Pour devenir plus zen au quotidien

Être à fond : Exprimer votre plein potentiel

Être à fond dans la partie
Être à fond dans la partie

L’une des choses qui m’a vraiment rendu humble ces dernières années, c’est le fait de me rendre compte que je ne suis souvent que partiellement engagé dans tout ce que je fais.

Il est rare que je sois vraiment à fond.

Par exemple, je peux m’inscrire à un programme de coaching avec l’idée de l’essayer, mais sans être vraiment sûr de pouvoir le faire.

Puis, lorsque les choses commencent à devenir difficiles ou accablantes, il se peut que je cherche la porte de sortie ou que je me cache pour ne pas avoir à me sentir gêné.

C’est ce qui arrive quand on est à mi-chemin, tout en gardant un œil sur la sortie.

Voici un autre exemple : Je m’engage à méditer tous les jours.

Ensuite, quand je médite, au lieu d’être pleinement dans la méditation, je me prépare mentalement à ce que je souhaite faire une fois ma séance terminée, ou je me donne des raisons de la terminer plus tôt.

Puis, deux jours plus tard, je n’ai peut-être pas envie de méditer, alors j’annule la séance.

Je trouve ensuite des raisons de continuer à annuler les prochaines séances.

La plupart d’entre nous font cela dans presque tous les domaines.

Et cela a un effet vraiment corrosif sur ce que nous entreprenons.

Faut-il qu’il en soit ainsi ?

Voyons ce que cela signifie d’être à fond dans son projet et pourquoi nous le faisons rarement.

Nous verrons ensuite comment cela peut créer quelque chose de puissant dans votre vie.

Qu’entend-on par « être à fond »

Certains d’entre nous ont fait l’expérience d’être à fond dans des domaines précis de leur vie.

Il y a des domaines où vous vous reconnaitrez, d’autres non :

  • Les enfants : Vous n’êtes pas prêt à les abandonner même lorsqu’ils ne se comportent pas comme vous le souhaiteriez.
  • Le mariage : Un certain nombre de personnes sont totalement engagées et feront ce qu’il faut pour faire avancer les choses, même quand l’union fait face à d’importants problèmes. D’autres ont les yeux rivés sur la porte de sortie, prêts à s’enfuir en cas de problème. De quelle catégorie êtes-vous ?
  • Les meilleurs(es) ami(es) : Vous avez peut-être un(e) meilleur(e) ami(e) avec qui vous êtes totalement engagé(e), que vous soutiendrez quoi qu’il arrive, que vous n’abandonnerez jamais même s’il/elle se comportait mal vis-à-vis de vous.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  La voie de l’engagement vs la voie du détachement

Si vous pouvez vous identifier à l’une de ces personnes, imaginez ce que ce serait d’avoir ce genre d’engagement total dans tout ce que vous faites.

Imaginez que vous travaillez sur un projet créatif et que vous n’avez aucun doute sur le fait que vous allez le mener à bien.

Même lorsque les choses sont difficiles, vous faites face à ces difficultés.

Même lorsque vous avez envie d’abandonner, vous ne vous en donnez pas la possibilité.

Même si vous manquez quelques jours, vous revenez sans vous poser de questions.

Même si vous mourez sans avoir complété un certain projet, vous mourez en sachant que vous vous êtes donné à fond.

Votre cœur y est pleinement engagé. Des doutes peuvent surgir, mais ils sont attendus.

Vous faites preuve d’une dévotion totale.

Être à fond : Exprimer votre plein potentiel

Pourquoi évitons-nous d’être à fond dans les choses que nous faisons

Il est rare que nous nous donnions la permission d’être à fond et que nous soyons entièrement dévoués parce que c’est difficile et effrayant.

Nous ne nous pensons pas capables ou assez forts pour le faire.

Nous avons de nombreuses raisons de penser que nous allons tout gâcher, compte tenu de nos expériences passées.

Nous manquons de confiance en nous.

Nous n’avons plus confiance en l’autre également.

Nous avons peur de ce qu’il pense vraiment de nous ; nous pensons qu’il nous abandonnera ou nous blessera, ou qu’il nous laissera tomber. Encore une fois.

Nous ne pensons pas pouvoir résoudre les problèmes difficiles.

Ils nous semblent insolubles, écrasants, trop complexes, hors de notre contrôle.

Nous détestons ne pas avoir le plein contrôle de la situation.

Il est plus facile de fuir. Mais on manifeste difficilement son plein potentiel en fuyant.

Le pouvoir créé par le fait d’être à fond dans la vie

Voici entre autres ce que vous découvrirez si vous vous donnez à fond :

  • Un engagement plus profond crée une confiance plus profonde.
  • Les meilleurs résultats dont vous êtes capable.
  • La transformation — vous serez en mesure de changer certaines des choses que vous pensez ne pas pouvoir faire, être ou avoir.
  • Une relation plus profonde et teintée de confiance avec les autres.
  • Une relation plus profonde et teintée de confiance avec vous-même.
  • Une prise de conscience quant au fait que vous n’avez pas besoin d’une porte de sortie.
  • Une dévotion plus profonde à tout ce qui vous tient à cœur.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Faites ce que vous avez à faire sans chercher à contrôler les autres !

Imaginez qu’au lieu de fuir vers la porte de sortie, vous vous engagez à faire de votre mieux pour arranger les choses. (Cela ne veut pas dire que vous devriez rester dans une relation abusive ou dans quelque chose qui vous est nuisible).

Lorsque vous sentez l’envie de fuir, prenez quelques secondes et recherchez quelque chose de plus profond en vous.

Qu’en serait-il des projets qui vous tiennent le plus à cœur ? Pour les relations auxquelles vous tenez le plus ?

Que faudrait-il changer ? De quoi devriez-vous vous défaire ?

Qu’est-ce qui naitra de ces changements ?

Comment pratiquer

Le présent exercice est tout sauf un énième ensemble d’attentes et d’exigences pour vous juger. Il a pour but de vous aider à enfin libérer votre plein potentiel et à être à fond dans tout ce que vous faites.

Voici ce qu’il vous faut faire :

1. Remarquez les domaines de votre vie dans lesquelles vous cherchez à sortir, à vous enfuir. Où n’êtes-vous qu’à moitié engagé ?

2. Remarquez l’impact que cela a sur votre vie, sur les personnes avec lesquelles vous êtes en relation et sur ce qui vous tient à cœur.

3. Remarquez les peurs qui vous empêchent de vous engager à fond, qui vous poussent à chercher la sortie. Pouvez-vous prendre conscience de ces peurs et les ressentir comme une sensation physique ?

4. Remarquez ce que vous voulez faire toutes les fois que vous ressentez ces peurs : fuir, vous cacher, éjecter quelqu’un de votre vie, faire en sorte qu’il se sente mal, justifier pourquoi vous devriez arrêter, etc. Pouvez-vous les accueillir avec amour, comme quelque chose de sacré que vous avez créé pour vous protéger ?

5. Lorsque les peurs apparaissent, essayez de vous rattraper. Remarquez ce que vous voulez faire et reconnaissez que ce n’est qu’un mécanisme de sécurité. Respirez. Soyez avec la peur. Témoignez-vous de l’amour.

6. Continuez à vous aimer et à aimer l’autre personne.

7. Voyez ensuite ce qui peut se créer si vous ne courez pas vers la sécurité.

Article original écrit par Léo Babauta.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.