Pour devenir plus zen au quotidien

Comment et pourquoi ne pas tout faire ?

Comment et pourquoi ne pas tout faire ?Nous cherchons tous à faire tellement de choses : accepter chaque requête qui nous est soumise par courriel, terminer notre liste illimitée de tâches et de projets, aider tout le monde, apprendre une tonne de nouvelles compétences, lire tous les livres, voir tous les bons films, être le/la chéri/e, le parent, l’ami/e parfait/e, etc.

Et pourtant, nous ne pouvons pas tout faire.

Les journées ne sont pas extensibles, et nous ne pouvons pas focaliser notre attention sur toutes ces choses à la fois.

Même si nous étions parfaitement disciplinés, nous ne pourrions pas faire ne serait-ce que la moitié de ce que nous voulons faire.

Nous avons les yeux plus gros que le ventre, et ce que l’on espère est plus gros que ce à quoi on peut réellement accorder notre attention.

J’ai donc pour habitude de dire : arrêtez d’essayer de tout faire. Simplifiez. N’essayez pas d’être parfait. N’essayez pas d’avoir la vie la plus parfaite que vous pouvez créer.

À la place, faites que vos jours comptent.

Voici comment parvenir à ce résultat en quelques étapes :

Faites attention

Quand vous mangez un bon repas, vous le gaspillez si vous n’y faites pas réellement attention et que vous passez votre temps sur votre téléphone pendant que vous mangez. Ce n’est un mets incroyable que si vous le savourez vraiment. De cette façon, si nous savourons chaque moment, ils comptent vraiment.

Organisez vos journées

Ne mettez que les meilleures choses dans chaque journée ; n’y laissez aucune fioriture. Si vous devez lire du contenu en ligne, choisissez-le avec soin, ne cliquez pas au hasard sur des articles parce que vous tombez dessus. Quand vous vous apprêtez à choisir vos tâches, choisissez celles qui sont importantes, pas seulement les petites tâches routinières. Si vous voulez dire « oui » à quelqu’un, assurez-vous que cette personne vaut la peine de faire partie de votre vie.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Le secret pour mourir heureux

Soyez sans pitié

Vous devez filtrer les choses qui essayent de surcharger votre vie. Il y a énormément d’activités qui peuvent attirer votre attention, mais comme nous sommes en train de le voir, vous ne pouvez pas tout faire. Filtrez-les donc : dites non à la plupart des demandes, n’ayez pas comme occupation à plein temps de répondre à tout ce qui se présente, ne lisez pas tout et n’importe quoi, ne vous faites pas inonder continuellement par les réseaux sociaux, éteignez votre téléphone un moment. Chaque jour, pensez à votre journée et décidez de ce qu’elle doit contenir.

Soyez satisfait

Nous voulons toujours en faire plus, être plus, vivre plus. Et donc, nous avons du mal à trouver de la satisfaction dans le peu que nous pouvons faire et vivre. À la place, nous pouvons apprendre à être heureux avec ce que nous avons choisi de faire, sachant que nous laissons aller le reste pour une bonne raison. Nous pouvons être reconnaissants de ce que nous avons actuellement en face de nous, de l’expérience que nous vivons, au lieu de toujours vouloir l’herbe plus verte que quelqu’un d’autre peut avoir.

Comment et pourquoi ne pas tout faire ?

N’ayez pas de problèmes avec l’imperfection

Même si vous filtrez et triez ce à quoi vous vous exposez, vous n’aurez jamais une journée ou une vie « parfaite ». Vous ne serez jamais « parfait ». Ces idéaux n’existent pas dans la réalité. Dans le bazar de cette vie, la réalité est celle-ci : tout ce que nous vivons ne nous correspondra jamais totalement ; les choses seront toujours imparfaites. Nous pouvons soit l’accepter, soit être insatisfaits. Je suggère que nous acceptions l’imperfection, et que nous n’ayons pas de problème avec qui nous sommes et avec le bazar qui trouve le moyen d’entrer dans notre vie, peu importe les dispositions que nous prenions.

Réalisez que nous n’avons pas vraiment le contrôle

Les premiers points de cette liste pourraient vous donner l’idée que vous pouvez contrôler votre vie en simplifiant les choses. Mais la réalité est que votre journée ne se passera jamais comme prévu. Vous pouvez essayer, mais il y aura toujours de l’inattendu, de l’imprévu. C’est ainsi que les choses se passent. Si nous voulons avoir le contrôle, et que les choses ne vont pas dans notre sens, cela ne fera que nous frustrer. Si à la place, nous reconnaissons que nous n’avons pas vraiment le contrôle, mais que nous expérimentons simplement ce qui se présente à nous, nous pouvons apprendre à apprécier l’expérience telle qu’elle est, quelle qu’elle soit.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  L'indispensable respiration

Je réalise que certaines des choses sur cette liste semblent contradictoires. Et elles le sont. C’est parce que ces idées sont simplement censées nous rappeler d’être conscients de ce à quoi nous nous accrochons, et de nous entraîner à lâcher prise.

Chaque idée peut être pratiquée à différents moments, et cela permet de constater évidemment que nous nous accrochons toujours à quelque chose : nos distractions, nos idées de perfection, notre désir de plus, notre désir de dire oui à tout le monde, notre espoir d’arriver au bout de notre liste de tâches ou de notre boîte de réception, notre désir de contrôle ou de simplicité ou simplement notre volonté de tout faire. Aucune de ces choses n’est essentielle dans la vie ; nous pouvons lâcher prise, et nous pouvons accepter la réalité telle qu’elle est.

Article original écrit par Léo Babauta.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.