Pour devenir plus zen au quotidien

La nouvelle façon de s’épanouir quand on est introverti

Il est difficile pour beaucoup d’introvertis de s’épanouir et de s’affirmer, dans notre société qui aime tant les valeurs extraverties.

comment s'épanouir quand on est introverti

Pourtant, les choses changent. De plus en plus d’introvertis comprennent qu’ils ont tout simplement le droit d’être eux-mêmes, et osent affirmer leurs spécificités dans leur vie, personnelle et professionnelle.

Comment vivre enfin serein et épanoui quand on est introverti ? Comment trouver sa voie au quotidien quand on est entouré de personnes extraverties ? Et quand ces personnes extraverties ont tendance à entraîner derrière elles tout le monde ? Et comment garder une vie sociale épanouie, tout en respectant ses besoins ?

On voit tout cela en détail dans cet article.

Mais avant de démarrer, je vous propose de vérifier ensemble si vous êtes bien introverti.

Note : Cet article invité est rédigé par Julien Prest, du site https://unmondepourlesintrovertis.fr. Julien Prest est blogueur, conférencier, formateur, spécialiste de l’introversion. La démarche de Julien Prest renverse les choses : au lieu de voir l’introversion comme un obstacle, elle en fait un atout. Mise en valeur, l’introversion devient un tremplin pour s’épanouir et s’affirmer.

Qu’est-ce qu’être introverti ?

êtes-vous introverti

Le terme introverti tel que nous l’utilisons aujourd’hui nous vient à l’origine de Carl Jung. Il a l’intuition que certaines personnes ont des manières de fonctionner différentes : les personnes qu’il appelle « introverties » tirent leur énergie de leur monde intérieur.

Ainsi, ce sont des personnes qui sont souvent « en elles » : rêveuses, réfléchies, introspectives. Elles ont tendance, tout au long de leur vie, à entrer dans leur monde intérieur pour se ressourcer.

Intro – verti = tourné vers l’intérieur.

Par exemple : vous êtes dans un groupe, il y a beaucoup de conversations croisées, du brouhaha… vous perdez rapidement le fil, cela vous épuise, et vous avez tendance à vous perdre dans vos rêves, à penser à autre chose, à vous déconnecter de la conversation. C’est votre réflexe pour vous ressourcer.

Si vous vous reconnaissez dans cet exemple, c’est généralement un fonctionnement typiquement introverti.

Introverti vs Extraverti

À l’inverse, les personnes extraverties puisent leur énergie du monde extérieur.

En pratique, cela signifie qu’une personne typiquement extravertie va avoir tendance toute sa vie à rechercher le contact avec les autres, à être dans l’action, dans le concret, etc.

Cela ne signifie pas qu’une personne extravertie ait plus d’énergie qu’une personne introvertie : simplement cette énergie est extérieure ou intérieure.

Par exemple, une personne introvertie qui a beaucoup d’énergie a tendance à avoir plein de projets solitaires, à se concentrer pendant des heures sur des tâches intellectuelles, à réfléchir, à bouillir intérieurement.

Elle peut déplacer des montagnes. Mais souvent, elle va faire cela de manière assez solitaire, et assez intellectuelle.

Une personne extravertie qui a beaucoup d’énergie sera souvent plus dans une action visible : passer des coups de fil, organiser des réunions, affirmer son avis rapidement dans un groupe, entraîner le groupe dans des projets, avoir plein d’activités sociales, etc.

Bien sûr, tout cela fait un peu cliché. Il faut faire attention à ne pas diviser le monde en 2 catégories. Et Jung lui-même affirmait que personne n’est totalement extraverti ou totalement introverti.

Une question d’énergie

Il faut voir cela comme une énergie : l’énergie introvertie, et l’énergie extravertie. Chacun possède les 2 types d’énergie, à plus ou moins fort degré.

Pour une majorité de la population, les 2 types d’énergie sont assez équilibrés (les anglophones appellent ces personnes les « ambivert »).

Ensuite, pour une partie de la population, l’une des 2 énergies est prédominante.

Ainsi, si vous avez l’impression :

  • de vous fatiguer rapidement au contact des autres,
  • d’être quelqu’un d’assez intérieur (introspectif, réfléchi, calme, posé, rêveur, etc.),
  • de préférer les environnements calmes (travailler seul au calme, discuter tranquillement à 2 avec un bon ami, etc.), aux grands groupes et grands bavardages
  • d’avoir une vie intérieure riche
  • d’être souvent dépassé dans les discussions de groupes,
  • d’être souvent fatigué quand il y a un peu trop de monde dans une soirée qui dure un peu trop longtemps
  • etc…
Les lecteurs de cet article ont également lu :  36 leçons que j’ai apprises à propos des habitudes

… alors, vous faites probablement partie des personnes pour qui l’énergie introvertie est prédominante.

(si vous avez un doute, vous pouvez faire le test de personnalité sur cette page).

Ces personnes que l’on appelle, en langage courant, « les introvertis ».

(j’utiliserai ce terme dans le reste de l’article, par commodité, mais gardez en tête que quelqu’un d’uniquement introverti n’existe pas, comme expliqué précédemment).

Pourquoi est-ce important de comprendre cela ?

Pourquoi ce tempérament introverti est souvent difficile à vivre ?

Et pourquoi notre société a-t-elle une préférence pour l’extraversion ?

Et comment s’affirmer et s’épanouir quand on est introverti, malgré ces obstacles ?

Vous êtes prêt ?

Accrochez-vous !

C’est parti pour le décollage vers une plus grande confiance en vous.

Comment vivre avec un tempérament introverti… dans une société qui adore l’extraversion !

Le problème pour beaucoup d’introvertis, c’est que nous vivons dans une société qui adore l’extraversion.

Quelques exemples :

  1. À l’école :

On voit souvent sur les bulletins scolaires des enfants introvertis « bon élève, sérieux, mais devrait plus participer à l’oral ».

Par cette courte phrase : on part du principe que ne pas participer à l’oral est un défaut. On en veut à l’enfant introverti d’être beaucoup dans son monde intérieur, et de ne « pas faire d’efforts » pour participer.

Or, si cela demande un grand effort à l’enfant introverti, cette participation est toute naturelle pour un élève extraverti, il y prend du plaisir. Cet élève extraverti qui verra souvent sur ses bulletins scolaires : « enfant vivant, agréable, qui participe à la vie de la classe ». Pas un commentaire sur le sérieux de son travail.

Attention : je ne dis pas qu’il n’est pas important d’être à l’aise à l’oral. J’affirme simplement qu’à mettre trop l’accent sur la participation, et pas assez l’accent sur la réflexion, l’introspection, le travail réalisé avec sérieux, etc… on privilégie un type de tempérament, une manière de fonctionner, au détriment de l’autre.

Or, cette importance donnée à la participation est déconnectée de la réalité : il existe de nombreuses voies professionnelles, par exemple, où il est bien plus important d’être sérieux et appliqué que de participer (métier de comptable, ou d’informaticien, par exemple… mais les exemples sont multiples). 

  1. Dans la vie sociale :

Pour être bien vu, il est important d’avoir des amis. Beaucoup d’amis.  De sortir, voir du monde, montrer que l’on connaît plein de monde.

Dans le monde du travail : on dit souvent (à tort) que le networking est plus important que tout.

Dans une équipe de bureau, il est important de montrer qu’on participe, qu’on vient aux pauses café, à la cantine, etc.

Certaines entreprises ont même mis sur un piédestal le fait d’être social : vous êtes mal vu si vous ne participez pas à tous les événements informels proposés par l’entreprise (dans de telles entreprises, beaucoup d’introvertis finissent avec un burnout).

  1. Sur les réseaux sociaux, à la télé :

On est entré dans une ère du « m’as-tu vu ». Il faut montrer qui on est, ce qu’on fait dans sa vie privée, ce qu’on pense, ce qu’on mange, etc.

La plupart des personnes introverties ont du mal avec cela : on aime garder beaucoup de choses en nous. On est plutôt des personnes « réservées » au premier abord. Bien-sûr, quand on est en confiance avec quelqu’un, on peut tout raconter. Mais il ne nous est pas naturel de crier au public tout notre monde privé.

  1. Dans votre vie professionnelle :

Comme à l’école, on reproche souvent aux personnes introverties de ne pas assez participer.

C’est la remarque classique sur l’évaluation de fin d’année : « excellent travail, mais devrait participer plus pour progresser dans l’entreprise ».

Autrement dit : selon votre supérieur, si vous souhaitez progresser, il est plus important de participer, de parler, de blaguer, d’improviser… que de faire du bon boulot.

Pourtant, qu’est-ce qui apporte le plus de résultats à votre entreprise ? Une décision bien prise car bien détaillée et analysée en amont ? Ou une prise de parole improvisée en réunion ?

La réponse est évidente.

  1. Dans les discussions :

Il faut avoir des choses à raconter, avoir de la répartie, être gai, dynamique. Beaucoup d’introvertis se sont vu moquer leur manque de répartie légendaire !

Pourtant, si on reste focalisé là-dessus : on en oublie le principal. A savoir : on vous aime tel que vous êtes. Vous n’avez pas à changer pour ne plus recevoir ce type de remarque. On peut les accueillir avec bienveillance, et apprendre à y répondre sereinement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les six meilleurs cadeaux que vous pouvez offrir aux gens qui vous sont chers

On pourrait continuer longtemps les exemples.

Ce qu’il est important de comprendre : c’est que tous ces exemples ne sont que des choses assez superficielles.

C’est l’expression d’une culture extravertie de notre société.

Souvent, ce ne sont que des mots, qui ne reflètent pas une réalité dans les faits.

Par exemple : si votre chef vous reproche de ne pas assez participer, s’il met ce problème en avant dans votre évaluation de fin d’année, cela ne signifie pourtant pas qu’il ne va pas vous donner un poste à plus haut niveau, à vous plutôt qu’à une personne qui participe plus mais dont le travail serait moins sérieux.

Si votre travail est apprécié, vous obtiendrez le poste. Par contre, au nouveau poste, attendez-vous à entendre à nouveau la même rengaine : « il faut plus participer ».

Maintenant, faut-il se plier à ces exigences extraverties ?

Ou faut-il résister, et vous affirmer à votre manière ?

Cela ne dépend que de vous.

Bien-sûr, si vous souhaitez êtes épanoui, vous sentir bien dans vos bottes, et donner le meilleur de vous-même… vous avez tout intérêt à choisir la 2e solution, à savoir :

  • respecter qui vous êtes,
  • vous affirmer à votre manière… une manière introvertie.

3 décisions à prendre pour s’affirmer et s’épanouir quand on est introverti

décisions s'épanouir introverti

Tout part de 3 simples décisions à prendre.

À prendre maintenant, et à intégrer dans tous les instants de votre vie.

Quelles sont ces décisions ?

Les voici :

Respecter qui vous êtes (avec vos besoins de solitude, votre côté réservé, réfléchi…).

En pratique, cela veut dire que vous acceptez cette manière de fonctionner, et faites de votre mieux pour organiser votre quotidien pour la respecter.

Si on vous entraîne vers quelque chose qui ne vous correspond pas ? Vous avez le droit de refuser, ou de choisir quand vous suivez les propositions extraverties et quand vous ne les suivez pas.

Arrêter de vous en vouloir pour ce que vous n’êtes pas

Accepter que vous soyez quelqu’un de calme. De réservé. Que vous ne parlez pas toujours beaucoup.

Accepter que vous soyez souvent un peu sur le bord du groupe.

Accepter que vous soyez plutôt le collègue sérieux, à l’écoute, que le collègue drôle, toujours prêt à aller papoter et à faire des choses avec le groupe.

Vous avez le droit d’être qui vous êtes. Beaucoup de gens admirent les personnes calmes et réfléchies. Vous n’avez pas à changer pour devenir plus extraverti.

Commencer à miser sur vos atouts en tant qu’introverti

Vous avez vos qualités en tant qu’introverti, et libre à vous de les affirmer : l’écoute, l’empathie, on peut compter sur vous, le sérieux, etc….

Apprenez à les mettre en valeur. A faire confiance à votre intuition, à votre manière de fonctionner.

Par exemple, si vous n’avez pas toujours une bonne répartie, vous pouvez dire « attends 2 minutes, je réfléchis ». Rien ne vous oblige à répondre là, tout de suite. Ainsi, vous prenez le temps de réfléchir, de mûrir les choses, pour exprimer pleinement votre esprit constructif.

Autre exemple : vous avez une forte empathie ? Vous savez vous mettre à la place des autres ? C’est une excellente qualité dans nombre de relations, que ce soit au boulot ou à la maison.

Vous avez une chance aujourd’hui : la société change.

  • Le télétravail est plus largement admis,
  • Il est plus facile aujourd’hui de dire que l’on préfère passer une soirée tranquille à la maison plutôt que de sortir, etc…
  • Et dans l’ensemble, de plus en plus de monde comprend et respecte l’introversion

C’est une tendance qui existe depuis des années, initiée par Susan Cain dans son livre La force des Discrets, mais qui s’est rapidement accélérée pendant l’ère COVID bien sûr.

Alors, profitez-en. Saisissez l’occasion : plus vous accepterez votre fonctionnement naturel, plus vous vous sentirez bien dans vos bottes, et plus vous serez capable d’atteindre sereinement vos objectifs dans votre vie (que ce soit au niveau professionnel, ou amoureux, amical, etc.).

Qu’en pensez-vous ?

Vous reconnaissez-vous dans le tempérament introverti ? Pensez-vous que vous puissiez en faire votre force ?

N’hésitez pas à venir partager vos impressions en commentaires.

Julien Prest, du site Un monde pour les introvertis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.