Pour devenir plus zen au quotidien

L’embarras fait partie intégrante du processus de croissance personnelle

Peur de l'embarras vs Croissance personnelleUn coach d’escalade bien connu a déclaré que le plus grand obstacle à l’évolution des grimpeurs est, en fait, la peur de l’embarras.

Quand les gens veulent s’améliorer en escalade, ils essaient de le faire en privé, de façon à ce que personne ne puisse les voir mal faire.

Ils vont à la salle d’escalade quand personne ne les regarde, ou s’isolent dans un coin en espérant que personne ne fasse attention à eux.

Cependant, en agissant ainsi, ils passent à côté d’une grande opportunité : les commentaires de la part de personnes qui peuvent voir ce qu’ils ne peuvent pas voir.

Et ce qui les en empêche, c’est la peur de l’embarras.

J’ai constaté que cela est vrai, quel que soit le domaine dans lequel vous essayez d’apprendre ou d’évoluer.

La peur de l’embarras vous empêchera d’évoluer dans votre croissance personnelle et de connaitre une réelle transformation.

Je ne pense pas qu’il faille simplement surmonter cette peur.

Je pense plutôt que nous pourrions apprendre à considérer l’embarras comme étant partie intégrante du processus de croissance personnelle.

J’expliquerai pourquoi dans un instant. Mais tout d’abord, examinons quelques autres exemples dans lesquels la peur de l’embarras empêche les gens de grandir :

Écrire un livre ou créer un blog

Ce point peut sembler évident. Vous voulez écrire et peut-être même que vous avez commencé à écrire, mais la peur de l’embarras (ou d’être jugé) vous empêche de continuer d’écrire ou de rendre public le fruit de votre travail. Mais plus encore, nous refusons de recevoir des commentaires de personnes qui pourraient améliorer notre écriture. Imaginez que vous receviez des commentaires de lecteurs et d’écrivains plus expérimentés. Cela pourrait vous aider à passer au niveau supérieur. La plupart des gens reculent à l’idée de montrer leurs écrits « embarrassants » à des personnes qui pourraient les juger.

Bénéficier d’un accompagnement ou d’un soutien de la part d’autres personnes

La plupart des gens évitent de faire appel à un coach ou d’obtenir un véritable soutien de la part d’autres personnes, parce qu’ils sont gênés d’admettre qu’ils sont à un niveau de leur processus de croissance où ils ont encore besoin d’aide. Je n’ai pas fait ce que j’avais dit que je ferais ; j’ai des difficultés ; je n’aime pas certaines choses me concernant. Nous sommes convaincus d’avoir des failles et nous sommes gênés de les montrer aux autres. Cela nous empêche d’obtenir un soutien pourtant nécessaire.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les meilleures astuces pour se motiver - 18

Faire passer votre entreprise à la vitesse supérieure

Que vous lanciez une nouvelle entreprise ou que vous souhaitiez que votre entreprise existante passe au niveau supérieur, il peut être difficile de voir où vous êtes bloqué. Leadership et solitude vont de pairs, et nous ne pouvons voir que ce que nous avons déjà appris à voir. Pour passer à l’étape suivante, il faut demander l’avis de quelqu’un qui peut voir ce que nous ne pouvons pas voir. Mais cela peut être embarrassant. Nous évitons d’obtenir ce type de soutien, ce qui signifie que nous avons du mal à faire autre chose que ce que nous savons déjà faire.

J’espère que vous comprenez que cela peut s’appliquer à tout ce que nous faisons : investir dans notre développement personnel, prendre soin de nous-mêmes, approfondir une relation, faire face au chaos accablant de la vie.

Nous avons du mal à quitter le statu quo parce que nous sommes trop gênés pour demander le soutien, le retour d’information ou le coaching qui nous permettraient de passer à l’étape suivante.

Pourquoi l’embarras fait-il partie intégrante du processus de croissance personnelle

Nous espérons évoluer et apprendre sans nous mettre dans l’embarras.

Si nous pouvions apprendre en privé, puis montrer à quel point nous sommes bons //après// être vraiment devenus compétents, alors nous ne nous sentirions pas gênés.

Nous voulons éviter ce sentiment à tout prix, même si cela signifie de ne jamais apprendre du tout.

Cependant, ce n’est pas ainsi que les choses fonctionnent.

Nous devons accepter d’être mauvais dans un domaine avant de pouvoir être bons.

Le processus de croissance exige que nous nous trompions, que nous apprenions par l’expérience plutôt qu’en lisant ou en regardant des vidéos.

Le processus de croissance personnelle exige que nous soyons désordonnés et que nous trébuchions dans l’inconnu puis que nous recevions du soutien lorsque nous trébuchons, que nous constations que nous nous y prenons mal ou que nous ayons envie d’abandonner.

Et c’est embarrassant.

C’est forcément gênant, parce que nous repoussons nécessairement les limites de l’image que nous nous sommes faite de nous-mêmes.

Nous entrons dans un nouveau domaine de croissance, ce qui signifie que nous ne pouvons pas être la personne qui a déjà tout compris.

Cela n’est possible que si nous grandissons.

Nous choisissons donc de grandir et d’apprendre, de nous transformer, mais cela implique de renoncer à ce que nous pensons être et à ce que nous essayons de faire croire aux autres.

Cela revient donc à lâcher-prise, et c’est embarrassant.

Si nous évitons cette gêne (ce qui est naturel), nous éviterons la croissance.

Nous ne nous aventurerons pas dans l’inconnu or, c’est là que réside le véritable apprentissage.

C’est là que réside le véritable apprentissage et que réside le travail utile.

se poser les bonnes questions sur la vie

Comment gérer la peur de l’embarras

Il est évident que maintenant vous voyez clairement de quelle façon la peur de l’embarras vous empêche d’avancer.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les meilleures astuces pour se motiver - 14

Comment faire face à cette peur ?

Il s’agit d’un sujet profond, mais voici quelques astuces qui vous aideront à gérer cette peur :

1. Sachez reconnaître les moments où elle se manifeste

Lorsque vous évitez de partager avec les gens, remarquez la peur qui vous pousse à faire ce choix. Quand vous évitez les commentaires, l’aide d’un coach ou toute autre forme de soutien, remarquez la peur qui vous pousse à faire ce choix. Lorsque vous essayez de jouer la carte de la sécurité, reconnaissez que vous agissez sur la base de la peur que vous ressentez. Reconnaissez qu’il s’agit d’un sentiment de peur, mais ne vous attardez pas sur les raisons de cette peur.

2. Remarquez l’effet de la peur sur votre vie

Où vous retient-elle ? De quoi vous protège-t-elle ? Quelles sont les choses que vous auriez pu réaliser si vous n’aviez pas à vous soucier de cette peur ? Comment vous sentez-vous par rapport à tout cela ?

3. Demandez-vous si vous voulez quelque chose de différent

Qu’aimeriez-vous en dehors du monde créé par cette peur ? Qu’aimeriez-vous essayer à la place ?

4. Essayez quelque chose de différent

Que pouvez-vous essayer d’autre qui ne soit pas limité par la peur de l’embarras ? Si vous apprenez à faire de l’escalade, vous pouvez essayer de grimper devant d’autres personnes et accepter de commettre toutes les erreurs possibles en face d’elles. Dansez mal en public et amusez-vous ! Écrivez mal, envoyez votre texte à toutes les personnes que vous connaissez et demandez-leur leur avis. Demandez de l’aide. Laissez-vous aller à l’inconnu. Demandez le soutien d’un coach ou d’un groupe. Demandez à un professeur de mettre votre création en pièces. Laissez-vous aller à la profondeur de l’apprentissage et de la croissance.

Peur de l'embarras vs Croissance personnelle

5. Laissez-vous aller à la peur, avec amour

La peur de l’embarras se manifestera certainement lorsque vous vous ouvrirez à l’idée de faire quelque chose de différent, de recevoir des commentaires, d’être encadré, d’être soutenu, etc. Ce n’est pas grave ! La peur n’est pas la fin du monde, c’est simplement notre compagnon dans l’inconnu, dans le lieu profond de la transformation. Pouvez-vous vous donner la permission de la ressentir et de la laisser simplement faire partie de votre expérience ? Pouvez-vous vous donner de l’amour pendant que vous ressentez la peur ?

En vous laissant aller à la peur et à la gêne, vous commencerez à vous débarrasser de votre ancien moi.

Vous n’avez plus besoin d’être contraint de faire les choses parfaitement, de chercher à impressionner qui que ce soit, de montrer le bon côté de vous-même, parce que vous êtes en train de plonger dans un nouveau type de croissance personnelle.

Article original écrit par Léo Babauta.

un commentaire
  1. Me voilà, ravi de lire cet article sur l’embarras. Derrière ce mot, chose qui est implicitement avouée dans le corps de l’article, il est question de la peur. En effet, l’embarras fait partie du domaine de l’émotion de peur.
    Une fois que l’on accepte d’être dans l’embarras, une sorte de libération se manifeste en soi. J’aime particulièrement que tu écrives « La peur n’est pas la fin du monde, c’est simplement notre compagnon dans l’inconnu, dans le lieu profond de la transformation ».
    Nous enrichissant d’être en relation avec ce que nous accompagnent. Nous pouvons donc nous enrichir en compagnie de la peur.
    Merci Léo pour cet article. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.