à vous remettre sur les rails.

6) Mettez en place un système qui vous permet d’être encouragé par d’autres personnes si c’est le genre de choses qui vous touchent particulièrement dans le bon sens.

Je vous encourage à redéfinir votre plan d’adoption de nouvelles habitudes, votre plan pour être plus discipliné et concentré ou faire tout autre type de changement que vous aimeriez effectuer.

Encouragez-vous sans relâche !

Article original écrit par Léo Babauta.

Subdiviser les grandes tâches en plusieurs petites parties afin de les rendre accessibles est une astuce hautement efficace, mais beaucoup trop négligée jusqu’ici. Dans la vidéo complémentaire à cet article que je vous invite à regarder, je partage avec vous une autre variante de cette astuce en espérant que vous ferez partie des 5% qui l’appliqueront. Bon visionnage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.