Pour devenir plus zen au quotidien

Quand vos attentes à l’égard des autres sont source de frustration

revoir vos attentes à l’égard des autresPourquoi vous arrive-t-il d’être en colère, frustré ou déçu par les gens qui font partie de votre vie ?

Vous pouvez vous défendre en disant que cela arrive à tout le monde et vous auriez sans doute raison.

Les gens sont parfois grossiers, frustrants, indignes de confiance, irrespectueux ou blessants.

Toutefois, même si rien n’excuse un comportement abusif ou blessant, il arrive souvent que le véritable problème ne vienne pas de l’autre, mais de vos attentes à son égard.

Vos attentes à l’égard des autres sont souvent à l’origine de vos propres luttes et frustrations.

Alors, comment gérer ces attentes afin de retrouver la paix, d’être moins réactif et de faire preuve de plus de compassion envers les autres ?

Examinons cela de plus près.

Vos attentes vous trahissent !

Vous accusez souvent les autres d’être à l’origine de votre frustration : à vos yeux ils sont difficiles, irritants, irrespectueux, fous, blessants ou têtus. De plus, vous avez de bonnes raisons d’être en colère vis-à-vis d’eux.

Il convient toutefois de prendre en compte ces idées :

  • La frustration vous cause du tort à vous-même et non pas seulement aux autres. C’est peut-être leur « faute », mais c’est vous qui ressentez les frustrations, les irritations et la colère.
  • Bien souvent, vous n’êtes pas irréprochable. D’accord, il arrive parfois que vous le soyez et que ce soient les autres qui se conduisent en parfaits imbéciles. Cependant, ce n’est pas toujours le cas — et le fait d’uniquement blâmer les autres vous empêche souvent de prendre conscience de votre propre comportement qui n’est pas exempt de reproches.
  • Les frustrations sont en fait causées par vos propres attentes. Vous espérez que les gens se comportent différemment, et vous ressentez de la frustration lorsqu’ils n’agissent pas comme vous le souhaitez.
  • Les attentes sont entièrement créées dans votre propre esprit. Bien entendu, il y a peut-être des attentes sociales que vous avez adoptées, mais il n’en demeure pas moins qu’elles sont dans votre esprit. Vous pouvez les créer, les changer, les supprimer.
  • Si vous mettez ces attentes de côté, vous pourrez vivre heureux et en paix.
  • Sans vos attentes à l’égard des autres, vous pourriez percevoir ce qu’il y a de bon en eux, au lieu de vous en tenir uniquement à leurs lacunes.

revoir vos attentes à l’égard des autres

À présent, je tiens à dire un mot concernant les abus ou les dommages réels causés par les autres : vous ne devriez pas les tolérer.

Si le comportement de quelqu’un vous blesse de quelque manière que ce soit, protégez-vous. Prenez vos distances.

Cela dit, vous pouvez le faire sans haïr votre prochain.

Prendre de la distance par rapport à cette personne et voir ses qualités (aussi imparfaites et tordues qu’elles puissent être) ne sont pas des choses qui s’excluent mutuellement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Un guide pour échapper au Matérialisme et Trouver le Bonheur

Le résultat final est que vos attentes à l’égard des autres sont susceptibles de vous frustrer, de vous isoler et de créer en vous la colère. Elles sont la cause de votre souffrance.

Elles vous empêchent d’avoir de la compassion pour les autres.

Gérer vos attentes à l’égard des autres

Si vous êtes prêt à revoir vos attentes à l’égard des autres, voici quelques moyens d’y parvenir :

1) Admettez que vous avez mal : remarquez la douleur associée à la frustration, la colère, la blessure et/ou à l’irritation que vous ressentez. Inutile de vous laisser embarquer dans un récit à ce sujet, contentez-vous de ressentir cette souffrance. Il n’est pas question de la ressasser, mais plutôt de la reconnaître, d’y prêter un peu d’attention.

2) Ressentez d’abord de la compassion pour vous-même : après avoir admis la douleur que vous ressentez, faites preuve de compassion vis-à-vis de vous-même. Vous devez d’abord parvenir à manifester de la compassion envers vous-même avant d’espérer le faire pour les autres.

Ce que je vous recommande de faire ici, c’est de créer un sentiment de compassion dans votre cœur (ne vous contentez pas de créer des pensées de compassion) comme vous en éprouveriez pour un proche qui est stressé ou blessé. La compassion vous permet de surmonter la douleur que vous ressentez lorsque vos attentes ne sont pas atteintes.

3) Analysez la situation dans son ensemble : une fois que vous parvenez à vous témoigner de la compassion, ouvrez votre esprit et allez au-delà de votre petite bulle égocentrique. La plupart des êtres vivent dans cette bulle la plupart du temps. Ils s’inquiètent de ce qui leur arrive et ne s’intéressent qu’aux choses dont ils ont envie.

Cette attitude est naturelle et n’est pas mauvaise. Toutefois, il existe un monde plus vaste au-delà de cette bulle égocentrique. C’est un monde élargi dans lequel vous pouvez vous intéresser aux préoccupations des autres, à leur douleur et aux habitudes qui ne les servent pas.

Dans ce monde, vous pouvez voir la bonté que les autres ont en eux et avoir plus d’éléments pour vous faire un point de vue sur eux. La pratique consiste à ouvrir votre esprit à cette perspective, et à percevoir la bonté de votre prochain.

4) Faites éclater la bulle de vos attentes : de la même manière que vous allez au-delà de votre bulle d’égocentrisme, vous pouvez aller au-delà de la bulle de vos attentes. Considérez les attentes que vous avez par rapport aux autres comme une bulle imaginaire que vous avez créée et faites-la éclater !

Sans la bulle, vous vous libérez de vos attentes. À quoi cela ressemblera-t-il ? Une fois débarrassé de vos attentes, quel regard avez-vous sur les autres ?

faire preuve de compassion

5) Ayez de la compassion à l’égard des autres : même en constatant le mauvais comportement des autres, pouvez-vous déduire qu’ils agissent ainsi parce qu’ils souffrent probablement, qu’ils ont peur ou qu’ils sont sous l’emprise de l’incertitude ? Ils réagissent probablement de manière habituelle à cette peur et à cette douleur. Et bien évidemment, cette réaction est grossière, blessante et inutile.

Cependant, elle l’est tout autant pour cette personne qui est contrainte de passer toute sa vie dans ces conditions. Essayez de faire preuve de compassion pour cet être humain qui se trouve devant vous, qui souffre, qui a peur, et qui est piégé dans ce mode de vie qui ne le sert pas. Faites-le sans vous montrer supérieur et sans porter de jugement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les trois secrets du bonheur

Faites simplement preuve de compassion pure envers votre prochain, en faisant le vœu que la douleur et la souffrance qu’il expérimente disparaissent. Cette pratique est puissante. Remarque : vous pouvez et devez toujours vous protéger, si la personne vous fait du tort, mais tout en le faisant, continuez de lui témoigner de la compassion.

6) Ne vous sentez pas personnellement visé : dans son livre intitulé Les quatre accords toltèques, Don Miguel Ruiz affirme que nous ne devrions jamais nous sentir visés personnellement par quoi que ce soit — tout ce que fait l’autre personne ne concerne qu’elle. Cela nous permet de percevoir ses difficultés et d’éprouver de la compassion pour elle, sans être nous-mêmes blessés, sans nous retrouver coincés dans l’enfer de la haine à son égard.

« Quoi qu’il arrive dans votre entourage, ne le prenez pas personnellement. Sachez qu’il n’y a rien que les autres fassent à cause de vous. C’est à cause d’eux-mêmes. Chaque personne vit dans son propre rêve, dans son propre esprit ; elle fait partie d’un monde complètement différent de celui dans lequel vous vivez. Quand vous vous sentez visé par une action venant des autres, vous supposez qu’ils sont au courant de ce qui se passe dans votre monde, et vous essayez de leur imposer les réalités de votre monde.

Même quand une situation semble vraiment vous toucher, même si les autres vous insultent directement, cela n’a rien à voir avec vous. Leurs propos, leurs actions et leurs avis sont conformes à ce qu’ils ont dans leur propre esprit. Prendre les choses de manière personnelle fait de vous une proie facile pour ces prédateurs, les magiciens noirs. Ils peuvent vous hameçonner facilement avec une petite opinion et vous inoculer le poison de leur choix que bien sûr vous prendrez sans hésiter étant donné que vous prenez personnellement tout ce qui vient d’eux »~Don Miguel Ruiz, Les quatre accords toltèques

En revoyant vos attentes à l’égard des autres à la baisse, vous arrivez à vous rendre compte de la douleur qu’elles vous font ressentir et à faire preuve d’un peu de compassion vis-à-vis de vous-même.

Vous pouvez vous extraire de la bulle de vos attentes et de votre égocentrisme pour découvrir les qualités de l’autre, sa douleur, ses habitudes, et lui témoigner de la compassion. Pour finir, vous pouvez cesser de prendre les choses à cœur en vous libérant d’un enfer personnel.

C’est à cela que se résume cette pratique, et elle en vaut la peine.

Article original écrit par Léo Babauta.

Faire preuve de compassion signifie-t-il que vous devez accepter de tout subir ou répondre « Oui » à tout ? Bien sûr que non, car parfois il faut savoir se faire passer soi-même avant l’autre. Dans la vidéo ci-dessous, je partage avec vous 12 principes pour être SOI MÊME et arrêter d’être tout le temps gentil.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
un commentaire
  1. Lorsque nous nous sommes convaincus de la justesse de ce que nous faisons, le monde extérieur ne devrait avoir aucune influence sur nous. Nous pouvons accepter des critiques constructives, des conseils ou simplement l’opinion de quelqu’un d’autre, mais nous ne devons pas être offensés par leurs actions et leurs parole. Nous savons qui nous sommes, nous avons trouvé un sens à ce que nous faisons, nous savons que nous sommes les forgerons de notre destin et le moteur de nos vies. Ce que les autres font et disent est guidé par leur propre force intérieure, qui n’a rien à voir avec la nôtre. C’est juste que si nous n’approuvons pas ces actions, nous gardons l’honneur de nous en abstenir, mais nous ne pouvons pas persuader les autres de s’en abstenir et d’arrêter d’écouter leur propre voix intérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.